(Pittsburgh) Il n’y a pas eu de discours passionné ou de moment où le club devenait gonflé à bloc. Ce n’était pas nécessaire.

Publié le 12 janvier
Will Graves Associated Press

Les Steelers savaient qu’au terme des éliminatoires suivant la saison 2005, Jerome Bettis allait tirer sa révérence.

Le porteur de ballon étoile n’avait pas besoin de faire remarquer que le Super Bowl se tiendrait dans sa ville natale, Detroit.

Ou qu’une bague des champions compléterait à merveille une carrière digne du Panthéon.

Ou que la raison qu’il disputait cette 13e et dernière saison, c’était pour effacer la douleur du revers infligé par les Pats au Heinz Field environ un an plus tôt, lors du match de championnat de l’AFC. Voilà pourquoi « The Bus » était de retour.

Ben Roethlisberger disputait sa deuxième saison et n’avait que 23 ans.

La campagne s’est conclue dans l’allégresse au Ford Field où Bettis, « Big Ben » et les Steelers ont mérité le trophée Vince Lombardi.

PHOTO DAVID J. PHILLIP, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Jerome Bettis et Ben Roethlisberger

« Je voulais cette victoire pour Jerome, a dit Roethlisberger. On savait ce que ça représentait pour lui. »

Près de 20 ans plus tard, c’est devenu lui, le visage de l’organisation en quête d’une fin glorieuse.

Comme les Steelers de 2005, l’édition 2021 du club (9-7-1) arrive en éliminatoires comme équipe la moins bien classée de l’Américaine.

Il faudrait donc trois victoires à l’étranger pour accéder au grand match.

La route démarre dimanche soir, à Kansas City (12-5).

En 2005, les Steelers comptaient sur quatre joueurs qui ont depuis obtenu une place à Canton, et la défense a fini troisième de la NFL pour les points accordés par match.

Lors de la saison 2021, les Steelers ont permis 36 points ou plus en quatre occasions.

« Je ne veux rien enlever à notre édition actuelle, mais en 2005, c’était tout un club, a dit Roethlisberger. Nous avons beaucoup de croûtes à manger avant de pouvoir nous y comparer. »

Au lendemain de Noël, KC a malmené Pittsburgh 36-10, au Arrowhead Stadium.

Au fil de la saison, Roethlisberger a composé avec une ligne offensive peu expérimentée et parfois débordée. Stephon Tuitt n’a pas joué du tout (opération au genou), tandis que Tyson Alualu a subi une fracture de la cheville en septembre.

« Nous voulons gagner pour Ben, assurément, a dit le garde Trai Turner. Ce gars-là donne tout sur le terrain, et c’est une motivation de plus. Mais nous voulons aussi gagner pour nous-mêmes. »