Suite aux audiences devant le Congrès américain, à la couverture médiatique et aux modifications des règlements, la saga des commotions cérébrales dans la NFL a entamé sa prochaine étape: la justice.

ASSOCIATED PRESS

Plus de 125 anciens joueurs de football professionnel poursuivent la ligue - et, dans la majorité des cas, le fabricants de casques protecteurs Riddell - via au moins cinq plaintes déposées en Cour d'État ou en Cour fédérale au cours des derniers mois, allant jusqu'à la semaine dernière. Ils allèguent que la NFL aurait dû faire davantage pour les prévenir des risques de blessures à la tête, et qu'elle devrait en faire plus pour aider les joueurs retraités.

«Nous sommes passés du débat à savoir si c'était ou non un véritable problème - et ça l'est - à la question suivante: Que pouvons-nous faire?», a déclaré Richard Lewis, un avocat représentant les joueurs dans le recours collectif déposé en Cour de la Californie.

On dénombre aussi trois dossiers relatifs à des blessures individuelles contre la NFL en Californie, ainsi qu'un autre en Cour de district de la Pennsylvanie. Il s'agirait des premiers exemples d'anciens joueurs qui se sont unis pour déposer des poursuites judiciaires, en lien avec les commotions cérébrales, contre la NFL. Les femmes de nombreux joueurs figurent aussi parmi les plaintifs.

«On a trois objectifs. Le premier, c'est de s'assurer que ceux qui pratiquent ce sport actuellement ne tombent pas dans le même panneau. Le deuxième, c'est d'établir un processus médical afin que ces gens puissent avoir les soins médicaux appropriés aussi longtemps qu'ils le souhaitent. Et enfin, nous voulons obtenir des compensations», a énuméré Thomas Girardi, qui représente plusieurs douzaines de joueurs dans deux poursuites séparées. «Certains d'entre eux sont incapables de travailler, parce qu'ils ne peuvent assimiler des concepts communs.»