À un moment où la saison 2022 des Alouettes semblait destinée à être un retentissant échec, les hommes de Danny Maciocia ont prouvé qu’ils n’allaient pas abandonner si tôt. Ils ont surpris le monde du football canadien entier en allant infliger aux Blue Bombers de Winnipeg leur première défaite de la saison devant plus de 30 000 spectateurs vêtus de bleu à l’Investors Field.

Mis à jour le 12 août
Miguel Bujold
Miguel Bujold La Presse

La victoire de 20-17 qu’ont remportée les Alouettes en prolongation, jeudi soir, est le genre qui peut complètement transformer le cours d’une saison. En battant la meilleure équipe du circuit dans son propre stade, les Oiseaux viennent de démontrer qu’ils peuvent effectivement vaincre n’importe qui, comme ils ne cessent de nous le répéter depuis le camp d’entraînement.

Comme la semaine dernière à Montréal, les Bombers et les Alouettes étaient à égalité après les trois premiers quarts, cette fois 10-10. On a cru un instant que les Moineaux allaient s’écraser au quatrième comme la semaine précédente.

PHOTO JOHN WOODS, LA PRESSE CANADIENNE

Dominique Davis

Zach Collaros a orchestré une série turbo, qui s’est terminée par un touché de 19 verges du demi Brady Oliveira. Les Bombers ont repris le ballon après une série sans succès des Als et semblaient sur le point d’augmenter leur avance à 10 points au minimum, puisqu’ils étaient déjà en position pour une tentative de placement. Les Moineaux semblaient cuits.

Or c’est à partir de ce moment que le vent a tourné.

Alors qu’ils avaient empilé les mauvais jeux au quatrième quart dans le premier match entre les deux équipes, les Alouettes en ont au contraire réussi plusieurs bons cette fois.

Grâce à un blitz et un sac de Wesley Sutton, Tyrice Beverette a récupéré le ballon et l’a redonné à l’attaque, conservant ainsi les minces espoirs de victoire des siens. Beverette avait été montré du doigt par Maciocia pour son indiscipline après la défaite de la semaine dernière, tandis que Sutton a accordé un tas de longs jeux depuis le début de la saison.

Un autre joueur qui a connu une première demie de saison difficile s’est ensuite illustré du côté de l’attaque. Deux attrapés de Jake Wieneke dans la circulation lourde ont positionné les Alouettes à la ligne de 4 des Bombers. Mais plutôt que de laisser Trevor Harris sur le jeu, les Als ont donné le ballon à Dominique Davis.

La stratégie était claire : des courses de Davis.

Après des gains de 2 verges et de 1 verge, Montréal s’est retrouvé en situation de troisième essai à la ligne d’une verge des Bombers, qui sont parvenus à arrêter Davis une troisième fois de suite et qui semblaient avoir remporté leur 10victoire consécutive. Erreur.

Les Bombers ont plutôt été pénalisés parce que la main de l’un de leurs joueurs de ligne n’était pas tout à fait à une verge de distance du ballon avant la remise… Un petit bout de doigt, pas plus.

Festival de bottés ratés…

Les Alouettes ont joué de chance, certes, mais Davis a enfin franchi la ligne des buts à sa quatrième occasion. C’était 17-17 après la transformation de David Côté, qui avait raté un placement de 20 verges plus tôt dans la soirée.

Collaros est parvenu à mener les siens dans le territoire ennemi pour permettre à Marc Liegghio de donner la victoire aux Bombers avec un placement de 32 verges sur le dernier jeu en temps réglementaire. Sauf que le botteur l’a raté…

Côté a donné les devants aux Alouettes, 20-17, au terme de leur première série de la prolongation, puis ce même Liegghio a obtenu une chance de se faire pardonner. Mais plutôt que de créer l’égalité, Liegghio a envoyé le ballon sur l’un des poteaux, et pouf ! La série victorieuse des Bombers venait de prendre fin à la surprise générale.

PHOTO JOHN WOODS, LA PRESSE CANADIENNE

Deux fois plutôt qu’une, le botteur Marc Liegghio (13) a échoué dans sa tentative de donner la victoire aux Blue Bombers de Winnipeg. Au grand plaisir des Alouettes !

N’eût été la pénalité près de la zone des buts et du premier botté raté de Liegghio, les Alouettes se seraient inclinés à nouveau. Mais n’eût été le revirement qu’ils ont provoqué au quatrième quart ou des attrapés de Wieneke, ils n’auraient pas plus gagné.

Menée par une performance inspirée du joueur de ligne Mike Moore, la défense a bien joué pour une deuxième partie de suite. Harris et l’attaque n’ont rien fait de remarquable, mais ils ont évité les revirements, tout en exécutant une poignée de jeux opportuns dans les dernières minutes.

Ce fut loin d’être impeccable, mais les Montréalais ont joué avec abandon, intensité et concentration. Et ils ont enfin brillé dans les moments décisifs.

C’est souvent lorsqu’on donne la victoire à une équipe d’avance qu’elle se fait piéger et c’est ce qui est survenu aux Blue Bombers. Ils vont s’en remettre…

Pour les Alouettes, cette victoire inespérée améliore leur fiche à 3-6. Rien pour célébrer, mais suffisant pour batailler dans l’Est. D’autant qu’ils joueront six de leurs neuf derniers matchs à domicile et sept contre des rivaux de l’Est. Rien n’est joué !