(Nouvelle-Orléans) Le savoir-faire de Drew Brees et son perpétuel talent de passeur ont suffi aux Saints de La Nouvelle-Orléans pour surmonter la perte de deux de leurs meilleurs receveurs de passes au cours des derniers jours.

Associated Press

Le vétéran quart de 41 ans a complété 80,6 % de ses passes pour des gains de 287 verges et deux touchés, et a lui-même inscrit un majeur sur une distance d’une verge pour mener son équipe vers un gain de 27-24 contre les Panthers de la Caroline, dimanche après-midi.

Cette superbe prestation est survenue après que les Saints eurent dû modifier leur stratégie à cause des absences de Michael Thomas, blessé à un ischiojambier mercredi, et d’Emmanuel Sanders, qui a obtenu un résultat positif à un test de dépistage du coronavirus après l’entraînement de jeudi.

« Chaque semaine, c’est de trouver une manière différente de gagner. Chaque semaine, c’est de trouver des joueurs différents qui doivent relever leur jeu d’un cran et faire leur part comme peut-être jamais auparavant », a déclaré Brees.

« Donc, je ne soulignerai jamais assez la détermination et la persévérance des joueurs pour en arriver à réaliser tout ça. »

Brees a réussi 29 de ses 36 passes, à huit receveurs différents. Il a notamment complété huit passes à la recrue Marquez Calloway.

À la recherche, au pire, d’un placement qui leur aurait permis de créer l’égalité, les Panthers ont réussi à entrer dans le territoire des Saints dans les dernières minutes du quatrième quart.

Cependant, Marcus Davenport a plaqué le quart Teddy Bridgewater derrière sa ligne de mêlée, forçant l’entraîneur-chef Matt Rhule à dépêcher sur le terrain le botteur de précision Joey Slye pour tenter un placement de 65 verges lors d’un quatrième essai et 19 verges à franchir.

Le ballon est tombé tout juste à court de la tige horizontale, et les Saints (4-2) ont pu égrener les 115 secondes qui restaient au cadran pendant que les Panthers (3-4) subissaient un deuxième revers de suite.

« Le sac du quart a été le coup de grâce », a analysé Rhule.

« C’est la seule chose qui ne pouvait pas arriver à ce moment-là. Teddy ne peut pas se laisser plaquer derrière la ligne de mêlée. La ligne offensive ne peut pas concéder ce sac. Ça ne devait tout simplement pas arriver. »

Jared Cook et Deonte Harris, tous deux sur des jeux de quatre verges, ont marqué les deux touchés des Saints par la passe.

Les prises de décision de Brees et sa précision ont aussi aidé à convertir 12 de leurs 14 tentatives en troisièmes essais.

Les deux fois où ils ont échoué, les Saints ont quand même pu marquer des points grâce à des placements de 41 et de 43 verges de Will Lutz.

Le demi-offensif Alvin Kamala a ajouté son grain de sel en récoltant un total de 148 verges, dont 83 au sol en 14 courses.

L’approche méthodique des Saints à l’attaque leur a permis de conserver le ballon pendant près de 35 minutes sans devoir effectuer un seul botté de dégagement.

Elle fut également suffisante pour surmonter une solide performance de Bridgewater, à son premier match contre les Saints depuis qu’il a quitté l’équipe après deux campagnes à titre de réserviste à Brees.

Bridgewater a complété 23 de ses 28 passes pour des gains de 254 verges et deux touchés, dont un de DJ Moore qui a couvert la distance de 74 verges. Moore a aussi marqué un touché sur une passe et course de sept verges.

Curtis Samuel a ajouté un majeur sur une course de cinq verges qui a permis aux Panthers de porter le score à 24-24 à la fin du troisième quart.

Cependant, les Panthers n’ont obtenu que 37 verges au sol contre l’une des meilleures brigades défensives contre la course dans la NFL.

Il s’agissait du quatrième match des Saints au Superdome en 2020, et de leur premier à être présenté devant des spectateurs.

Seulement 3000 membres du public ont été admis à l’intérieur du stade couvert, en plus des invités des joueurs et du personnel. Ils ont pu s’asseoir dans les gradins du niveau inférieur.

Bien qu’il ait été possible d’entendre les réactions des spectateurs, et que ceux-ci semblaient heureux de pouvoir assister au match en personne, l’enceinte n’a jamais été aussi bruyante que lors d’un match dans des conditions normales, quand 73 000 personnes occupent les sièges du stade.