L’été dernier, le local de Robin des Bois a brûlé, ne laissant derrière que cendres et désolation. L’existence même de ce restaurant à vocation sociale, logé sur le boulevard Saint-Laurent depuis 15 ans, était menacée. Toutefois, la Ville de Montréal a eu la bonne idée d’offrir au Robin des Bois de s’installer dans le chalet-restaurant du parc La Fontaine, alors inoccupé.

Publié le 20 janvier
Iris Gagnon-Paradis
Iris Gagnon-Paradis La Presse

Mais ce « trauma » — car c’en était un, souligne la directrice Judy Servay — a aussi laissé une terre en friche à cultiver, occasion de réfléchir à la façon dont l’organisme à but non lucratif voulait honorer sa mission.

« C’est important pour nous que tout ce qui se fait ici soit social, communautaire ou culturel. On en a profité pour resserrer notre mission, pour revenir à l’essentiel. Pendant 15 ans, on s’est retrouvés à faire vivre un restaurant et à mettre énormément d’énergie là-dessus. Il me semble qu’on peut plus aider encore, aller encore plus loin. Ici, c’est un lieu parfait », indique Mme Servay.

  • Judy Servay, directrice de Robin des Bois, organisme à but non lucratif

    PHOTO DOMINICK GRAVEL, COLLABORATION SPÉCIALE

    Judy Servay, directrice de Robin des Bois, organisme à but non lucratif

  • Une réconfortante tartiflette pour se réchauffer

    PHOTO DOMINICK GRAVEL, COLLABORATION SPÉCIALE

    Une réconfortante tartiflette pour se réchauffer

  • Un mur de photos d’archives célébrant les 15 ans du restaurant à vocation sociale

    PHOTO DOMINICK GRAVEL, COLLABORATION SPÉCIALE

    Un mur de photos d’archives célébrant les 15 ans du restaurant à vocation sociale

  • Plusieurs boissons chaudes sont au menu, dont l’incontournable chocolat chaud.

    PHOTO DOMINICK GRAVEL, COLLABORATION SPÉCIALE

    Plusieurs boissons chaudes sont au menu, dont l’incontournable chocolat chaud.

  • Juste derrière l’établissement qui accueille Robin des Bois, la patinoire sur l’étang gelé du parc La Fontaine

    PHOTO DOMINICK GRAVEL, COLLABORATION SPÉCIALE

    Juste derrière l’établissement qui accueille Robin des Bois, la patinoire sur l’étang gelé du parc La Fontaine

  • On commande directement son butin à emporter au comptoir de la Cantine.

    PHOTO DOMINICK GRAVEL, COLLABORATION SPÉCIALE

    On commande directement son butin à emporter au comptoir de la Cantine.

  • Un appétissant biscuit aux brisures de chocolat

    PHOTO DOMINICK GRAVEL, COLLABORATION SPÉCIALE

    Un appétissant biscuit aux brisures de chocolat

  • La nouvelle maison de Robin des Bois est vaste et lumineuse. Dès que les salles à manger seront rouvertes, on pourra venir s’y attabler.

    PHOTO DOMINICK GRAVEL, COLLABORATION SPÉCIALE

    La nouvelle maison de Robin des Bois est vaste et lumineuse. Dès que les salles à manger seront rouvertes, on pourra venir s’y attabler.

1/8
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ainsi, Robin des Bois propose ici une formule « cantine » — salles à manger ouvertes ou non : on commande au comptoir pour ensuite s’attabler (lorsque les règles le permettront) ou pour emporter. Le menu hivernal, par la chef Amélie Acloque, a été pensé pour réchauffer pendant la promenade ou après quelques tours en patin sur l’étang gelé du parc : tartiflette ou cassoulet végane dans un bol, tasse de bouillon chaud avec boulettes de porc, grilled cheese, biscuits, brownies, chocolat ou jus de pommes chaud pour les petits, cafés ou thé chaï pour les adultes…

Mais il y a plus, donc. En décembre, le restaurant a lancé son projet « Cuisiner au suivant », qui accueille des groupes (employés d’entreprise ou autres) dans la salle à manger transformée pour l’occasion en cuisine. « Les gens viennent cuisiner pendant deux heures. On leur donne des tabliers, les recettes, la bouffe, on planifie et s’occupe de tout ! Après, on sort un buffet champêtre, de l’alcool, et les gens peuvent célébrer. » Une sorte de party privé, bref, mais qui redonne aux gens dans le besoin — à l’Accueil Bonneau dans ce cas-ci.

PHOTO DOMINICK GRAVEL, COLLABORATION SPÉCIALE

Le vélo de livraison de Robin des Bois prend une pause pour l’hiver.

Cette idée, qu’elle compte relancer quand elle le pourra, Judy Servay l’a ressortie de ses souvenirs. Avant de fonder Robin des Bois, elle avait une maison de production. Parmi ses grands amis, Jean-Marc Vallée. « Pendant nos partys de Noël, on tassait les tables, les ordinateurs, on rentrait des fours, et on cuisinait ! On faisait à peu près 400 repas pour l’Accueil Bonneau. On appelait ça le seul party de Noël où tu te sens mieux le lendemain ! L’idée du Robin vient de là : créer un lieu où les gens peuvent faire du bénévolat dans un environnement ludique, léger », se remémore-t-elle avec émotion, encore ébranlée par la perte de son ami, qu’on aperçoit parmi la mosaïque de photos d’archives du restaurant, alors que le réalisateur était venu donner une conférence sur place.

Il y a d’autres projets. En plus du camp de jour en cuisine pour les jeunes, qui devrait sans doute revenir l’été prochain, Robin des Bois voudrait aussi accueillir des évènements culturels ou communautaires : spectacles, rencontres, conférences, cours de yoga ou de méditation… « Il faut que ce soit pour la communauté. C’est vraiment important et je pense que c’est encore plus vrai avec ce qu’on vit en moment, remettre l’humain et la communauté au centre de tout ça », conclut Mme Servay.

Robin des Bois est ouvert tous les jours, de midi à 18 h, du lundi au jeudi, et jusqu’à 20 h, du vendredi au dimanche.

3933, avenue du Parc-La Fontaine, Montréal

Consultez le site du Robin des Bois