À la hauteur de La Malbaie, dans Charlevoix, le fleuve devenu mer offre des paysages d’une beauté saisissante. Les bleus de l’eau s’y marient à ceux du ciel et flattent les montagnes qui jalonnent leur cours. Cette vue n’a besoin d’aucun artifice, aucun faire-valoir : on s’incline plutôt devant cette grandeur. Et c’est pourquoi Le Littoral a choisi de se faire discret.

Isabelle Morin Isabelle Morin
La Presse

Les paysages vus du Littoral sont d’une splendeur qu’aucun cliché ne sait rendre aussi fidèlement que les yeux. « On nous dit souvent que c’est plus impressionnant en personne qu’en photos », relève d’ailleurs l’architecte Viviane Zhang, d’Architecture49, qui a conçu ce chalet contemporain avec son conjoint Cyril.

C’est pour ses reliefs uniques, sillonnés pendant 10 ans en tant que touristes, que le couple de Montréalais s’est pris d’affection pour le coin avant de s’y faire construire. Son terrain, installé à flanc de montagnes, offre une vitrine généreuse sur le fleuve. « Quand on l’a découvert, on s’est dit ‟wow, quelle vue !”, et c’est la réaction qu’on souhaite aussi provoquer chez les gens qui viennent au Littoral », affirme Viviane.

  • Le Littoral se veut un hommage aux paysages et aux attraits d’une région que les propriétaires estiment être, avec un parti pris non camouflé, la plus belle du Québec.

    PHOTO STÉPHANE BRÜGGER, FOURNIE PAR LE LITTORAL

    Le Littoral se veut un hommage aux paysages et aux attraits d’une région que les propriétaires estiment être, avec un parti pris non camouflé, la plus belle du Québec.

  • Les aires de vie sont situées à l’étage de façon à maximiser la vue.

    PHOTO STÉPHANE BRÜGGER, FOURNIE PAR LE LITTORAL

    Les aires de vie sont situées à l’étage de façon à maximiser la vue.

  • Le décor est chaleureux, mais dépouillé, laissant ainsi toute la place aux œuvres murales créées par le paysage.

    PHOTO STÉPHANE BRÜGGER, FOURNIE PAR LE LITTORAL

    Le décor est chaleureux, mais dépouillé, laissant ainsi toute la place aux œuvres murales créées par le paysage.

  • Dès l’entrée, la maison expose ses couleurs en mettant en vitrine les vallons de Charlevoix et le fleuve.

    PHOTO STÉPHANE BRÜGGER, FOURNIE PAR LE LITTORAL

    Dès l’entrée, la maison expose ses couleurs en mettant en vitrine les vallons de Charlevoix et le fleuve.

  • Les volumes sont décalés de façon à ce que la cuisine ne soit pas superposée aux chambres du rez-de-chaussée. Cette asymétrie laisse place, du même coup, à l’immense terrasse située à l’étage.

    PHOTO STÉPHANE BRÜGGER, FOURNIE PAR LE LITTORAL

    Les volumes sont décalés de façon à ce que la cuisine ne soit pas superposée aux chambres du rez-de-chaussée. Cette asymétrie laisse place, du même coup, à l’immense terrasse située à l’étage.

1/5
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La grande fenêtre qui accueille les visiteurs provoque d’ailleurs l’effet attendu dès l’entrée et annonce les couleurs de l’endroit : une palette monochrome guidée par la sobriété. L’objectif est de mettre en valeur le paysage : le fleuve et un panorama à perte de vue côté salon et, de l’autre, la forêt, intime et enveloppante sur laquelle donnent notamment le sauna et le spa.

J’ai vraiment l’impression d’avoir fait une maison pas uniquement dans Charlevoix, mais pour Charlevoix : pour mettre en valeur la région et la ‟vivre”

Viviane Zhang, qui a conçu le Littoral

C’est d’ailleurs l’expérience que le couple propose à ses visiteurs dans un environnement moderne et chaleureux, mais sans fioritures.

Malgré que ce projet soit guidé par un amour sincère de ce coin de pays, l’aventure n’en reste pas moins pragmatique. La résidence est destinée à la location et a été élaborée en tant que telle, précise Cyril qui gère l’aspect financier du projet.

Construire pour louer

Le couple avait l’habitude de louer des résidences modernes dans les environs et pressentait une demande pour ce type d’habitation. Une analyse de marché a permis de valider la viabilité du projet. « Les gens recherchent la vue, un accès aux activités extérieures et du confort, ce que Le Littoral fournit avec une piscine, un spa, un sauna, un foyer au bois, des planchers chauffants sur deux étages et une cuisine bien équipée, énumère Cyril. Même si on est tournés vers l’extérieur, il y a moyen de faire du cocooning et de rester bien au chaud. »

  • « Pour ma part, je me baigne sans problème dans l’eau du fleuve, mais la piscine comme le spa ou le sauna font partie des luxes que les visiteurs apprécient », observe le propriétaire des lieux.

    PHOTO STÉPHANE BRÜGGER, FOURNIE PAR LE LITTORAL

    « Pour ma part, je me baigne sans problème dans l’eau du fleuve, mais la piscine comme le spa ou le sauna font partie des luxes que les visiteurs apprécient », observe le propriétaire des lieux.

  • « Pour ma part, je me baigne sans problème dans l’eau du fleuve, mais la piscine, comme le spa ou le sauna font partie des luxes que les visiteurs apprécient », observe le propriétaire des lieux.

    PHOTO STÉPHANE BRÜGGER, FOURNIE PAR LE LITTORAL

    « Pour ma part, je me baigne sans problème dans l’eau du fleuve, mais la piscine, comme le spa ou le sauna font partie des luxes que les visiteurs apprécient », observe le propriétaire des lieux.

  • « Pour ma part, je me baigne sans problème dans l’eau du fleuve, mais la piscine, comme le spa ou le sauna font partie des luxes que les visiteurs apprécient », observe le propriétaire des lieux.

    PHOTO STÉPHANE BRÜGGER, FOURNIE PAR LE LITTORAL

    « Pour ma part, je me baigne sans problème dans l’eau du fleuve, mais la piscine, comme le spa ou le sauna font partie des luxes que les visiteurs apprécient », observe le propriétaire des lieux.

1/3
  •  
  •  
  •  

La cuisine aux dimensions généreuses permet de profiter des attraits agrotouristiques de Charlevoix. On y trouve quatre types de cafetières, de grosses cocottes en fonte pour cuisiner en bonnes quantités, des ustensiles pour couper le foie gras ou des appareils pour une cuisson sous vide, par exemple. « On défie nos visiteurs de trouver des accessoires manquants : il y a tout ce qu’un chef peut vouloir à la maison », lance Cyril.

  • Chaque chambre dispose de sa propre salle de bains, ce qui assure une certaine intimité aux occupants.

    PHOTO STÉPHANE BRÜGGER, FOURNIE PAR LE LITTORAL

    Chaque chambre dispose de sa propre salle de bains, ce qui assure une certaine intimité aux occupants.

  • Pour les enfants, un dortoir inspiré des hôtels japonais offre cinq lits-capsules dotés de stores qui peuvent être abaissés pour s’isoler. L’espace sert également de corridor et d’aire de jeu équipée d’une console.

    PHOTO STÉPHANE BRÜGGER, FOURNIE PAR LE LITTORAL

    Pour les enfants, un dortoir inspiré des hôtels japonais offre cinq lits-capsules dotés de stores qui peuvent être abaissés pour s’isoler. L’espace sert également de corridor et d’aire de jeu équipée d’une console.

1/2
  •  
  •  

Le gestionnaire d’entreprise a aussi insisté pour que chaque chambre, au nombre de quatre, soit une petite suite en soi et ait sa propre salle de bains. « Quand on passe du temps ensemble en famille ou entre amis, il y a des moments où on est contents d’être ensemble et d’autres où on souhaite retrouver un peu d’intimité. On a donc aménagé la maison pour fournir les deux options », dit-il. Et pour ne pas « gaspiller la vue », les chambres occupent le rez-de-chaussée, laissant ainsi toute la place aux aires de vie à l’étage, là où on peut profiter au maximum de l’horizon.

Opter pour la simplicité

Pouvoir accueillir plusieurs visiteurs était l’un des critères de Cyril. Le couple voulait toutefois réduire son empreinte au sol. Bâtir en hauteur plutôt qu’à plat est un choix qui s’est imposé, comme le fait de maximiser l’espace. Dans 2400 pi2, répartis sur deux niveaux, le couple héberge jusqu’à 14 personnes. Certains espaces comme le dortoir ont trouvé des usages multiples en servant à la fois de passage et de salle de jeu.

PHOTO STÉPHANE BRÜGGER, FOURNIE PAR LE LITTORAL

La cuisine, grande et luxueuse, a été conçue pour accueillir des groupes et pour plaire aux amoureux de bonne bouffe.

Le projet se classe à mi-chemin entre le résidentiel et le commercial, observe Viviane. Les choix ont été guidés par des impératifs de praticité, de facilité d’entretien et de durabilité, et se sont portés sur des matériaux nobles, essentiellement l’acier et le bois. Comme les propriétaires résident à cinq heures de route de La Malbaie, cette considération était incontournable pour rendre la maintenance moins complexe.

Le style minimaliste et pur de la résidence est bien sûr un parti pris qui relève des affinités du couple pour un design contemporain, mais il comporte aussi de nets avantages sur le plan de l’élaboration, dont une construction plus facile, ce qui réduit les coûts et le temps de réalisation.

« La simplicité de l’objet le rend indémodable et durable, estime Viviane. Moi, ça m’inspire beaucoup. Ça a guidé autant la forme que chacune des pièces de la maison. C’est l’occupant qui est au cœur de cette maison et pas mon design. » Cette résidence, renchérit Cyril, a été conçue pour voir et non pour être vue. Ce qui rend fier l’homme d’affaires autant que l’architecte est d’ailleurs d’avoir su mettre en valeur ce que la région a de magnifique à offrir : ses paysages.

> Consultez le le site du Littoral