Les transformations corporelles qui viennent avec la puberté n’ont souvent rien pour faciliter le passage de l’enfance à l’âge adulte. Ce mois-ci, Cher corps, je t’aime – Guide pour aimer son corps s’ajoutera aux outils déjà existants pour aider les jeunes filles à se préparer à l’adolescence et aux changements qui les attendent. Retour sur la démarche de Jessica Sanders, auteure australienne de 25 ans, qui nous explique pourquoi le livre joliment illustré mérite sa place dans la bibliothèque de votre fille.

Audrey Ruel-Manseau Audrey Ruel-Manseau
La Presse

Quel genre de livre avez-vous voulu écrire ? À qui s’adresse-t-il ?

Cher corps, je t’aime, c’est le livre que j’aurais aimé lire lorsque j’étais enfant. C’est essentiellement un guide pour aider les jeunes filles à développer une image positive de leur corps. Il cible les fillettes de 8 ans, mais celles de 6 ou 7 ans peuvent en bénéficier si la lecture est encadrée par un adulte. Ce serait bien aussi que les garçons le lisent. Parce qu’ils contribuent, souvent sans le savoir, à renforcer les standards de beauté imposés aux filles. Bref, j’aimerais que ce livre évite à des préadolescentes de traverser ce que moi et mes amies avons vécu à un plus jeune âge par rapport à la perception de notre corps.

Quelle relation aviez-vous avec votre corps lorsque vous étiez enfant et adolescente ?

J’ai toujours été la plus grande de ma classe. Je me souviens que même très jeune, j’avais l’impression que je prenais trop de place, que je n’étais pas assez féminine ou attirante. C’est l’image que me renvoyaient les stéréotypes des magazines, de la télévision, des publicités. J’ai commencé les régimes en entrant à l’école secondaire. Je suis même allée jusqu’à essayer les pilules amaigrissantes. Heureusement, ma mère m’a inscrite dans l’équipe de volleyball, et c’est à partir de ce moment-là que j’ai réalisé que ma grandeur pouvait être un atout. Après mes études, je suis partie en voyage sac à dos, j’ai gravi des montagnes de l’Himalaya et j’ai réellement appris à apprécier mon corps pour ce qu’il me permettait de faire. J’ai graduellement « désappris » toutes les notions toxiques qui avaient influencé mon image de moi-même par le passé.

IMAGE FOURNIE PAR LES ÉDITIONS CHOUETTE

Extrait du livre Cher corps, je t’aime

Comment vous est venue l’idée de transmettre votre expérience dans un livre ?

Je discutais avec ma colocataire d’un article que je venais de lire et qui expliquait que les filles subissaient des interventions de chirurgie esthétique de plus en plus jeunes. On se disait que le problème d’image corporelle des adolescentes était grave et qu’il fallait que ça change. J’ai trouvé plusieurs ressources en ligne sur le rôle que pouvaient avoir les adultes pour les aider à renforcer une image positive d’elles-mêmes, mais je n’ai pas trouvé grand-chose pour les enfants. En approfondissant mes recherches, j’ai découvert qu’il y avait peu d’outils pour soutenir les jeunes filles, et je ne trouvais aucun livre pour les enfants dans lequel on exposait des corps diversifiés, avec des « imperfections » comme de la cellulite, de l’acné, etc. Alors j’ai décidé d’en faire un.

Vous vous êtes associée avec une illustratrice brésilienne, Carol Rossetti, reconnue pour ses œuvres féministes. Comment son travail a-t-il influé sur le livre final ?

IMAGE FOURNIE PAR LES ÉDITIONS CHOUETTE

Cher corps, je t’aime, de Jessica Sanders

Je ne connaissais pas Carol au départ. J’ai découvert son compte Instagram en faisant des recherches sur des illustratrices féministes. Je suis tombée amoureuse de sa série d’illustrations intitulée « Women », à travers laquelle elle mettait de l’avant plusieurs femmes aux origines et aux corps différents. En découvrant cette série, j’ai su que Carol serait capable de représenter des corps de femmes de façon à la fois honnête et rayonnante. Nous avons passé beaucoup de temps sur les personnages afin qu’ils soient aussi diversifiés et authentiques que possible.

Quelle influence espérez-vous que votre livre aura sur les jeunes filles ?

Je souhaite que chaque fille qui lira Cher corps, je t’aime se retrouve à travers l’un des personnages et que, de ce fait, elle se sente considérée. J’espère aussi que le livre inspirera les parents et l’entourage de ces enfants, autant que les enfants eux-mêmes, à aimer leur corps.

Cher corps, je t’aime. Jessica Sanders. Illustrations : Carol Rossetti. Crackboom ! 40 pages, En librairie.