(Tampa) Antonio Brown a déclaré mercredi soir qu’il n’a pas quitté les Buccaneers de Tampa Bay au milieu d’un match, mais qu’il a plutôt été expulsé après avoir refusé de jouer à cause d’une blessure à une cheville qui l’a mis à l’écart pendant plusieurs semaines cette saison.

Publié le 6 janvier
Fred Goodall Associated Press

Le controversé receveur de passes a enlevé son chandail, ses épaulettes et sa camisole avant de quitter le terrain lors d’un match contre les Jets de New York, dimanche. Il a annoncé par l’entremise d’un communiqué publié par son avocat qu’on l’avait forcé de jouer et que l’entraîneur-chef Bruce Arians l’avait expulsé après qu’il lui eut dit qu’il n’était pas en mesure de poursuivre le match en raison de sa blessure à une cheville.

Sans préciser laquelle était endolorie, Brown a déclaré qu’un test d’imagerie par résonance magnétique a été effectué sur sa cheville lundi et que celui-ci a relevé des fragments d’os, une déchirure ligamentaire et un effritement du cartilage, ce « qui est très douloureux. Il est possible de voir une boursouflure extérieure provoquée par l’os. »

Arians a déclaré au lendemain du match que Brown n’a pas prétendu être blessé lorsqu’il a refusé de continuer de jouer contre les Jets. L’entraîneur des Bucs a refusé de dévoiler les détails de la conversation entre les deux hommes et a déclaré qu’il n’a « aucune idée » de la raison pour laquelle le receveur de passes étoile a réagi de la sorte en sortant du terrain, en jetant une partie de son équipement dans les gradins et en saluant les spectateurs présents au MetLife Stadium.

Brown a raconté une version différente de l’histoire dans la déclaration transmise par son avocat.

« Je suis totalement dévoué envers le football, et donc j’ai cédé sous l’insistance de mon entraîneur pour jouer blessé, a-t-il expliqué. Malgré la douleur, j’ai plié, et le personnel médical (des Bucs) m’a injecté un puissant analgésique qui peut parfois être dangereux selon l’Association des joueurs de la NFL. J’ai tout donné à l’équipe. J’ai joué jusqu’à ce qu’il devienne évident que je ne pouvais plus exploiter ma cheville en toute sécurité pour assumer mes responsabilités en tant que joueur.

« De plus, la douleur était très aiguë. Je me suis assis sur le banc et mon entraîneur s’est approché de moi, très contrarié, et m’a crié : "C’est quoi ton problème ? C’est quoi ton problème ?" Je lui ai dit : "C’est ma cheville."  Mais il le savait ; c’était bien documenté et nous en avions discuté », a ajouté Brown.

« Il m’a alors ordonné de retourner sur le terrain. J’ai dit, "coach, je ne peux pas". Il n’a pas demandé l’intervention des soigneurs. Au lieu de cela, il m’a crié : "Tu es fini !" en passant son doigt d’un côté à l’autre de sa gorge. L’entraîneur me disait que si je ne jouais pas blessé, alors j’en avais fini avec les Buccaneers. »

Arians a déclaré après le match que Brown ne faisait plus partie des champions en titre du Super Bowl, et le receveur de passes âgé de 33 ans a effectivement été libéré par les Buccaneers, jeudi, après avoir raté deux rendez-vous médicaux organisés par l’équipe pour faire la lumière sur sa prétendue blessure.

L’équipe n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire sur la déclaration de Brown émise mercredi soir.

Le receveur prétend avoir été manipulé.

« Je n’ai pas démissionné. J’ai été coupé. Je n’ai pas abandonné mes frères. J’ai été expulsé », lit-on dans la déclaration de Brown.

« Être renvoyé pour une blessure douloureuse était déjà assez grave. Puis, on a « réécrit l’histoire ». L’entraîneur (Arians) a nié à la télévision nationale qu’il était au courant pour ma cheville. C’est 100 % inexact, a ajouté le receveur. Non seulement il savait que j’avais raté plusieurs matchs à cause de cette blessure, mais en plus nous avons échangé des textos quelques jours avant le match où il a clairement reconnu être au fait de ma blessure. »

Brown s’est blessé à la cheville lors d’une victoire contre les Eagles à Philadelphie à la mi-octobre. Il est retourné au jeu contre les Panthers de la Caroline le 26 décembre, après avoir purgé une suspension de trois matchs pour avoir contrefait des documents concernant son statut vaccinal contre la COVID-19.

L’ancien ailier espacé des Steelers de Pittsburgh, des Raiders d’Oakland et des Patriots de La Nouvelle-Angleterre a réussi 10 attrapés pour 101 verges contre les Panthers. Il a ensuite capté trois passes pour 26 verges de gains contre les Jets, après avoir raté deux entraînements en raison d’une blessure à une cheville.