Souvent, quand on rénove, on souhaite abattre des murs pour ouvrir l’espace. Ou sinon, garder les divisions d’origine. Mais ajouter des cloisons ? Voilà un choix qui sort des sentiers battus. C’est pourtant le parti qu’ont pris les designers de Blanc Marine Intérieurs, pour créer un espace chaleureux dans une maison à Saint-Ferréol-les-Neiges.

Publié le 5 mars
Sophie Ouimet
Sophie Ouimet La Presse

La maison était déjà petite, mais les designers Mélanie Cherrier et Laurence Pons Lavigne ont quand même senti le besoin d’ajouter des pièces, expliquent-elles en entrevue téléphonique.

Il s’agit d’un ancien chalet de ski, pas très loin de Québec, que les clients ont acquis pour s’y installer à temps plein avec leur fille, après avoir quitté le Grand Nord où ils vivaient.

De plus, les deux propriétaires travaillant à distance – et ce, avant même la pandémie ! –, ils devaient chacun avoir un bureau fermé. « Donc l’idée de cloisonner, c’était aussi en lien avec les besoins des clients », affirme Laurence Pons Lavigne.

Ajouter des murs permettait ainsi de créer un meilleur aménagement, tout en apportant un peu de chaleur à l’ensemble, résument les designers. « Dans les grandes aires ouvertes, il n’y a pas d’âme, pas d’ambiance, déplore Mélanie Cherrier. En cloisonnant, on vient réchauffer les espaces. Alors qu’avec une grande aire ouverte, on ne peut pas créer plein de petites zones », poursuit-elle.

Morceler l’espace

  • Des fenêtres anciennes, récupérées dans une maison d’Outremont, ont été retapées et insérées dans la nouvelle cloison. Celle-ci sépare maintenant le salon et le bureau de la cliente.

    PHOTO SYLVIE LI, FOURNIE PAR BLANC MARINE INTÉRIEURS

    Des fenêtres anciennes, récupérées dans une maison d’Outremont, ont été retapées et insérées dans la nouvelle cloison. Celle-ci sépare maintenant le salon et le bureau de la cliente.

  • On obtient ainsi un bureau vitré, qui bénéficie également de la lumière naturelle venant de l’extérieur, puisque la pièce est aussi pourvue de « vraies » fenêtres !

    PHOTO SYLVIE LI, FOURNIE PAR BLANC MARINE INTÉRIEURS

    On obtient ainsi un bureau vitré, qui bénéficie également de la lumière naturelle venant de l’extérieur, puisque la pièce est aussi pourvue de « vraies » fenêtres !

1/2
  •  
  •  

Toutefois, on doit élaborer des stratégies pour éviter que les pièces ne deviennent minuscules, prévient Mme Cherrier. « Quand c’est petit comme ça, il faut trouver une façon de morceler un peu l’espace, et de venir créer des zones sans mettre de grands murs pleins », précise-t-elle.

Par exemple, une cloison a été érigée dans le salon, afin de créer deux pièces distinctes, et ainsi permettre d’aménager un bureau pour la cliente. Toutefois, ce mur a été percé de fenêtres, même s’il s’agit d’une cloison intérieure.

On a ajouté des vitres pour ne pas faire des pièces trop petites. Ainsi, on agrandit l’espace même en le cloisonnant. C’était un peu ça, le but.

Laurence Pons Lavigne, designer

De plus, ces fenêtres ne sont pas neuves, elles ont été retapées, explique Laurence. « Ce sont des fenêtres antiques qui venaient d’une maison d’Outremont, à Montréal, et qu’on a amenées ici. »

Trois fois plutôt qu’une

  • Vue – à partir de la salle à manger – de l’entrée, dont le sol est recouvert de céramique noire. On l’a séparée en trois zones : le vestibule, la salle d’eau (au fond) et le bureau du mari (dont on aperçoit les portes fermées à gauche de l’entrée sur la photo).

    PHOTO SYLVIE LI, FOURNIE PAR BLANC MARINE INTÉRIEURS

    Vue – à partir de la salle à manger – de l’entrée, dont le sol est recouvert de céramique noire. On l’a séparée en trois zones : le vestibule, la salle d’eau (au fond) et le bureau du mari (dont on aperçoit les portes fermées à gauche de l’entrée sur la photo).

  • Derrière ces portes fermées, le deuxième bureau de la maison, qui donne lui aussi sur l’extérieur.

    PHOTO SYLVIE LI, FOURNIE PAR BLANC MARINE INTÉRIEURS

    Derrière ces portes fermées, le deuxième bureau de la maison, qui donne lui aussi sur l’extérieur.

1/2
  •  
  •  

Un procédé similaire a été mis en place dans l’entrée, anciennement une aire ouverte, qui a été divisée en trois sections. On y trouve maintenant le vestibule, une salle d’eau et le deuxième bureau, soit celui du mari.

« Ce sont des espaces très restreints, mais qui sont devenus hyper fonctionnels grâce à ces cloisons. C’est comme ça aussi qu’on ajoute un peu de charme à travers toutes ces petites pièces-là », note Laurence Pons Lavigne. Cela permet également de jouer avec le mobilier ou de changer la couleur des murs juste dans une pièce, par exemple.

Tirer parti des pentes de toit

  • Même si on l’aperçoit difficilement sur la photo, il y a une pente de toit dans le garde-manger qui permet d’agrandir l’espace de rangement. Cela s’explique par le fait que le placard est situé dans une partie différente du carré original de la maison.

    PHOTO SYLVIE LI, FOURNIE PAR BLANC MARINE INTÉRIEURS

    Même si on l’aperçoit difficilement sur la photo, il y a une pente de toit dans le garde-manger qui permet d’agrandir l’espace de rangement. Cela s’explique par le fait que le placard est situé dans une partie différente du carré original de la maison.

  • Vue du reste de la cuisine, aérée, et munie de grandes fenêtres. Le garde-manger se trouve à droite de la photo, au fond.

    PHOTO SYLVIE LI, FOURNIE PAR BLANC MARINE INTÉRIEURS

    Vue du reste de la cuisine, aérée, et munie de grandes fenêtres. Le garde-manger se trouve à droite de la photo, au fond.

  • Cette partie de la cuisine est adossée au mur qui donne, de l’autre côté, sur l’escalier.

    PHOTO SYLVIE LI, FOURNIE PAR BLANC MARINE INTÉRIEURS

    Cette partie de la cuisine est adossée au mur qui donne, de l’autre côté, sur l’escalier.

1/3
  •  
  •  
  •  

Pour optimiser l’espace, les designers ont aussi utilisé les pentes de toit à leur plein potentiel. Par exemple, le garde-manger attenant à la cuisine exploite la hauteur du plafond pour ajouter le plus de rangement possible. Aussi, dans la salle de bains de l’étage, le plafond de la douche en céramique épouse doucement la pente du toit.

À l’étage, justement, Mélanie et Laurence ont rogné dans une des chambres pour y ajouter cette salle de bains, utilisant ainsi l’espace de manière plus optimale.

  • À l’étage, en plus de la salle de bains, on trouve les deux chambres de la maison. Ici, la chambre des parents.

    PHOTO SYLVIE LI, FOURNIE PAR BLANC MARINE INTÉRIEURS

    À l’étage, en plus de la salle de bains, on trouve les deux chambres de la maison. Ici, la chambre des parents.

  • Et la chambre de la petite fille du couple.

    PHOTO SYLVIE LI, FOURNIE PAR BLANC MARINE INTÉRIEURS

    Et la chambre de la petite fille du couple.

1/2
  •  
  •  

« C’est vraiment une rénovation majeure, mais sans agrandissement structural, décrit Laurence Pons Lavigne. On a juste recloisonné pour créer différents espaces en lien avec les besoins du client. Donc oui, on a des pièces plus petites, mais par contre, on a une maison beaucoup plus fonctionnelle et complète », conclut la designer.