• Accueil > 
  • Sports > 
  • Football 
  • > Laurent Duvernay-Tardif: «C'est une sensation indescriptible !» 

Laurent Duvernay-Tardif: «C'est une sensation indescriptible !»

Laurent Duvernay-Tardif... (Photo Vincent Ethier, fournie par Laurent Duvernay-Tardif)

Agrandir

Laurent Duvernay-Tardif

Photo Vincent Ethier, fournie par Laurent Duvernay-Tardif

Quinze mois après avoir signé l'un des plus riches contrats de l'histoire pour un sportif québécois, Laurent Duvernay-Tardif a franchi une autre grande étape de son incroyable parcours, hier.

Laurent Duvernay-Tardif aimerait ajouter les lettres MD à... (Photo Vincent Ethier, fournie par Laurent Duvernay-Tardif) - image 1.0

Agrandir

Laurent Duvernay-Tardif aimerait ajouter les lettres MD à son nom sur son chandail des Chiefs de Kansas City.

Photo Vincent Ethier, fournie par Laurent Duvernay-Tardif

Après sept ans d'études universitaires, Laurent Duvernay-Tardif a... (Photo Vincent Ethier, fournie par Laurent Duvernay-Tardif) - image 1.1

Agrandir

Après sept ans d'études universitaires, Laurent Duvernay-Tardif a reçu son diplôme en médecine hier à l'Université McGill.

Photo Vincent Ethier, fournie par Laurent Duvernay-Tardif

C'est avec une centaine d'autres étudiants que Duvernay-Tardif a vécu sa collation des grades en médecine sur le campus de l'Université McGill. Le garde des Chiefs de Kansas City a pris un bref congé de l'équipe afin de venir vivre cette journée mémorable à Montréal.

« Lorsque je me suis rendu sur la scène, j'ai vu tous les professeurs qui m'ont enseigné, des médecins qui m'ont conseillé, mes parents, ma copine, Sasha [Ghavami, son agent]... C'est cette vision que j'avais, soit de graduer et d'être le premier médecin à embarquer sur un terrain de football, c'était très important pour moi. C'est une sensation indescriptible ! Je suis fier. C'est l'une des premières fois que je suis fier de moi, et je n'ai pas honte de le dire », a raconté Duvernay-Tardif sous un soleil radieux.

Nos jeunes médecins de demain célébraient avec famille et amis tout autour dans le superbe décor de McGill. Mais c'est Duvernay-Tardif qui avait le plus gros sourire. « Je suis vraiment excité et fébrile, c'est un bel accomplissement. »

« Je me souviens d'avoir dû dormir dans le vestiaire à McGill avant des pratiques en plus de mes rotations cliniques. Quatre ans plus tard, je gradue dans la tente avec la cohorte de 2018, c'est vraiment un privilège. »

Quelques minutes avant que Duvernay-Tardif ne vienne répondre aux questions des médias, ses parents, Guylaine et François, ont salué l'accomplissement de leur fils.

« Il est allé jusqu'au bout. Je n'ai jamais eu dedoutes qu'on serait ici un jour, mais vraiment, chapeau, Laurent ! De s'être rendu là et d'avoir réussi à négocier et à tricoter là-dedans, c'est incroyable. C'est un bel accomplissement », a dit Mme Duvernay, la voix remplie d'émotion et sous le regard attendri de son conjoint François.

La médecine, le plan A

Lorsqu'il a signé son contrat de plus de 41 millions avec les Chiefs, en février 2017, Duvernay-Tardif aurait pu choisir de faire toute la place au football. Ça lui a traversé l'esprit.

« Je me suis demandé si la médecine était vraiment ce que je voulais faire, parce que je n'en avais plus vraiment besoin. Mais c'est ce que je veux faire et c'est ce que j'aime. Je veux être en interaction avec les gens. 

« Depuis le début, la médecine a toujours été le plan A. Le football est une opportunité incroyable et je suis vraiment choyé et privilégié de pouvoir pratiquer un sport que j'aime. Cela dit, lorsque je me suis fait repêcher en 2014, je m'étais promis que je graduerais en médecine, même s'il y aurait des distractions, des défis et des embûches. »

Si Duvernay-Tardif avait vraiment songé à abandonner ses études après avoir obtenu son énorme contrat, ses parents l'auraient vite ramené à l'ordre !

« Après que mon agent Sasha m'a téléphoné pour me dire qu'on avait signé le contrat, j'ai appelé mes parents pour leur annoncer la nouvelle. Ils m'ont dit que c'était génial, mais que l'argent devait servir à financer mes projets et que c'était secondaire. Ils m'ont ensuite dit d'aller étudier dès le lendemain matin, car je n'irais plus jamais sinon ! »

Inspirer les jeunes

Notamment par l'entremise de sa fondation, Duvernay-Tardif insiste constamment sur deux choses auprès des jeunes : l'importance d'être actif physiquement et l'importance de l'éducation. C'est d'ailleurs entre autres pour cette raison qu'il aimerait pouvoir accoler les lettres MD à son nom sur son chandail des Chiefs.

« La demande a été envoyée, mais je vais me plier aux règlements. On sait que la NFL est quand même assez stricte au niveau du code vestimentaire. C'est un message porteur d'être le premier joueur actif à embarquer sur un terrain avec son MD. »

« J'espère pouvoir inspirer les jeunes de cette façon. C'est l'une des raisons qui m'ont poussé à persévérer et à terminer mon doctorat. J'ai été capable de sortir des sentiers battus, d'accomplir ce que je voulais et de montrer aux jeunes que c'est possible d'avoir une passion pour un sport et une passion pour les études et de les mener au plus haut niveau. »

Les parents de Duvernay-Tardif ont souvent l'occasion de constater jusqu'à quel point leur fils a un impact sur certains jeunes en échangeant avec leur clientèle dans leur commerce, la boulangerie Le pain dans les voiles.

« Il y a des parents qui m'ont raconté qu'ils avaient acheté la biographie de Laurent à leur garçon pour Noël et que c'était la première fois qu'il lisait un livre en entier », a raconté Mme Duvernay, qui espère maintenant voir son fils reprendre son souffle au cours des prochains mois.

« On sait qu'il sera quand même occupé en juillet, mais au moins, il n'aura plus à faire cette conciliation. Même s'il était en vacances, il devait continuer à étudier ou à s'entraîner. Il va avoir un été un peu plus normal. Il va avoir un stress de moins, et j'en suis très heureuse. »

« Je veux prendre le temps de décompresser et de célébrer cette victoire », a dit le nouveau diplômé, qui s'est toutefois envolé pour Kansas City en début de soirée hier afin de pouvoir reprendre l'entraînement avec les Chiefs dès aujourd'hui.

De bons mots pour Andy Reid

Malgré ses exigeantes études en médecine, Duvernay-Tardif a toujours donné le meilleur de lui-même depuis qu'il s'est joint aux Chiefs. Hier, il a remercié leur entraîneur-chef, Andy Reid, de lui avoir en quelque sorte facilité la route grâce à sa compréhension.

« J'ai rencontré 10 entraîneurs-chefs de la NFL avant le repêchage en 2014 et coach Reid est l'un des seuls qui jugeait que mes études en médecine étaient un point positif. Il m'a dit que j'avais tellement une autre bonne opportunité [la médecine] que je ne jouerais pas au football si ce n'était pas une passion. Sa mère a été l'une des premières femmes à graduer en médecine à McGill, alors il savait ce que cela impliquait. »

Mais à présent, Duvernay-Tardif pourra se concentrer pleinement sur le football. « Je veux mettre 100 % de mon focus sur le football afin de voir le genre de joueur que je peux devenir. »

Avec le doctorat en poche, le nouvel objectif de Duvernay-Tardif est-il d'obtenir sa place dans l'équipe d'étoiles de la NFL en étant nommé un « All Pro » ?

« Je pense que ce serait le fun de graduer en médecine et dans la NFL la même année, oui. »




À découvrir sur LaPresse.ca

Infolettre Rondelle Libre

la boite: 1600166:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer