À l'approche de la naissance de son troisième enfant, un couple de Longueuil a fait appel au designer Mario Painchaud, de l'agence c3studio, pour l'agrandissement et la rénovation de sa maison construite en 1990. Résultat? L'escalier à barotins et aux marches couvertes de moquette a été modernisé, une quatrième chambre a été ajoutée et, surtout, les salles de bains ont été magnifiquement réaménagées. Mario Painchaud a d'ailleurs raflé le prix Intérieurs FERDIE 2009, catégorie salle de bains, et celui de la relève pour ce projet d'envergure, le premier depuis la fondation de son studio, l'an dernier.

Mis à jour le 12 avr. 2010
Lucie Lavigne LA PRESSE

Mario Painchaud, un designer à suivre

Mario Painchaud, 39 ans, est sorti de l'ombre lors de la remise des Prix Intérieurs FERDIE 2009, en décembre dernier.

Le designer, muni d'une formation en architecture, a raflé le prix de la relève et celui de la catégorie «salle de bains» à ce concours, qui souligne l'excellence en design d'intérieur au Québec.

C'est d'ailleurs grâce à la rénovation et à l'agrandissement de la maison du couple Kuncyte-Gagnon, de Longueuil, son premier projet depuis la fondation de son studio, qu'il a été honoré.

Photo: François Roy, La Presse

Le designer Mario Painchaud a gagné les prix Intérieurs FERDIE 2009 de la relève et de la catégorie «salle de bains» grâce à la rénovation et l'agrandissement de cette maison, construite en 1990, à Longueuil.

«Ce prix m'encourage et me donne de la visibilité, ce qui est vraiment génial pour les débuts d'une agence comme la mienne», confie celui qui s'intéresse à trois aspects importants de la conception : le design d'intérieur, l'architecture et le design d'objets ou de meubles. D'où le titre de sa firme: c3studio.

Lorsqu'on lui fait remarquer que c'est tout de même à la veille de ses 40 ans qu'il remporte le titre de la «relève», Mario Painchaud explique qu'il a mis quelques années pour déterminer son choix de carrière après son passage à l'école secondaire. En 1993, il s'est inscrit au cégep Marie-Victorin, afin d'obtenir un DEC en design d'intérieur. Par la suite, il a obtenu un BAC en design de l'environnement à l'UQAM, et a entamé une maîtrise en architecture à Vancouver qu'il a terminée à l'Université de Montréal.

Il a également travaillé au sein d'agences importantes à Montréal, comme Lemay associés et AEdifica.

Le hasard fait bien les choses

«Lorsque je suis tombée enceinte de Jonas, mon mari et moi avons pris la décision de rénover. Nos jumelles avaient déjà chacune leur chambre, mais il nous en fallait une quatrième, à l'étage et vite», raconte Rolanda Kuncyte, consultante en affaires.

Coup de chance! Le couple rencontre tout à fait par hasard Mario Painchaud, lors d'une réunion professionnelle, à Montréal.

«Il a très bien saisi nos besoins, confie Mme Kuncyte. Notre maison construite en 1990 possédait des aires ouvertes et nous voulions continuer dans le même sens. Mario a écarté l'idée qu'une extension soit construite à l'arrière, ce qui aurait diminué la superficie de notre cour. Il a plutôt agrandi vers le haut et, surtout, il a très adroitement réalisé une greffe dans l'existant», précise-t-elle.

Rénover, agrandir, simplifier...

Au total, le designer a ajouté 39 «nouveaux» mètres carrés (415 pi2) à l'habitation et rénové près de 127 m2 «existants» (1370 pi2).

Outre l'ajout d'une chambre d'enfant et la réorganisation de certaines pièces à l'étage, la création de rangements judicieux a été réalisée. Un réaménagement spectaculaire des trois salles de bains de la propriété, y compris le cabinet de toilette au rez-de-chaussée, a également été accompli.

En raison de l'importance des travaux à proximité de l'escalier, ce dernier a été modernisé, sans toutefois être déplacé. «D'un point de vue strictement pratique, il n'avait pas à être délogé», précise la propriétaire.

Aussi, le nombre de murs à 45 degrés a été nettement diminué. La raison ? «Ils entraînent une perte d'espace précieux dans une habitation, explique Mario Painchaud, car il est généralement difficile de les intégrer à un aménagement. Toutefois, nuance-t-il, un mur posé à angle et rigoureusement planifié peut produire un contraste intéressant.»

De fait, seuls un mur au rez-de-chaussée, ainsi que les deux cloisons de la cage d'escalier, situées à l'étage, ont conservé un angle de 45 degrés. «Je n'aurais pu mettre ces derniers à 90 degrés sans devoir repositionner l'escalier», fait remarquer le designer.

Notez que l'espace vertigineux comportant l'escalier a été peint en blanc. Ce choix avisé permet d'«exprimer» avec clarté la géométrie de l'escalier. «Sans compter que le blanc diffuse mieux la lumière et amoindrit l'effet chaotique engendré par les murs et les parois posés en angle», explique Mario Painchaud. L'espace est ainsi épuré, plus serein et moins alambiqué.

Après les travaux, le point culminant de l'espace au niveau de la cage d'escalier atteint 6,4 m (21 pi) et un bandeau de fenêtres a été ajouté, près du plafond. L'entrée de lumière zénithale a donc été amplifiée.

Selon les calculs du designer, il faut compter environ 15 000$ pour transformer un escalier semblable à celui de la propriété de Longueuil. Cette estimation inclut les coûts des panneaux de verre trempé, de la quincaillerie architecturale, du revêtement de bambou préverni et le travail de menuiserie. Les honoraires professionnels sont exclus.

Pour information : www.c3studio.ca

Un spa d'exception à la maison

Rolanda Kuncyte, originaire de la Lituanie, rêvait d'un spa à la maison. «Je viens d'un pays où les saunas sont très populaires», dit-elle. Voilà qui explique pourquoi la salle de bains jouxtant la chambre principale possède l'allure d'un mini centre de soin.

Le style de cette grande pièce est minimaliste et son mobilier aérien. De fait, aucun rangement ne touche le sol. «D'un point de vue pratique, cette grande salle de bains se nettoie aisément en 15 minutes, y compris la paroi de verre», assure Mme Kuncyte.

«J'ai voulu créer une grande pièce épurée dédiée à l'eau et où les différentes zones seraient subtilement délimitées par des éléments comme le verre ou la porcelaine», précise le concepteur de l'aménagement et du mobilier, Mario Painchaud.

Photo: François Roy, La Presse

Au fond de cette pièce d'eau se trouvent un chauffe-serviettes électrique, ainsi qu'un convecteur.

Chic et pratique

La salle de bains secondaire, à l'étage, ainsi que le cabinet de toilette au rez-de-chaussée de cette propriété brillent comme de petits joyaux ! Les deux sont tapissés de mosaïque chic (signée Bisazza) et leur rangement bien pensé les rendent hyper pratiques.

 

>>>Voyez toutes les photos de la maison et la description des pièces ICI

>>>Voyez la vidéo «Rajeunir un escalier»

>>>Voyez la vidéo «Une salle de bains façon spa»

Photo: François Roy, La Presse

L'un des murs de la salle de bains secondaire, à l'étage, est consacré au rangement. Quatre portes coulissantes allant du plancher au plafond permettent de tout camoufler rapidement. Des carreaux de porcelaine ont été posés au sol. «Ouverts d'esprit, mes clients m'ont permis d'expérimenter en matière de design de lavabo en béton», confie Mario Painchaud.