Quand les Eagles se rassemblent autour de leur entraîneur après une victoire, Doug Pederson scande : « Nous n'avons pas encore fini le travail ».

ROB MAADDI ASSOCIATED PRESS

Le 18 novembre, certains reléguaient aux oubliettes les champions en titre du Super Bowl, après une défaite de 48-7 à La Nouvelle-Orléans. Leur fiche venait de glisser à 4-6.

Deux gains ont suivi mais après un revers à Arlington, il fallait oublier le titre de section. Mais Nick Foles a mené Philadelphie à quatre gains d'affilée, dont le plus récent dimanche à Chicago, 16-15.

Dimanche prochain, les Eagles seront de retour à La Nouvelle-Orléans, au deuxième tour des éliminatoires.

« On perçoit un manque de respect. C'est dur de faire autrement. Un paquet de commentateurs nous voyaient éliminés, a dit l'ailier défensif Chris Long. Mais rares sont ceux qui savent vraiment ce qui se passe. Nous sommes coriaces et nous avons déjà vécu de l'adversité. »

Les Eagles sont en mode éliminatoire depuis un mois, depuis que Carson Wentz s'est blessé au dos.

Au Soldier Field, ils ont pris l'avance finale quand Foles a réussi une passe de touché de deux verges à Golden Tate sur un quatrième essai, avec 56 secondes à disputer.

Puis, Treyvon Hester a fait dévier le ballon sur une tentative de placement de Cody Parkey, à partir de 43 verges. Le ballon a heurté le poteau gauche et ensuite la barre transversale. Les Eagles ont ainsi pu célébrer.

« Nous continuons à gagner. Nous continuons de nous mettre en position de réussir, a dit Pederson. Les gars croient vraiment en eux-mêmes. Ça paraissait dimanche. Nous avons grandi pendant la fin de saison. Nous ne sommes plus la même équipe qui a été malmenée par les Saints. »