Sans surprise, le quart des Packers de Green Bay Aaron Rodgers a été nommé le joueur le plus utile de la NFL pour une troisième fois.

Publié le 6 févr. 2021
Associated Press

Rodgers a possiblement connu la meilleure saison de sa carrière de 16 ans dans la NFL, guidant les Packers vers une fiche de 13-3, la meilleure de l’Association Nationale.

Âgé de 37 ans, Rodgers a lancé 48 passes de touché, il a complété 70,7 % de ses passes et il a montré une cote d’efficacité de 121,5. Il s’agissait de trois sommets dans la NFL cette saison.

« C’est vraiment spécial d’avoir reçu cet honneur à ma quatrième année comme partant et maintenant à ma 13e année. J’en suis fier, a déclaré Rodgers. Je suis fier d’avoir maintenu les succès et d’avoir été capable d’offrir mon meilleur football, à 37 ans et à ma 16e saison en carrière. »

Sans surprise, seuls des quarts ont reçu au moins un vote lors du scrutin formé par un panel de 50 membres des médias qui couvrent régulièrement les activités de la NFL. Les huit derniers joueurs le plus utile et 13 des 14 derniers ont joué à cette position.

Rodgers a reçu 44 votes, suivi du quart des Bills de Buffalo Josh Allen (quatre) et du quart des Chiefs de Kansas City Patrick Mahomes (deux).

Rodgers a aussi été nommé le joueur le plus utile de la NFL en 2011 et en 2014. Il a joint son ancien coéquipier Brett Favre et Tom Brady à titre de triple gagnant de cet honneur. Peyton Manning détient le record avec cinq titres de joueur le plus utile.

La soirée des quarts ne s’est pas arrêtée là.

Après avoir subi une horrible blessure à la jambe droite qui a nécessité 17 interventions chirurgicales, le simple fait d’être sur le terrain de pratique était une victoire pour Alex Smith. Guider l’Équipe de football de Washington vers les séries était presque digne des scénarios de Hollywood.

Le quart de 36 ans a été nommé le joueur de la NFL ayant connu le plus beau retour à la compétition. Smith a amorcé huit matchs en saison avant qu’une blessure l’empêche de poursuivre ses succès en séries.

« C’est difficile pour beaucoup de gens d’accepter le fait que je voulais tenter un retour à la compétition. J’ai eu beaucoup de pas de recul tout au long du processus. Je me demandais pourquoi je faisais ça. Il y a assurément eu des périodes pendant la réhabilitation de deux ans au cours de laquelle je doutais qu’une telle chose soit possible », a mentionné Smith.

Smith a pratiquement balayé le scrutin, recevant 49 des 50 votes attribués. Tout le monde à travers la NFL l’a cité comme une inspiration.

Aussi, le quart des Chargers de Los Angeles Justin Herbert a été nommé la recrue offensive de la NFL.

Sélectionné au sixième rang du dernier repêchage de la NFL, Herbert est devenu le deuxième quart consécutif et le neuvième depuis 2004 à recevoir cet honneur. Il est également le deuxième joueur des Chargers à l’obtenir, après le porteur de ballon Don Woods, en 1974.

Alors qu’il n’était même pas partant quand la saison s’est amorcée, Herbert a assumé ce rôle quand Tyrod Taylor s’est blessé. Le jeune homme n’a plus regardé derrière, lançant 31 passes de touché, ce qui constitue un record de la NFL pour une recrue.

« Je crois que ça témoigne tout le travail que nous avons mis dans cette équipe, que ce soit les joueurs ou les entraîneurs, a dit Herbert. Ce fut une année difficile, mais nous avons travaillé fort et le simple fait d’être dans la conversation était un honneur. »

Herbert a facilement battu le receveur des Vikings du Minnesota Justin Jefferson au scrutin, amassant 41 votes contre neuf.

Du côté défensif, plusieurs observateurs voyaient Chase Young comme le joueur le plus talentueux du dernier repêchage. Il semble qu’ils savaient des choses.

L’ailier défensif de l’Équipe de football de Washington a été nommé la recrue défensive de l’année dans la NFL.

Young est le premier joueur de la formation de Washington à recevoir cet honneur, après qu’il eut dominé toutes les recrues de la ligue au chapitre des sacs du quart (sept sacs et demi).

« Dès la première fois comme enfant, j’ai adoré le sport, a indiqué Young, deuxième choix au total du dernier repêchage. J’aime avoir du plaisir quand je suis sur le terrain. »

Il n’y avait pas beaucoup de doutes quant à cet honneur et les 42 votes qu’il a reçus en témoignent bien.

Le porteur de ballon des Titans du Tennessee a connu une des rares saisons de 2000 verges au sol dans l’histoire de la NFL et il a été récompensé avec le titre du joueur offensif de l’année.

Le spectaculaire porteur de ballon a récolté 2027 verges au sol, devenant seulement le huitième joueur de l’histoire à atteindre ce plateau. Cinq des sept précédents avaient reçu cet honneur alors qu’O. J. Simpson, en 1973, avait même été nommé le joueur le plus utile de la NFL.

« Ce plateau est toujours dans la tête des porteurs de ballon parce que c’est si unique, a affirmé Henry. En ce qui me concerne, tant que je m’entraîne et que je travaille fort pendant la saison morte et que je fais ce qui est nécessaire pour être prêt pour la prochaine saison, tout tombera à point. Je place les objectifs d’équipe en premier. »

Henry a maintenu une moyenne de 126,7 verges au sol par match et il a inscrit 17 touchés par la course. Il a connu sept parties de plus de 100 verges au sol et trois matchs de plus de 200.

Aaron Donald est quant à lui devenu un plaqueur défensif si dominant qu’il a joint un groupe d’élite en remportant le titre de joueur défensif de l’année pour une troisième fois.

Le joueur des Rams de Los Angeles a ajouté ce plus récent honneur à ceux qu’il avait gagnés en 2017 et en 2018. Seuls Lawrence Taylor (1981, 1982 et 1986) et J. J. Watt (2012, 2014 et 2015) ont réalisé cet exploit.

« Vous venez de nommer deux très bons joueurs défensifs, a exprimé Donald. Chaque fois que ton nom est mentionné avec des grands de la sorte, c’est un honneur. Surtout que très peu ont accompli cet exploit. Ça montre que chaque fois que tu travailles fort, tu es récompensé. »

Les statistiques ne définissent pas Donald, qui doit souvent composer avec deux joueurs de ligne offensive et parfois plus. Il a réussi 45 plaqués, 13 sacs et demi et il a provoqué quatre échappés.

Finalement, après avoir fait des Browns de Cleveland une bonne équipe, Kevin Stefanski a été nommé l’entraîneur-chef de l’année dans la NFL.

Les Browns ont montré un dossier de 11-5 et ils ont participé aux séries pour une première fois depuis la saison 2003. Ils ont vaincu les Steelers de Pittsburgh au premier tour éliminatoire et ils ont presque causé la surprise dans une défaite serrée contre les Chiefs de Kansas City.

« Nous n’avons pas porté attention au passé. Nous voulions tous aller de l’avant, a insisté Stefanski. Il y a eu des défis uniques pendant cette saison. Nous avons gardé notre concentration à assembler un groupe de gars qui se battraient chaque semaine. Je crois que nous l’avons fait. »