Les Cowboys de Dallas n’ont pas lésiné afin d’améliorer leurs unités spéciales au cours de la saison morte. Ils ont embauché John Fassel, qui est probablement le meilleur coordonnateur d’unités spéciales de la NFL, et le botteur Greg Zuerlein, deux anciens des Rams de Los Angeles. La stratégie n’a pas tardé à rapporter.

Miguel Bujold Miguel Bujold
La Presse

C’est Zuerlein qui a réussi le botté court qui a permis aux Cowboys de reprendre le ballon en fin de match contre Atlanta, dimanche. Ce même Zuerlein a ensuite donné une victoire de 40-39 à son équipe avec un placement quelques minutes plus tard.

Les Cowboys ont échappé et perdu le ballon à trois reprises en première demie, ce qui explique en grande partie pourquoi ils perdaient 20-0. Les Falcons menaient également 29-10 à la mi-temps et 39-24 au milieu du quatrième quart. Leurs mauvais souvenirs du 52e Super Bowl ont sûrement refait surface…

Pour la deuxième fois en deux matchs, la défense des Falcons a accordé plus de 500 verges. Et l’entraîneur-chef Dan Quinn est un spécialiste du jeu défensif ? Ah bon.

Pour les Cowboys, c’est le genre de match, qui a été remporté devant plus de 21 000 spectateurs soit dit en passant, qui peut complètement changer le cours d’une saison. Il s’agit peut-être de l’étincelle dont ils avaient besoin pour enfin performer à la hauteur de leur talent – à tous les matchs.

Malgré le jeu des unités spéciales, c’est le quart-arrière Dak Prescott qui a été le grand artisan de cette improbable victoire. Il faudra maintenant voir si Prescott et les Boys pourront bâtir sur ce triomphe, dimanche prochain à Seattle.

Saison gâchée à San Francisco ?

Bon an, mal an, la saison de certaines équipes est bousillée par les blessures. Et c’est exactement vers ce scénario que semblent se diriger les 49ers de San Francisco.

Les champions en titre de la Nationale étaient déjà privés des services de l’ailier espacé Deebo Samuel, de l’ailier rapproché George Kittle, du chasseur de quarts Dee Ford et du demi de coin Richard Sherman. Dimanche au New Jersey, ils ont cette fois perdu l’ailier défensif Nick Bosa, le joueur de ligne défensive Solomon Thomas, le porteur de ballon Raheem Mostert et, pour finir, le quart-arrière Jimmy Garoppolo.

La plupart de ces joueurs reviendront au jeu cette saison, mais ce ne sera pas le cas de Bosa, qui aurait subi une déchirure ligamentaire à un genou. Très lourde perte, il va sans dire.

PHOTO BILL KOSTROUN, ASSOCIATED PRESS

L’ailier défensif des 49ers de San Francisco Nick Bosa (97) aurait subi une déchirure ligamentaire à un genou, dimanche.

Mais malgré cette interminable liste de blessés, les Niners ont battu les Jets, 31-13, ce qui démontre à quel point les Jets sont mauvais. Dans une division qui compte également les Seahawks de Seattle, les Rams de Los Angeles et les Cardinals de l’Arizona, ça risque toutefois de se corser avant longtemps pour les Niners.

On dit que la surface de jeu du MetLife Stadium serait à l’origine de quelques-unes des blessures des 49ers. Malheureusement pour eux, ils disputeront un deuxième match consécutif dans ce stade, dimanche prochain contre les Giants, qui ont perdu un très gros morceau, eux aussi. Le demi offensif Saquon Barkley ratera également toute la saison en raison d’une déchirure ligamentaire à un genou. Barkley s’est toutefois blessé à Chicago et non pas au MetLife Stadium.

Vaillants, les jeunes Broncos

Comme c’est le cas chez les 49ers, les blessures sont également en voie de gâcher la saison des Broncos de Denver. Von Miller, A. J. Bouye, Phillip Lindsay ont tous raté la rencontre de dimanche à Pittsburgh, et Drew Lock l’a quittée en raison d’une blessure à une épaule après avoir été plaqué par Bud Dupree.

Les Broncos auraient très bien pu s’écrouler après la perte de leur jeune quart-arrière, surtout contre la grosse défense des Steelers. Ils sont plutôt venus bien près de surprendre les Steelers, en grande partie grâce au jeu du quart réserviste Jeff Driskel.

Mais la défense du coordonnateur Keith Butler a fermé la porte près de sa zone des buts dans les dernières minutes pour préserver une victoire de 26-21. La défense des Steelers a accordé quelques longs jeux par la passe, mais a également réussi une interception, un touché de sûreté et sept sacs, dont 2,5 de T. J. Watt.

Offensivement, James Conner a récolté plus de 100 verges au sol, comme l’avait fait Benny Snell fils la semaine précédente, et Ben Roethlisberger a lancé deux passes de touché, dont une de 84 verges au Canadien Chase Claypool, qui a ainsi marqué son premier majeur en carrière. Les Steelers semblent avoir réussi un vol en sélectionnant Claypool au deuxième tour.

Justin Herbert est prêt

Selon plusieurs experts, le premier choix Justin Herbert n’était pas prêt à être un quart-arrière partant dès 2020. Après que Tyrod Taylor eut ressenti des douleurs à la poitrine, les Chargers n’ont cependant pas eu le choix de donner le ballon à Herbert, dimanche.

Le défi était de taille. Ce sont Patrick Mahomes et les Chiefs de Kansas City qui étaient de l’autre côté du terrain à Los Angeles. Mais Herbert a fait une excellente première impression et les Chargers se sont finalement inclinés en prolongation, 23-20, après avoir été en avance durant presque tout le match.

PHOTO ROBERT HANASHIRO, USA TODAY SPORTS

Le quart-arrière des Chargers de Los Angeles Justin Herbert a fait une excellente première impression, dimanche.

Herbert a complété 22 de ses 33 passes pour 311 verges et a joué avec une étonnante assurance. Bon athlète, il a marqué son premier touché au sol, en plus de lancer sa première passe de touché.

En contrepartie, l’interception de Herbert a coûté cher contre une équipe du calibre des Chiefs, mais il semble faire très peu de doute qu’il donnerait de meilleures chances de gagner aux Chargers que Taylor, qui est un réserviste adéquat sans plus. Anthony Lynn a cependant dit que Taylor demeurerait le partant des Chargers après la partie de dimanche.

De la protection et vite !

Il y a un autre quart-arrière de première année qui a bien fait en cette deuxième semaine d’activité. Il s’agit bien sûr de Joe Burrow, qui a gardé les Bengals de Cincinnati dans le coup jusqu’à la toute fin, jeudi à Cleveland. Les Browns l’ont emporté 35-30.

Pour le deuxième match consécutif, Burrow a presque permis à son équipe de surprendre un adversaire qui était significativement plus fort. L’ancien des Tigers de LSU joue avec confiance et beaucoup de sang-froid, et son talent ne fait pas le moindre petit doute.

Cela dit, si les Bengals n’améliorent pas la protection devant lui, Burrow risque de se retrouver à l’infirmerie bientôt. On doute qu’il y ait une ligne offensive moins efficace que celle des Bengals parmi les 31 autres équipes du circuit.

PHOTO DAVID RICHARD, ASSOCIATED PRESS

Joe Burrow (9)

Le travail de Burrow serait également plus facile si A. J. Green jouait un peu mieux. Le vétéran a déjà été la cible du jeune passeur à 22 reprises cette saison, mais n’a capté que huit passes pour 80 verges. Ce n’est possiblement qu’une question de rouille puisque Green a raté toute la saison dernière et sept matchs en 2018.

La fulgurante ascension de Josh Allen

Avez-vous déjà vu un quart-arrière s’améliorer autant et aussi rapidement que l’a fait Josh Allen depuis deux ans ? Il est méconnaissable par rapport à sa première saison.

Lorsqu’il était une recrue en 2018, le quart-arrière des Bills de Buffalo avait été médiocre, et c’est une façon polie de dire les choses. Allen a mieux fait à son deuxième tour de piste, au point où il pouvait être considéré comme quart d’avenir légitime. Mais depuis le début de sa troisième campagne, l’ancien premier choix des Bills a l’air d’un futur membre du Temple de la renommée !

PHOTO WILFREDO LEE, ASSOCIATED PRESS

Josh Allen

Allen a fini son match avec 417 verges et quatre passes de touché, dimanche à Miami. Les Bills ont gagné 31-28 contre les Dolphins, qui possèdent pourtant l’un des meilleurs groupes de demis défensifs de la NFL.

C’était l’évidence qu’il manquait un receveur de premier plan aux Bills et ils ont enfin réglé ce problème en concluant une transaction avec les Vikings du Minnesota pour mettre la main sur Stefon Diggs l’hiver dernier. Diggs a capté huit passes pour 153 verges et a marqué un touché à Miami.

Pendant ce temps à Indianapolis, Kirk Cousins et l’attaque des Vikings ont été vaincus, 28-11. Cousins n’a réussi que 11 de ses 26 passes pour 113 verges et a lancé trois interceptions contre les Colts. C’est très mal parti pour les Vikings.

Un ménage nécessaire chez les Jaguars ?

La très grande majorité des observateurs, dont l’auteur de ces lignes, s’attendaient à une saison désastreuse des Jaguars de Jacksonville en 2020. Ce n’est pourtant pas du tout ce qui se déroule jusqu’à présent.

Après avoir réussi une belle remontée aux dépens des Colts d’Indianapolis lors du premier week-end de la saison, Gardner Minshew II et les Jags ont presque joué le même tour aux Titans, dimanche, au Tennessee. Un placement de Stephen Gostkowski a donné une victoire in extremis de 33-30 aux Titans.

Les Jaguars jouent avec beaucoup d’énergie et d’enthousiasme depuis le début du calendrier. Ce qui fait croire que l’organisation a pris des décisions qui s’imposaient en mettant fin à leur association avec certains joueurs. Jalen Ramsey prenait beaucoup de place dans l’équipe ; Leonard Fournette avait des problèmes de discipline ; et Yannick Ngakoue était malheureux à Jacksonville. Ces trois joueurs ont changé d’adresse et voilà que les Jaguars jouent mieux.