(Tampa) Les partisans, pour la plupart sans masque, ont marché dans les rues du centre-ville et ont rempli les bars et les clubs afin de célébrer le plus récent titre de sport professionnel de Tampa Bay.

Fred Goodall
Associated Press

Los Angeles a les champions en titre au baseball, avec les Dodgers, et au basketball, avec les Lakers, mais c’est difficile de supplanter les succès de Tampa Bay et des nouveaux champions du Super Bowl, les Buccaneers, qui s’ajoutent à l’équipe championne de la Coupe Stanley, le Lightning, et aux finalistes de la Série mondiale, les Rays.

« C’est déjà assez difficile de gagner un titre dans n’importe quel sport, sans parler d’une ville qui est capable d’en gagner deux en même temps et presque un troisième », a souligné l’entraîneur-chef du Lightning, Jon Cooper, lundi.

Le Lightning a pris l’avion en direction de Nashville, dimanche, où l’équipe a regardé les Buccaneers vaincre les Chiefs de Kansas City, 31-9.

« Félicitations aux Buccaneers ! Merci pour le cadeau de fête », a écrit sur Twitter le capitaine du Lightning, Steven Stamkos, qui célébrait son 31e anniversaire de naissance.

« Tu as l’impression d’être investi dans le jeu quand c’est l’équipe de ta ville. C’est la partie la plus plaisante, regarder le match et voir tous les gars applaudir. C’est une sensation très plaisante, a déclaré Cooper. Je sais que nous ne faisons pas partie de la NFL, mais nous avons l’impression de le faire. »

Le Lightning a vécu la totalité de son parcours éliminatoire dans les environnements protégés au Canada, soulevant la Coupe Stanley pour la deuxième fois de son histoire, en septembre.

Le mois suivant, les Rays ont été champions de la Ligue américaine de baseball, mais ils ont perdu en six affrontements contre les Dodgers, dans une Série mondiale disputée sur un terrain neutre, au Texas.

Un premier titre en 18 ans

Pour les Buccaneers, il s’agit d’un premier titre de la NFL en 18 ans. Il a quelque chose de particulier parce que les Buccaneers ont remporté trois parties éliminatoires à l’étranger avant de devenir la première équipe à participer au Super Bowl dans son propre stade.

Le stade Raymond James n’a accueilli qu’environ 25 000 partisans, plutôt que 65 000, en raison des protocoles liés à la COVID-19. Ça n’a toutefois pas empêché la ville de célébrer.

PHOTO KIM KLEMENT, USA TODAY SPORTS

« La pression était sur nous. Le Lightning a gagné la Coupe Stanley et les Rays ont atteint la Série mondiale. Ils n’ont pas réussi à l’emporter, mais j’espère qu’ils auront l’occasion d’y retourner, a affirmé le secondeur Lavonte David, des Buccaneers. C’était notre moment. Nous devions relever le défi pour la ville. L’attente a été longue. Ces gars-là nous ont soutenus tout au long de la saison, tant les Rays que le Lightning. »

Certains joueurs du Lightning ont porté un chandail des Buccaneers pendant le vol de l’équipe vers Nashville. L’attaquant Tyler Johnson a notamment arboré le chandail numéro 13 de Mike Evans.

« Nous tentons de regarder le Super Bowl chaque année. C’est probablement la première fois que tout le monde soutient la même équipe, a dit Johnson. D’habitude, nous avons quelques rivalités et quelques paris entre nous. Cette fois, nous voulions que les Buccaneers gagnent. »

Les Buccaneers l’ont reconnu.

« C’est assurément une affaire de famille. Toutes les équipes sont solidaires pour cette ville, a ajouté David. Nous avons été en mesure de prendre le relais et de rapporter un titre à la maison pour Tampa Bay. »

Cooper a d’ailleurs souligné que les équipes sportives qui réussissent, en particulier lors des parcours pour un championnat, rassemblent les communautés.

« Ça amène de l’unité dans la ville et de la fierté », a-t-il conclu.