(Toronto) L’ex-président du conseil d’administration de la Ligue canadienne de football Jim Lawson doute sérieusement du retour au jeu cette saison.

Dan Ralph
La Presse canadienne

Le commissaire de la LCF, Randy Ambrosie, a annoncé le mois dernier qu’au plus tôt, le circuit canadien ne reprendrait ses activités qu’à compter du 1er septembre. Il a aussi indiqué que d’annuler la saison demeurait une option.

Lawson est devenu président du conseil en 2013 et a servi de commissaire intérimaire deux fois au cours de son mandat. Il a démissionné en novembre dernier après avoir reçu le Prix du commissaire, qui souligne annuellement le dévouement et la contribution au football canadien.

« Écoutez, j’aime la LCF, a-t-il dit. Je ne connais pas les détails des discussions qui ont eu cours […], mais je suis inquiet, car nous ne sommes plus en mai, où les joueurs ont hâte de jouer.

« Avant de jouer pendant cette pandémie, chaque joueur devra évaluer les risques. Nous ne sommes plus en mai en train de négocier une convention collective. C’est différent. »

Le circuit Ambrosie et l’Association des joueurs de la ligue (AJLCF) ont traditionnellement eu des relations acrimonieuses. Les discussions pour la convention collective en 2014 et 2019 ont été houleuses avant que des ententes ne soient conclues au dernier moment.

Jeudi, le directeur général de l’AJLCF, Brian Ramsay, et plusieurs joueurs ont pris d’assaut les réseaux sociaux pour exprimer leur insatisfaction et leur frustration à l’endroit d’Ambrosie et de l’état des négociations avec la ligue devant mener à une saison écourtée. Ramsay a indiqué que le syndicat « n’avait pas reçu d’idées concrètes pour une convention collective, pas plus que, malgré ce qui avait été promis, des discussions concrètes sur la direction ou des opportunités de jouer une saison 2020 ».

Le leadership d’Ambrosie a pris un sérieux coup de nouveau lundi, alors qu’il aurait unilatéralement imposé une réduction du plafond salarial au niveau des opérations football en 2021. Le plafond était de 2,59 millions, mais il devra être de 2 millions l’an prochain.

Cette décision a été mal reçue.

« Randy Ambrosie, tu as réduit ton salaire ? », a notamment publié lundi sur Twitter le demi des Alouettes de Montréal James Wilder.

Lawson est bien au courant de la relation tendue qu’entretient la ligue avec l’AJLCF. Il a été grandement impliqué dans les négociations de 2014, en plus de participer au processus en 2019.

« Il s’agit d’une négociation très différente que le renouvellement de la convention collective, a-t-il souligné. Ces négociations sont prévues en mai, alors que vous sentez un désir de jouer parmi les joueurs. Je ne ressens pas cela présentement. »

La saison 2020 devait commencer jeudi dernier. Les joueurs de la ligue ont plusieurs choses à prendre en considérations : le risque accru de blessures, de jouer moins de matchs par temps plus froid (Winnipeg et Regina ont été avancées comme pôles de jeu), ainsi que la menace de contracter le coronavirus. Les joueurs qui doivent travailler dans l’entre-saison ont aussi pour la plupart quitté ces boulots et se retrouvent sans salaire.

La frontière entre le Canada et les États-Unis demeurera fermée jusqu’au 21 juillet. Les gens entrant au pays doivent s’isoler pendant 14 jours.

« Selon moi, parce que les joueurs ont une attitude différente, la situation est différente. Ça demandera beaucoup de collaboration des deux côtés pour en venir à bout », a conclu Lawson.

L’homme de 61 ans croit qu’il sera difficile pour la LCF de tenir des matchs cette année.