Pier-Olivier Lestage ne se souvient plus vraiment de la date de son dernier match de football. Était-ce le 23 ou le 24 novembre 2019 ? Il n’est plus sûr.

Richard Labbé
Richard Labbé La Presse

Heureusement, il n’a pas oublié comment on joue au football. Tellement qu’il fait partie des joueurs québécois qui pourraient être repêchés par une équipe de la NFL en fin de semaine.

« Mon dernier match, ça fait longtemps, mais j’ai pu me rendre en Floride au mois de janvier pour participer au Tropical Bowl, explique-t-il au bout du fil. Trois jours avec des espoirs de la NFL, et un match qu’on a pu disputer à la fin, lors du dernier jour là-bas. J’étais rouillé le premier jour, mais les deux derniers, ça allait… »

Ça allait tellement que Lestage, un garde de 23 ans qui a joué avec les Carabins de l’Université de Montréal, pourrait être choisi par une équipe de la NFL lors du repêchage qui s’amorce ce jeudi soir.

« En temps de pandémie, je ne peux pas réunir tout le monde autour de moi, alors on va tous regarder ça ensemble sur Zoom, ma famille et mes amis… on va être une trentaine ensemble comme ça. C’est sûr qu’il y a une certaine fébrilité. En même temps, je ne veux pas banaliser le repêchage, mais c’est facile, si on veut, de se retrouver avec une équipe… Le plus difficile, c’est de rester ! »

Il n’a pas d’équipe favorite, et il ne souhaite pas non plus être repêché par une équipe en particulier. Surtout, Lestage ne veut pas dire combien d’équipes se sont intéressées à lui au cours des dernières semaines. C’est un secret qu’il aime mieux ne pas dévoiler.

« Peu importe, je ne vais pas être difficile… si on me repêche, tant mieux, sinon, il y a toujours la possibilité d’obtenir un contrat à titre de joueur autonome après le repêchage. »

Mon rêve, c’est la NFL. Peu importent la ville et l’équipe, je vais y aller.

Pier-Olivier Lestage

Naguère, Lestage a été un joueur de hockey, mais il a fait le saut sur les terrains de football en arrivant au secondaire. C’est un choix qu’il n’a pas regretté, et aujourd’hui, le voici aux portes de la plus grande ligue. Pas seulement lui ; le demi de coin Benjamin St-Juste et l’ailier rapproché Bruno Labelle pourraient aussi être repêchés.

« Il y a des Québécois chaque année, mais là, trois joueurs québécois en tout, c’est assez fort, conclut-il. Je pense que plus ça va aller et plus les joueurs du Québec vont avoir ces occasions. C’est bon signe pour le futur du football en province. »

Benjamin St-Juste

PHOTO ANDY CLAYTON-KING, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Benjamin St-Juste

Cet ancien des Spartiates du cégep du Vieux Montréal a amorcé sa carrière à l’Université du Michigan, avant de passer à l’Université du Minnesota. Ce demi de coin montréalais de 6 pi 3 po a connu de bons moments sur les terrains universitaires américains, assez, en tout cas, pour devenir un espoir de premier plan, qui pourrait même être repêché lors du deuxième tour du repêchage. Avec sa taille, toutefois, il ne faudrait pas s’étonner qu’une équipe tente d’en faire un demi de sûreté. Peu importe, à moins d’une malchance, il sera fort probablement sur un terrain de la NFL au mois de septembre.

Bruno Labelle

PHOTO JOSEPH MAIORANA, ARCHIVES USA TODAY SPORTS

Bruno Labelle (87)

L’ailier rapproché de 23 ans a rapidement quitté le Québec pour aller courir aux États-Unis sur les terrains de la NCAA, et c’est là, avec les Bearcats de l’Université de Cincinnati, qu’il a passé les quatre dernières saisons. Les Bearcats ont été invaincus au cours du dernier calendrier écourté, et Labelle en a profité pour se faire remarquer de la bonne façon. Comme Pier-Olivier Lestage, il pourrait être un choix tardif au repêchage de la NFL, ou encore signer un contrat à titre de joueur autonome si jamais il n’était pas repêché.