Plusieurs choses ont retenu l'attention en ce 14e dimanche de la saison, hier, une journée folle comme on en voit régulièrement dans la NFL. C'est toutefois à San Francisco qu'avait lieu le match le plus attendu de la semaine, et l'affrontement entre les 49ers et les Seahawks de Seattle n'a pas déçu les amateurs.

Mis à jour le 9 déc. 2013
Miguel Bujold LA PRESSE

Il y avait des odeurs de séries au Candlestick Park, où la tension était à couper au couteau. Pete Carroll et Jim Harbaugh ont passé l'après-midi à critiquer le travail des arbitres, les joueurs des deux équipes se sont asticotés après presque chaque jeu, et il y a eu quantité de coups d'épaule percutants. Non, ces deux équipes-là ne s'aiment pas du tout.

Les 49ers devaient vaincre leurs ennemis jurés afin de rester en bonne place dans la course aux meilleurs deuxièmes de la conférence Nationale, et c'est ce qu'ils ont fait. Mais ça n'a pas été facile.

Les Niners l'ont emporté, 19-17, grâce à un placement de Phil Dawson alors qu'il ne restait que 26 secondes au tableau indicateur. Le botté victorieux de Dawson - son quatrième de la rencontre - a été rendu possible par une course de 51 verges de Frank Gore quelques minutes plus tôt. Gore a récolté 110 verges au sol, lui qui connaissait une saison très ordinaire jusqu'à hier.

Le porteur de ballon a disputé son meilleur match depuis plusieurs semaines, mais Colin Kaepernick, lui, n'a pas été très impressionnant. Le quart-arrière des 49ers n'a réussi que 15 de ses 29 passes pour 175 verges de gains. Il a lancé une passe de touché à Vernon Davis et a été victime d'une interception. Kaepernick a maintenant totalisé moins de 200 verges dans 9 de ses 12 derniers matchs.

Le vis-à-vis de Kaepernick a été discret, lui aussi. Russell Wilson a complété 15 de ses 25 passes pour 199 verges, un touché et une interception, lancée en désespoir de cause à la fin du match.

Il ne s'agissait que de la deuxième défaite des Seahawks, qui conservent le premier rang de la Nationale. Quant à eux, les 49ers conservent le sixième rang de la conférence.

Sans surprise, le match entre les deux rivaux de division a été marqué par le jeu défensif. En plus de posséder deux des meilleures défenses de la ligue, les Seahawks et les 49ers commencent à se connaître.

Espérons que ces deux puissances se reverront en séries. Il ne manquerait qu'un match éliminatoire mémorable afin que cette rivalité éclipse celle entre les Ravens de Baltimore et les Steelers de Pittsburgh à titre de plus intense et captivante du football américain. Si ce n'est déjà fait.

Du football de décembre

Le genre de bataille livrée par les 49ers et les Seahawks nous a rappelé que les séries éliminatoires approchent. La neige qui recouvrait le terrain dans plusieurs autres stades a également permis de nous rappeler que le moment était venu de passer aux choses sérieuses.

Les Eagles ont défait les Lions dans presque un pied de neige à Philadelphie, et les conditions météorologiques étaient semblables à Baltimore, à Pittsburgh et à Green Bay, notamment. En vertu de leur victoire, les Eagles se sont approchés encore un peu plus d'une participation jusqu'ici improbable aux séries, et ce, à la saison initiale de Chip Kelly.

Du côté de la conférence Américaine, les Ravens l'ont échappé belle. Les champions en titre ne pouvaient absolument pas se permettre de perdre contre les Vikings du Minnesota, puisqu'ils joueront leurs trois derniers matchs contre les Lions, les Patriots de la Nouvelle-Angleterre et les Bengals de Cincinnati. Or, c'est précisément ce qu'ils semblaient en voie de faire.

Les Ravens et les Vikings ont marqué pas moins de 5 touchés dans les 125 dernières secondes de leur match! Marlon Brown a réussi le majeur décisif avec quatre secondes à écouler. La lutte pour la sixième et dernière place disponible pour les séries dans l'AFC devrait se faire entre les Corbeaux et les Dolphins de Miami, qui ont vaincu les Steelers, hier.

Saison terminée pour Gronkowski?

Il n'y a pas qu'à Baltimore où la fin de match a été spectaculaire. À Foxboro, les Patriots ont effacé un déficit de 12 points en marquant deux touchés tardifs pour disposer des Browns de Cleveland, 27-26.

Blanchis en première demie, les Pats ont inscrit 24 points dans les 16 dernières minutes de jeu. À ses 6 derniers matchs, l'équipe de Bill Belichick a totalisé 37 points en première demie et 157 en deuxième, une incroyable différence de 120 points.

Les Pats ont par contre perdu les services de Rob Gronkowski, qui a quitté le match au troisième quart, blessé à un genou. Selon les informations qui circulaient en soirée, l'ailier rapproché aurait subi une déchirure ligamentaire et sa saison serait terminée.