Viviane Lachapelle a beaucoup travaillé dans le commerce de détail et en stylisme. Le constat qu’elle en fait, même si plusieurs entreprises font « des efforts » ?

Iris Gagnon-Paradis Iris Gagnon-Paradis
La Presse

L’offre en matière de vêtements taille plus n’est pas la plus enthousiasmante. Surtout lorsqu’on jase mode locale.

Elle a donc décidé de donner vie à ses idées avec son projet Lachapelle Atelier. Son idée : des vêtements de qualité destinés aux grandes tailles faits ici, minimalistes et ajustables, qui se portent à l’année, et où des icônes remplacent les chiffres souvent honnis des tailles.

« Depuis que je suis petite, j’ai toujours coupé les étiquettes de mes vêtements. Je veux sortir de l’idée de taille, car l’important, c’est que le vêtement tombe bien », explique la jeune femme.

PHOTO CONSTANCE CHAMBERLAND, FOURNIE PAR LACHAPELLE ATELIER

La première collection de Lachapelle Atelier, qui sera lancée à l’automne, met en vedette des matières écologiques comme le lin, le coton bio et le Lyocell.

Le projet semble résonner : après seulement 24 heures, sa campagne de sociofinancement, lancée en juin et qui se termine le 15 juillet, avait atteint son objectif de 8000 $.

La première collection officielle, qui sera lancée à l’automne, proposera jupe, robe, combinaison, chandail cache-cœur, pantalons fabriqués à partir de matières écologiques comme le Lyocell, le coton bio et le lin.

Consultez le site de Lachapelle Atelier : https://www.facebook.com/lachapelle-atelier-344424643148414/

Consultez la campagne de sociofinancement : https://fr.ulule.com/lachapelle_atelier/