Tout a commencé par un couple d’amis qui lui a demandé de lui fabriquer une banderole pour remercier ses voisins : « Heureux en titi d’être confinés avec vous ». Puis, l’artiste Patsy Van Roost s’est mise à faire parler un nombre grandissant de balcons. Aujourd’hui, 120 balcons de Montréal et d’ailleurs font sourire les passants grâce aux banderoles confectionnées par ses doigts de fée.

Valérie Simard Valérie Simard
La Presse

Au début du confinement, il n’était pas clair que celle qu’on connaît comme la Fée du Mile End, bien qu’elle ait été forcée de migrer vers La Petite-Patrie, laisserait sa trace dans les rues désertes de la ville. Il semble pourtant évident qu’en cette période difficile, les services d’une fée sont plus que jamais essentiels, ne serait-ce que pour chasser la morosité ambiante, le temps d’un sourire.

Au début, c’était clair pour moi que pour rester en vie, il fallait que je fasse [quelque chose]. Mais, je n’avais pas la tête à démarrer un nouveau projet. J’étais obsédée par le point de presse.

 Patsy Van Roost

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

L’artiste Patsy Van Roost a créé cette banderole pour Hélène Gruénais et Gabriel Corbel qui attendent un enfant. « C’est comme une preuve que la vie continue », souligne Patsy Van Roost.

Petit à petit, elle a commencé à transcrire de petits poèmes à la craie sur les trottoirs. Mais le froid et la pluie fréquente, qui rendait ses œuvres si éphémères, ont eu raison de ses efforts. Devant la demande, le projet « Et si nos balcons parlaient » s’est imposé. « Les gens ont besoin d’espoir et de petites caresses. Ce sont comme de petites caresses parsemées à travers la ville », illustre celle que nous avons rencontrée sur son balcon, qui murmure aux passants : « Les dauphins sont revenus au parc Jarry ». Un clin d’œil aux fausses nouvelles qui ont circulé sur la faune triomphante du confinement humain.

Au début de sa démarche, le slogan « Ça va bien aller » était très populaire. Elle en a fait plusieurs, mais dit privilégier dorénavant les messages plus inspirants. « Il y en a beaucoup qui viennent de poèmes, de chansons, de Frida Kahlo. Une fille m’a demandé “L’espoir est une maladie contagieuse”, une phrase qui est inspirée d’une chanson de Richard Desjardins, à laquelle elle a ajouté contagieuse. Les gens sont créatifs. »

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

« Le courage n’a pas d’âge », un message qui fait référence à l’âgisme dont se disent victimes plusieurs aînés.

Pour ceux qui ne peuvent pas sortir, Patsy Van Roost a cartographié ses banderoles, avec photos, afin de créer une balade virtuelle. Elle devait s’arrêter après en avoir confectionné 100, mais elle a décidé de poursuivre, au moins jusqu’à la mi-mai. 

C’est devenu une obsession. Maintenant que je les vois sur la carte, je me dis qu’il faut que j’en fasse plus. Je veux que ça se répande à travers les quartiers.

Patsy Van Roost

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

« Confiturons la vie », une banderole créée pour un ami de Patsy Van Roost qui cuisine de la confiture tous les jours !

Quiconque souhaite avoir une banderole peut communiquer avec elle sur Facebook. Elle les confectionne au coût de 2 $ par lettre, en mousse jaune (sa couleur de prédilection) ou aux couleurs de l’arc-en-ciel. Son but n’est pas de faire fortune, mais de pouvoir continuer de gagner sa vie avec son art. « Comme Christo qui vendait ses dessins préparatoires pour faire ses grands projets, j’aime l’idée de gagner ma vie avec mes mains », explique-t-elle. Une fois prête, la banderole peut être récupérée dans sa boîte aux lettres ou expédiée par la poste à travers le Québec pour cinq dollars. Mais devant une trop grande demande, elle se réserve le droit de choisir les messages les plus percutants.

Ces banderoles sont aussi pour elle une façon de garder espoir et de se sentir entourée. « Je commence à penser à ce que va être l’après. Mes projets sont participatifs. Ils requièrent la participation des autres. C’est un prétexte pour être ensemble, sans écran. Comment je vais faire ? Je n’ai pas de réponse. » Mais d’ici là, elle sait que pour la fête des Mères, aidée d’une petite armée de bénévoles, elle ira fleurir 31 balcons pour égayer le cœur de femmes qui en ont bien besoin.

> Visitez la page de l'artiste