Un incendie à l’étage de la maison qu’il venait d’acheter à Rosemère a poussé un jeune couple à devancer des travaux de rénovation de grande envergure. Sur le conseil du bureau d’architecture Microclimat, le couple a choisi de transformer le toit en un espace triangulaire volumineux dont les débordements modèlent la vie familiale.

Mis à jour le 11 février
Muriel Françoise
Muriel Françoise Collaboration spéciale

Bianca Lavoie-Pilote et Simon-Pierre Martel n’ont pas hésité longtemps lorsqu’ils ont visité, en 2017, une maison de Rosemère à l’ancienne sur un grand terrain avec des arbres à maturité même si l’articulation des pièces était peu pratique pour une jeune famille. « Avec tous ces arbres, on ne voyait pas les voisins. On avait l’impression d’être dans un chalet », raconte la mère de trois enfants de 2, 4 et 6 ans. C’est d’ailleurs ce que le bâtiment était autrefois avant d’être agrandi pour devenir une charmante demeure dans les années 1980.

Les Montréalais, originaires du Lac-Saint-Jean, étaient impatients de renouer avec le plaisir de la vie à l’extérieur. Ils envisageaient de rénover les lieux au fil du temps, sans se presser. Un incendie à l’étage de la maison alors en location, quatre mois après leur acquisition, a modifié leurs plans. Déclarée « perte totale », elle devait être reconstruite de fond en comble. C’est vers le bureau Microclimat qu’ils se sont dirigés pour concevoir une architecture plus en harmonie avec leurs goûts et leurs besoins.

Pièces d’appoint

PHOTO JAMES BRITTAIN, FOURNIE PAR MICROCLIMAT

Le toit en triangle ne passe pas inaperçu.

Le couple rêvait d’une maison épurée, ouverte sur l’extérieur et conviviale pour recevoir la famille et les amis. L’équipe de Microclimat lui a proposé un concept porteur : un toit en triangle, sorte de canopée inspirée par les arbres aux alentours, qui abriterait l’étage et viendrait couvrir des terrasses sur trois côtés du bâtiment.

PHOTO JAMES BRITTAIN, FOURNIE PAR MICROCLIMAT

La maison est ouverte sur l’extérieur.

Le toit est devenu un élément singulier qui a permis, avec ses débordements, de qualifier les espaces extérieurs par l’usage que l’on en fait.

Guillaume Marcoux, architecte et cofondateur de Microclimat

Un an et demi après la fin des travaux, les terrasses en cèdre sont exploitées par la famille comme des pièces supplémentaires de vie lorsque le temps le permet. « Pouvoir nous installer à l’extérieur nous avait manqué à Montréal, confie Bianca Lavoie-Pilote. Quand nous invitons des amis à souper, grâce à une pièce de plus accessible à partir de la cuisine, nous pouvons passer la soirée dehors. »

PHOTO JAMES BRITTAIN, FOURNIE PAR MICROCLIMAT

Le toit permet de faire un peu d’ombre et de bloquer les forts rayons de soleil au besoin.

Autre avantage de ce toit surdimensionné : malgré ses nombreuses fenêtres, le rez-de-chaussée bénéficie d’une lumière indirecte douce. Le plafond cathédrale permet aussi de profiter de hauts plafonds dans les chambres, les salles de bains et le coin de détente en mezzanine menant à une terrasse de 200 pi⁠2.

Toujours dans une volonté de fondre la maison dans son environnement, les murs de ces pièces sont habillés de lambris de bois comme une grande partie du toit. Un clin d’œil aussi au patrimoine architectural local et, en particulier, au revêtement extérieur d’origine de la maison. Ce détail contribue à rendre les lieux, blanc neige, plus chaleureux et reposants. « Nous nous sentons plus calmes, plus sereins », confirme Bianca Lavoie-Pilote, qui a l’impression d’être comme en pleine forêt même si la route n’est pas bien loin.

En immersion

  • La cuisine dispose d’un mur consacré à des armoires intégrées.

    PHOTO JAMES BRITTAIN, FOURNIE PAR MICROCLIMAT

    La cuisine dispose d’un mur consacré à des armoires intégrées.

  • Le rez-de-chaussée renforce le lien avec la nature à portée de main.

    PHOTO JAMES BRITTAIN, FOURNIE PAR MICROCLIMAT

    Le rez-de-chaussée renforce le lien avec la nature à portée de main.

  • Une immense bibliothèque en chêne contreplaqué permet de concentrer une bonne partie du rangement du séjour.

    PHOTO JAMES BRITTAIN, FOURNIE PAR MICROCLIMAT

    Une immense bibliothèque en chêne contreplaqué permet de concentrer une bonne partie du rangement du séjour.

  • L’étage donne sur une aire ouverte.

    PHOTO JAMES BRITTAIN, FOURNIE PAR MICROCLIMAT

    L’étage donne sur une aire ouverte.

  • Coin de détente en mezzanine

    PHOTO JAMES BRITTAIN, FOURNIE PAR MICROCLIMAT

    Coin de détente en mezzanine

  • La maison profite de hauts plafonds.

    PHOTO JAMES BRITTAIN, FOURNIE PAR MICROCLIMAT

    La maison profite de hauts plafonds.

  • La salle de bains est bien éclairée.

    PHOTO JAMES BRITTAIN, FOURNIE PAR MICROCLIMAT

    La salle de bains est bien éclairée.

  • L’ouverture sur la nature se trouve dans toutes les pièces.

    PHOTO JAMES BRITTAIN, FOURNIE PAR MICROCLIMAT

    L’ouverture sur la nature se trouve dans toutes les pièces.

1/8
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Grâce à une passerelle, l’étage donne sur une aire ouverte, parfaite pour la jeune famille et ses visiteurs. Pour laisser la place aux activités de chacun, une immense bibliothèque en chêne contreplaqué, dans laquelle a été inséré un téléviseur, permet de concentrer une bonne partie du rangement du séjour. La cuisine dispose, elle aussi, d’un mur consacré à des armoires intégrées.

Avec ses grandes fenêtres, le rez-de-chaussée renforce le lien avec la nature à portée de main. « J’ai toujours l’impression d’être en contact avec elle », remarque Bianca Lavoie-Pilote. Pour mieux profiter encore de ses bienfaits, elle a installé, avec son conjoint, une baignoire à remous à l’arrière de la maison où ils se rendent une fois les enfants couchés, été comme hiver. « Cela nous permet de prendre du temps pour nous », souligne-t-elle.

Et la famille pourra compter, dès le printemps, sur une piscine. « Avec tous les arbres et le chant des grillons, nous n’avons pas l’impression de n’être qu’à une demi-heure de Montréal. Il y a même un renard qui nous rend visite », dit Bianca Lavoie-Pilote, qui travaille aussi, avec la firme montréalaise Vivant, à la biodiversité du terrain pour réimplanter des espèces endémiques et tenir les moustiques à distance lorsque les beaux jours seront revenus.

Consultez le site de Microclimat architecture