William Stanback est en lice pour le titre de joueur par excellence de la Ligue canadienne de football, tandis que David Ménard pourrait être élu joueur canadien par excellence du circuit Ambrosie. Les deux sont extrêmement touchés par ces nominations, mais ils ne veulent pas aller chercher leur prix sans que leurs coéquipiers ne soient présents.

Frédéric Daigle La Presse Canadienne

Stanback, meilleur demi offensif du circuit en 2021, et Ménard pourraient être choisis le samedi 11 décembre, lors du gala annuel de la LCF. Présenté en marge de la finale de la Coupe Grey, les deux Alouettes n’y seront accompagnés de leurs coéquipiers que si l’équipe représente l’Association Est.

« Cet honneur représente beaucoup, ne vous méprenez pas, a dit Stanback. Mais (gagner la Coupe Grey) a toujours été mon objectif en m’amenant dans cette ligue.

« En 2019, il ne nous manquait que quelques éléments. Mais je trouve que cette année, nous avons tous ces éléments. Il s’agira d’être intelligents, disciplinés, et de ne pas nous battre nous-mêmes. Personne ne va nous battre. Ce sera à nous de ne pas perdre. Alors j’ai besoin que mes coéquipiers soient (avec moi au gala). »

« Au final, ça ne va pas dire grand-chose, ces honneurs, si tu ne gagnes pas le dernier match, a quant à lui ajouté Ménard. C’est bien d’un point de vue personnel, mais tous les efforts que nous faisons, ils sont faits pour gagner […] le seul honneur qui n’est pas soumis à un vote, qui se gagne en équipe. »

PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

David Ménard

Saison exceptionnelle

Stanback, dont le rival au titre de joueur par excellence est le quart Zach Collaros, des Blue Bombers de Winnipeg, a terminé au sommet de la LCF avec 1176 verges au sol, soit plus de 300 verges que son plus proche poursuivant, qui a disputé une rencontre de plus que lui.

L’athlète de 27 ans a aussi dominé la ligue dans plusieurs autres catégories, dont sa moyenne de 6,1 verges par portée et ses 193 courses, en plus de ses six matchs avec plus de 100 verges au sol.

« Je réalise quel honneur on me fait, a déclaré l’Américain au sujet de cette nomination. Je mets toute l’ardeur au travail nécessaire, c’est pourquoi je crois le mériter. »

André Bolduc, l’entraîneur des demis, était particulièrement heureux pour lui

« Ne serait-ce que pour effacer l’année difficile qu’il a vécue en 2020 — la perte de ses parents, l’aventure ratée avec les Raiders, qui ne lui ont pas donné l’occasion de se faire valoir — c’est mérité. […] C’est tellement un bon gars. Évidemment, c’est un honneur individuel, mais il est le premier à donner le mérite à ses coéquipiers. »

« C’est incroyable de la façon dont il a joué cette saison pour notre équipe après une année si difficile, a ajouté l’entraîneur-chef Khari Jones, lui-même récipiendaire du titre en 2001. Il a raison quand il dit que ce serait spécial d’être avec lui s’il gagne : j’ai grandement apprécié la présence de coéquipiers (des Blue Bombers) quand j’ai été élu. »

Quant à Ménard, un athlète originaire de Chicoutimi, il a terminé la saison au quatrième rang de la ligue avec huit sacs du quart, soit le plus haut total pour un joueur canadien. Il a également provoqué deux échappés, en plus d’amasser 18 plaqués, dont un pour des pertes.

Tout un revirement de situation pour un athlète qui se cherchait du boulot après avoir été libéré par les Lions de la Colombie-Britannique, en 2019.

« Je fais partie d’une équipe qui a confiance en moi, a-t-il dit pour expliquer ses succès. Je peux jouer librement, sans stress. »

Ménard fera la lutte au secondeur Bo Lokombo, un ex-Alouette qui porte maintenant les couleurs des Lions.