Pour une équipe qui était déjà certaine de finir première de sa division avant d'amorcer le match, les Alouettes ont joué avec une belle énergie dans leur victoire de 34-28 contre les Roughriders, samedi, à Regina.

Mis à jour le 22 oct. 2012
Miguel Bujold LA PRESSE

Tirant de l'arrière, 14-13, à la mi-temps, les Als ont inscrit un touché à chacune de leurs trois premières possessions au troisième quart, dont deux grâce à des courses d'Anthony Calvillo, brillant en l'absence de plusieurs joueurs importants. C'était la première fois de sa carrière qu'il marquait deux touchés au sol dans un match.

Jamel Richardson et Chris Jennings ont été les deux autres meneurs de l'attaque. Richardson a connu son meilleur match de la saison, captant 8 passes pour 161 verges, soit 60 de plus que le total de tous les autres joueurs de l'équipe. À son premier départ en carrière, Jennings a porté le ballon 15 fois pour 60 verges, et a saisi 4 passes pour 65 verges. Aucun autre joueur des Als n'a capté plus d'une passe ou récolté plus de 18 verges.

Tout de même curieux que Richardson ait réussi à se démarquer et à produire de cette façon alors que S.J. Green et Brandon London n'étaient même pas en uniforme... Une chose est incontestable: lorsqu'il joue à la hauteur de son immense talent, Richardson est encore le receveur le plus dominant de la LCF. Green et London sont très bons, mais Richardson est plus fluide dans ses mouvements. Un «naturel», comme disent les anglophones.

Allez savoir s'il y avait de la friction entre Calvillo et Richardson. C'est certainement l'impression que plusieurs personnes ont eue, il y a deux semaines. La bonne nouvelle, c'est que s'il y en avait, il n'y en a plus. Les deux grandes étoiles des Als ont uni leurs efforts comme ils l'ont fait si souvent au cours des dernières saisons, et lorsque c'est le cas, il devient extrêmement difficile de vaincre les Oiseaux. Blessures ou pas.

Un effort collectif

Dans l'entourage du club, on dit souvent avec justesse que Calvillo, Marc Trestman et Jim Popp représentent la sainte Trinité de l'organisation. Trestman et Popp doivent également recevoir une partie du mérite pour cette 10e victoire en 2012.

La sélection de jeux de Trestman était bien variée, et son équipe était très bien préparée, même si le match n'avait plus la moindre importance au classement. Puis c'est grâce à Popp si l'équipe a maintenant gagné 8 de ses 11 derniers matchs en dépit d'une liste de blessés qui s'allonge chaque semaine.

Plusieurs autres membres de l'équipe ont offert une contribution importante en Saskatchewan. C'est le cas des joueurs de la ligne offensive, qui a encore été très solide. Notons cependant que le garde Andrew Woodruff a quitté le match au deuxième quart en raison de ce qui semblait être une blessure à une cheville.

Comme elle l'avait fait le week-end précédent à Toronto, la défense n'a pas commis d'erreur majeure, et n'a accordé aucun long jeu. Elle force l'adversaire à effectuer de longues séries afin de marquer des points, et c'est précisément ce qu'il faut faire au football canadien. Avec seulement trois essais, il est difficile pour une attaque de réussir une quinzaine de jeux consécutifs sans cafouiller.

La recrue Alan-Michael Cash et Marc-Olivier Brouillette, qui a joué en dépit d'une fracture à un poignet, ont été particulièrement bons, et la tertiaire a rarement mieux joué cette saison.

Seule ombre au tableau, les unités spéciales ont accordé un autre touché sur un retour de botté de dégagement. Certains joueurs des unités de couverture ne sont tout simplement pas assez talentueux pour se permettre de lésiner sur l'effort.

Du repos?

La question est maintenant de savoir si Trestman décidera de reposer certains de ses vétérans en vue de la finale de l'Est, qui sera disputée le 18 novembre au Stade olympique. Un joueur comme Brian Bratton, par exemple, qui n'a pas capté une passe en deux matchs depuis qu'il est revenu de sa blessure à un genou.

Trestman aimerait que son équipe poursuive sur sa lancée, mais compte tenu de l'hécatombe des dernières semaines, il redoute assurément de perdre un autre joueur important. Il ne serait donc pas étonnant que Calvillo, Richardson et quelques autres joueurs-clés soient retirés après quelques séries lors du match de dimanche prochain au stade Percival-Molson contre les Eskimos.

Il y a un juste milieu entre vouloir conserver son «momentum» et jouer avec le feu pour rien.