Source ID:; App Source:

Une maison pas comme les autres

À la Maison des enfants, on peut relaxer... (Photo: André Pichette, La Presse)

Agrandir

À la Maison des enfants, on peut relaxer dans des pièces thématiques et se déguiser à son aise.

Photo: André Pichette, La Presse

Ça n'est pas un centre de loisir. Ni un service de garde. Encore moins une maison de jeunes. Alors c'est quoi, cette Maison des enfants? Toujours méconnue du grand public, la petite baraque s'apprête mine de rien à fêter ses 20 ans au printemps. Portrait d'une maison pas comme les autres, conçue par les enfants, pour les enfants.

Boulevard Pie-IX, en plein coeur du quartier Hochelaga-Maisonneuve. Beaucoup de béton et de circulation. Pas franchement le Pérou pour nos enfants.

C'est pourtant ici, à deux pas de la rue Ontario et de ses boutiques au rabais, que se trouve la maison de rêve de bien des jeunes. À vue de nez, rien ne la distingue de ses voisines. À part, peut-être, cette vaste terrasse avant, très Nouvelle-Angleterre. Mais dès qu'on y pose le pied, ça se sent, ici, les enfants sont chez eux. Littéralement.

Un peu comme dans la maison de grand-mère, chez qui Passe-Partout pouvait débarquer quand bon lui semblait, les jeunes sont ici toujours bienvenus. Et comme chez grand-mère, ils peuvent tantôt grignoter des biscuits, faire leurs devoirs, se déguiser ou relaxer. Un seul mot d'ordre: rien de dirigé, d'organisé. Ici, c'est la liberté.

Voilà près de 20 ans que semaine après semaine, une bonne centaine de jeunes de 5 à 12 ans du quartier viennent ici, après l'école. Sans rendez-vous. Sans débourser un sou. Comme ils iraient chez la voisine, ou leur grand-mère. Mais comme ça ne se fait plus, parce que la voisine travaille et que la grand-mère vit loin, ils viennent ici, dans leur «deuxième» maison, retrouver des adultes aux «grandes oreilles», toujours prêts à les écouter, sans jamais les juger.

C'est ça, la mission première de la maison. «Il y a 20 ans, nous avons voulu essayer de remplacer la famille élargie. On voulait être une porte ouverte, où l'enfant pourrait se sentir bien. On voulait être disponibles», raconte Marie-France Legault, une des fondatrices, rencontrée la semaine dernière.

La Maison des enfants, c'est une maison pour... (Photo: André Pichette, La Presse) - image 2.0

Agrandir

La Maison des enfants, c'est une maison pour rêver et être écouté par de plus grandes oreilles que les siennes.

Photo: André Pichette, La Presse

Pour et par les enfants

Pour mettre sur pied cette «porte ouverte», les instigateurs ont choisi de sonder les intéressés. Quelque 400 jeunes ont ainsi répondu à l'appel: à quoi ressemblerait la maison dont vous seuls auriez la clé? La réponse a de quoi surprendre. Pas de cinéma maison ou de jeux vidéo ici. Plutôt des adultes qui savent écouter («les parents pourraient écouter aussi les enfants, parce qu'il y a juste les enfants qui écoutent les parents»), des adultes qui savent garder des secrets, des animaux, des coins tranquilles, des déguisements et du bricolage.

Et c'est exactement ce que cet organisme à but non lucratif, subventionné par Centraide, est devenu. Tout y est: le coin des jasettes (un petit placard rempli de coussins), la pièce d'écoute (pièce tranquille, avec coussins et poufs, pour régler les petits et grands conflits), la pièce des rêves (c'est le coin des devoirs, pour ceux qui ont envie d'en faire), la loge des artistes (une vraie de vraie, avec costumes, maquillages, miroirs et lavabos), la pièce des découvertes (pour les bricolages) et, le clou de la maison: la pièce bleue (le havre de tranquillité, un petit lieu tout bleu pour se retrouver soi-même). Il y a même des animaux: au rez-de-chaussée, deux belles cages abritent des colombes, une troisième un lapin.

À l'origine, une vingtaine de personnes, pour la plupart des bénévoles, se sont lancées dans l'aventure. Aujourd'hui, 200 personnes gravitent autour de la maison: quelques employés (avec des formations en travail social, en psychologie, en psychoéducation), beaucoup de bénévoles, sans oublier les responsables du courrier. Car la Maison des enfants reçoit aussi près de 400 lettres par semaine, provenant de jeunes d'une vingtaine d'écoles de la métropole, des lettres à qui des bénévoles répondent individuellement (après relecture de la part de professionnels).

«On se rend compte que l'écoute, c'est magique, mais c'est aussi très rare. On le sait, les familles, dans le quotidien, elles ont pas juste ça à faire, faut que ça roule. Alors qu'ici, c'est notre priorité, explique Marie-France Legault. Ce n'est pas la Ronde ni la jungle, mais quand les enfants repartent, ils nous disent souvent que c'était la plus belle journée de leur vie!»

La Maison des enfants

www.lamaisondesenfants.qc.ca

1844, boulevard Pie-IX

Montréal

514-937-4898




Les plus populaires : Société

Tous les plus populaires de la section Société
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer