Sagement, les Alouettes regardent vers l’avant. De retour à l’entraînement en vue de la demi-finale de la division Est qu’ils disputeront aux Tiger-Cats, dimanche à Hamilton (13 h), Khari Jones et ses joueurs veulent tourner la page sur une saison qui n’a pas été à la hauteur des attentes.

Miguel Bujold
Miguel Bujold La Presse

« Notre fiche de 7-7 est moyenne, mais je pense que tous nos hauts et nos bas auront servi à bâtir notre équipe. Si une équipe n’est pas habituée à se relever lorsqu’elle tombe au tapis, elle peut avoir de très mauvaises surprises dans les éliminatoires », a commenté le secondeur Patrick Levels.

« La vraie saison commence maintenant. Il faut avoir une fiche de 1-0 à toutes les semaines, et si on le fait, il n’y a plus personne qui parlera de la saison. »

Leader émotif de la défense s’il en est un, Levels n’a pas trop eu besoin de se faire prier, lundi. Gonflé à bloc, le Texan a fait un Mark Messier de lui-même.

« On va jouer avec robustesse, vitesse et discipline. Et si on le fait, notre équipe ne pourra être arrêtée. Lorsqu’on perd, c’est toujours parce qu’on se bat nous-mêmes, à cause de revirements ou de pénalités. Aucune équipe ne nous a dominés cette saison, cela ne s’est pas produit une seule fois.

« On se présentera au domicile de nos adversaires et on prendra le contrôle de leur stade, ce n’est pas plus compliqué que ça ! On va gagner à Hamilton. Et vous pourrez me le remettre sous le nez si on ne le fait pas. Vous pouvez l’écrire et le dire : les Alouettes de Montréal s’en viennent ! »

« Vous connaissez tous Pat. Vous pourriez lui faire dire la même chose avant chacun de nos matchs, il va toujours garantir la victoire. Mais ça ne me dérange pas, car c’est sa personnalité », a dit Jones.

En plus de son entraîneur-chef, Levels a obtenu la bénédiction de son directeur général… qui a toutefois émis une réserve.

« S’il le sent et qu’il le croit, et qu’il est capable d’embarquer l’équipe en entier avec lui, eh bien, on y va et je l’endosse. Je vais l’encourager de dire ce qu’il pense », a indiqué Danny Maciocia.

« Mais les paroles restent des paroles. Il faut être capables de le faire sur le terrain et de livrer », a ajouté le directeur général.

Stanback en santé

Retiré du match lors de la défaite face au Rouge et Noir d’Ottawa, vendredi soir, William Stanback a confirmé qu’il était en santé et qu’il ne souffrait d’aucune blessure sérieuse.

« Ce n’est pas moi qui prends ces décisions. Je vais faire ce que les entraîneurs veulent. S’ils jugent qu’il est préférable que je sorte du match, c’est ce que je vais faire, a dit Stanback. J’aurais pu continuer de jouer. »

Rappelons que la recrue Jeshrun Antwi a échappé et perdu le ballon à deux occasions après avoir pris la relève de Stanback. Deux jeux déterminants dans la défaite de 19-18 contre Ottawa.

« Tous les joueurs sont un peu amochés à ce stade-ci de la saison. Khari voulait juste s’assurer que je sois en santé et prêt pour Hamilton », a expliqué Stanback, qui s’est dit à 100 % de sa forme, lundi.

« On peut toujours remettre des décisions en doute après coup. Mais on fait ce que l’on croit être dans le meilleur intérêt de l’équipe au moment et on vit avec ses choix », a commenté Jones.

Une équipe mal préparée ?

Sans surprise, Maciocia n’a pas apprécié le rendement de son club, vendredi soir, et on pourrait sûrement dire la même chose de la saison dans son ensemble. Mais le Québécois a rappelé que les prochaines semaines pourraient complètement changer le portrait de la situation.

« Comme tout le monde, on était déçus [de la défaite de vendredi]. Mais il faut l’évacuer du système et c’est ce qu’on a fait durant le week-end. Personne n’était satisfait de notre match, mais la réalité, c’est qu’on est dans les séries éliminatoires et qu’on a un gros match à jouer, dimanche à Hamilton. C’est très important qu’on soit bien préparés physiquement et mentalement. »

« Quand une équipe n’est pas prête à jouer physiquement et mentalement, elle va en payer le prix. Malheureusement, je pense qu’on n’a pas respecté l’adversaire dans ce match [vendredi]. Et lorsqu’on ne respecte pas l’adversaire, je pense qu’on ne respecte pas le sport. Lorsqu’on ne respecte pas ces deux choses, il y a des dommages collatéraux et on a payé pour », a dit Maciocia, avant d’atténuer ses propos un brin.

Ça arrive, des matchs comme ceux-là. La question est de savoir de quelle façon on gèrera la situation. Les bonnes équipes sont capables d’évacuer des défaites comme celle-là.

Danny Maciocia, directeur général des Alouettes

Lorsque l’un de mes collègues a demandé à Jones s’il estimait que son équipe était mal préparée, vendredi soir, l’entraîneur-chef a été catégorique.

« Non, pas du tout. On a tous vu ce qui s’était produit, on a commis des échappés et ce fut l’histoire du match. Ce n’était pas parce qu’on avait pris l’adversaire à la légère. »

« Après chaque match, on a une réunion le lendemain avec notre entraîneur-chef, Khari Jones, et on parle du match, des décisions, des blessures. C’est un genre de résumé. On a [abordé] le match, et maintenant tous nos efforts et notre concentration sont tournés vers notre prochain », a expliqué Maciocia.

Au sujet de la fiche de 7-7 de leur équipe, Maciocia et Jones étaient toutefois d’accord : elle est décevante. Les deux hommes croient cependant que la fin pourrait être heureuse.

« On aura l’occasion de faire un post-mortem à la fin de l’année et de parler en détail de la saison, mais on fait actuellement partie d’un tournoi, alors j’aimerais garder toutes nos énergies sur ça. Je veux que les choses soient positives autour de l’équipe. »

« Au bout du compte, si on gagne nos trois prochains matchs, je ne pense pas qu’on va parler de notre fiche de 7-7. Et probablement que je vais me sentir complètement différent de la façon dont je me sens aujourd’hui », a dit Maciocia.

« Je pense que notre fiche est indicative de notre saison, qui a été inégale. Mais je pense qu’on a été compétitifs dans chacun de nos matchs », a analysé Jones.

« Je m’attendais à une meilleure fiche, mais c’est correct. Je suis excité d’affronter Hamilton pour voir de quoi notre équipe est formée. Je l’aime encore et je continue de croire qu’elle a tous les ingrédients afin de se rendre jusqu’au bout. »

Ligne offensive : de nouveaux contrats

Sean Jamieson (genou) a effectué un retour au jeu, vendredi, et Philippe Gagnon (bas de la jambe) était de retour à l’entraînement, lundi. Ces deux joueurs, de même que Kristian Matte et Landon Rice, devraient donc tous être à leur poste face aux Tiger-Cats.

Et ces quatre joueurs seront tous de retour avec les Alouettes en 2022 après avoir signé de nouveaux contrats de deux ans au cours des derniers jours.

« Ces joueurs sont extrêmement importants à mes yeux. Le succès qu’on a eu avec notre jeu au sol cette saison est grandement attribuable à notre ligne offensive », a commenté Maciocia, qui a conclu ces nouvelles ententes en quelques jours après avoir amorcé des pourparlers au milieu de la semaine dernière.

Je ne dis pas que ç’a été facile, mais leur désir de rester avec l’équipe était fort et c’était réciproque.

Danny Maciocia, directeur général des Alouettes

« Ils aiment leurs coéquipiers, la ville, l’équipe, leur entraîneur de position [Luc Brodeur-Jourdain] et ils voient le potentiel qu’on a pour les prochaines années. Je le dis souvent, les matchs sont gagnés sur la ligne de mêlée. Alors, [le fait] d’avoir ces quatre joueurs sous contrat, ça m’inspire beaucoup pour l’avenir. »

L’autre joueur partant du quintette est Tony Washington. Le bloqueur à gauche, dont le contrat viendra à échéance cet hiver, n’a pas participé au dernier match ni à l’entraînement de lundi en raison d’une blessure à un mollet. Il devrait toutefois être de retour à son poste à compter de mercredi alors que les Alouettes reprendront l’entraînement après une journée de congé, a indiqué Jones.