C'est confirmé, les Alouettes disputeront un match éliminatoire au Stade olympique - et ils peuvent dire un gros merci à Chip Cox, qui a offert une autre performance spectaculaire, dimanche, au Stade Percival-Molson.

Miguel Bujold LA PRESSE

Le Troy Polamalu de la LCF a mené les siens avec sept plaqués, dont un sac, a réussi une interception, et a préservé la victoire de 27-25 des Oiseaux en rabattant une passe dans la zone des buts, alors que les Tiger-Cats tentaient de créer l'égalité à l'aide d'une transformation de deux points dans les derniers instants du match.

> Le sommaire du match

«On est habitués de voir Chip réussir des jeux importants à des moments-clés, ça fait longtemps qu'il le fait», a dit Marc Trestman au sujet de son joueur-étoile au terme de la rencontre.

En vertu de leur 10e victoire de la saison, leur quatrième de suite, les Alouettes (10-5) se sont assurés de ne pas terminer plus bas qu'au deuxième rang de leur division. Et s'ils l'emportent, samedi prochain à Winnipeg, ils finiront au sommet de l'Est pour une quatrième année consécutive.

«On retrouve notre forme au bon moment. On joue avec beaucoup de confiance à l'heure actuelle», a déclaré Jamel Richardson, qui a été la vedette de la rencontre du côté offensif. En saisissant neuf passes pour des gains de 107 verges, le demi inséré a franchi le plateau des 100 attrapés pour la première fois de sa carrière.

«C'était l'un de mes objectifs personnels au début de la saison, mais je ne savais pas vraiment quand j'y parviendrais. Je n'aurais certainement pas pu le faire sans l'aide de mes coéquipiers», a souligné Richardson.

«Il apporte une dimension qu'on ne voit pas souvent dans cette ligue. Plusieurs receveurs du circuit sont très rapides, mais Jamel peut dominer les demis défensifs grâce à son gabarit et son style de jeu. Il possède tous les atouts qu'on souhaite voir chez un receveur», a estimé Anthony Calvillo.

Le quart-arrière des Als a de son côté connu une journée de travail typique: 27 en 39 pour 341 verges, deux touchés et aucune interception. Brandon Whitaker a porté le ballon 15 fois pour 79 verges, en plus d'ajouter 40 verges grâce à quatre attrapés. Whitaker et Kerry Watkins ont marqué les deux touchés montréalais.

Pas moins de 11 bottés de précision ont été tentés au cours du match. Sean Whyte a réussi quatre de ses cinq tentatives pour les Alouettes, alors que Justin Medlock a touché la cible quatre fois sur six du coté des Tiger-Cats.

La bonne décision, selon Trestman

Les trois premiers quarts de dimanche ne passeront certainement pas à l'histoire, mais les spectateurs qui sont demeurés jusqu'à la fin du match ont pu voir une quatrième période fort excitante. Tirant de l'arrière, 27-12, les Tiger-Cats ont donné la frousse aux Alouettes en inscrivant deux touchés tardifs.

Alors que la marqué était de 27-19, les Oiseaux ont voulu porter le coup de grâce à l'adversaire en tentant un troisième essai avec une verge à franchir - même s'ils se trouvaient à leur ligne de 40...

La défense des Tiger-Cats a par contre arrêté Adrian McPherson avant qu'il n'obtienne le premier essai, et Aaron Kelly a marqué un touché quelques minutes plus tard. Seul un beau jeu de Cox a empêché les visiteurs de forcer la tenue d'une prolongation. Trestman a cependant soutenu qu'il prendrait la même décision si c'était à recommencer.

«Je voulais garder notre attaque sur le terrain. Il nous manquait approximativement qu'un pouce afin d'obtenir le premier essai sur le jeu en question (la course de McPherson). J'estimais que c'était la meilleure décision pour notre équipe, et je ne regrette rien», a commenté l'entraîneur-chef.

Décevants, les Tiger-Cats

La saison des Tiger-Cats (7-8) se détériore rapidement, eux qui possèdent pourtant autant de joueurs talentueux que la plupart des équipes de la LCF. En subissant des défaites contre les Blue Bombers et les Alouettes à leurs deux derniers matchs, l'équipe du sud de l'Ontario s'est drôlement compliqué la tâche.

À moins d'un revirement de situation majeur, elle devra remporter des rencontres éliminatoires à Winnipeg et à Montréal afin d'accéder au match de la Coupe Grey. Pour une formation qui jongle encore avec ses quarts-arrière alors qu'il ne lui reste plus que trois matchs à jouer - Kevin Glenn et Quinton Porter se sont partagé le boulot, dimanche -, c'est une mission qui s'annonce très difficile.