Travail ingrat, que celui de botteur. Vos bons coups ne sont souvent que mentionnés au passage, tandis que vos mauvais sont souvent amplifiés parce qu’ils coûtent la victoire à votre club.

Mis à jour le 16 juin
Miguel Bujold
Miguel Bujold La Presse

Et c’est exactement ce qu’a dû vivre David Côté au cours des dernières heures. Son placement raté de 21 verges alors qu’il ne restait que 18 secondes à jouer au match de jeudi soir à Toronto a transformé une belle remontée en cauchemar pour les Alouettes, qui se sont inclinés 20-19 contre les Argonauts.

C’est un peu cruel de lancer la pierre à Côté pour la défaite, d’autant que Boris Bede venait de rater deux placements du côté des Argos, dont un de 26 verges. Côté avait réussi ses quatre premiers placements de la partie et a été un botteur fiable depuis qu’il s’est joint aux Alouettes en 2021. Côté réussirait probablement ce botté 99 % du temps.

Khari Jones et les Alouettes croyaient quitter la Ville Reine avec 2 points en banque grâce à une bonne deuxième demie de Trevor Harris. Oui, Trevor Harris…

Jones avait hésité à nommer Vernon Adams fils quart partant après le camp d’entraînement, et, manifestement, la confiance de l’entraîneur-chef en ce dernier n’est pas très grande actuellement. Après quatre courtes séries, Adams fils a été remplacé alors qu’il restait 9 min 50 s au 2quart. Il n’avait tenté que 4 passes jusque-là.

Harris a mieux joué au fur et à mesure que le match progressait, mais il aurait facilement pu être victime de quelques interceptions en première demie. Il a toutefois réussi quelques longues passes à Eugene Lewis et a permis aux Alouettes de demeurer à distance de frappe des Argonauts.

PHOTO JON BLACKER, LA PRESSE CANADIENNE

Eugene Lewis (87) est entouré de chandails bleus… Il ne peut plus avancer.

En deuxième demie, Harris a mieux joué, montrant même des talents de coureur, obtenant une vingtaine de verges durement gagnées avec ses jambes. Il a réussi 18 de ses 30 passes pour 270 verges, n’a fait aucun touché et a été victime d’une interception. Rien de grandiose, mais assez pour obtenir un premier départ lors de l’ouverture locale, jeudi prochain, alors que les Roughriders de la Saskatchewan seront sur la montagne.

Pendant que Harris trouvait son rythme sur le terrain du BMO Field, Adams fils, lui, prenait des notes à côté d’Anthony Calvillo. On l’a vu parler avec Harris à quelques reprises, et il semble avoir encaissé la nouvelle de son remplacement avec maturité. On verra s’il conservera la bonne attitude, car pour l’heure, on voit mal comment Jones pourrait redonner le ballon à Adams fils.

Lewis a mené l’équipe une fois de plus avec 7 attrapés pour 127 verges et Reggie White fils a fini sa soirée avec 6 attrapés et 83 verges. Jake Wieneke a toutefois été blanchi après n’avoir capté que 2 passes à Calgary et, à son premier départ depuis la fracture à une cheville de William Stanback, Jeshrun Antwi n’a gagné que 29 verges en 8 courses.

La défense des Oiseaux a été meilleure que lors de son match initial, particulièrement au 4quart. Adarius Pickett, Almondo Sewell et Nick Usher se sont illustrés et Marc-Antoine Dequoy a mieux joué qu’il ne l’avait fait contre les Stampeders.

Du côté des Argos, les nouveaux venus Andrew Harris et Brandon Banks ont exécuté de beaux jeux, mais la performance du quart McLeod Bethel-Thompson a été inégale.

PHOTO JON BLACKER, LA PRESSE CANADIENNE

Chandler Worthy tente de percer la défense des Argonauts.

Sentiment d’urgence

Le propriétaire des Alouettes, Gary Stern, qui était présent au match à Toronto, a eu beau donner un vote de confiance à Khari Jones en début de semaine, il n’y a aucun doute que le pilote sent l’étau se refermer. Sinon, comment expliquer sa décision de changer de quart après un match et des poussières ?

Les Alouettes disputeront leurs deux prochaines parties face aux Roughriders avant de se retrouver en relâche pour une semaine, puis d’accueillir les Elks d’Edmonton. Lorsqu’il a discuté avec les journalistes, lundi, Danny Maciocia a dit que ce n’était pas le moment de paniquer après une seule défaite. Ce n’est pas comme si l’équipe avait une fiche de 1-3 ou de 0-4…

En n’offrant pas de prolongation à Jones au cours de la saison morte, ne serait-ce qu’une année supplémentaire, Maciocia et les Alouettes ont envoyé un message clair : il n’avait pratiquement pas droit à l’erreur.

Est-ce que Jones jouera son poste, jeudi prochain ?

Seuls Maciocia et les Alouettes le savent. Ce qu’on peut toutefois observer de l’extérieur, c’est que Jones n’a pas « perdu son vestiaire ». Les Alouettes auraient très bien pu gagner à Calgary et sont fort probablement venus à un placement de 21 verges près de le faire à Toronto.

Mais leur fiche est de 0-2. Pas sûr que Jones survivra si ça devient 0-3 ou 0-4.