Ouvert au début de l’automne à Brossard, le Café Kuya ratisse déjà bien plus loin que la Rive-Sud. Merci à une belle visibilité sur les réseaux sociaux, mais merci surtout à ce qu’on y sert, dans la tasse comme dans l’assiette.

Publié le 18 nov. 2021
Pierre-Marc Durivage
Pierre-Marc Durivage La Presse

Installé dans un petit centre commercial du boulevard Rome, le café sert non seulement des cafés torréfiés à Montréal par Binocle et à Saint-Hubert par 94 Celsius, mais aussi par Kapé, un torréfacteur de Vancouver qui s’approvisionne directement aux Philippines, pays d’origine des propriétaires, Philip Peñalosa et Jean-Noël Quilatan.

  • Toujours au menu du Café Kuya, le sandwich au lechon, garni d’ananas rôti et de couenne de porcelet de lait, déborde de saveur.

    PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

    Toujours au menu du Café Kuya, le sandwich au lechon, garni d’ananas rôti et de couenne de porcelet de lait, déborde de saveur.

  • Les copropriétaires du Café Kuya, Jean-Noël Quilatan et Philip Penalosa, et, au centre, Dre Mejia, chef créateur des tartes et consultant.

    PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

    Les copropriétaires du Café Kuya, Jean-Noël Quilatan et Philip Penalosa, et, au centre, Dre Mejia, chef créateur des tartes et consultant.

  • Le Café Kuya s’est installé boulevard Rome à Brossard, dans un centre commercial où l’on trouve quelques restaurants bien connus des gens du coin, tels que Yazu Sushi.

    PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

    Le Café Kuya s’est installé boulevard Rome à Brossard, dans un centre commercial où l’on trouve quelques restaurants bien connus des gens du coin, tels que Yazu Sushi.

  • Siopao, petits pains fourrés cuits à la vapeur

    PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

    Siopao, petits pains fourrés cuits à la vapeur

  • Le café devrait par ailleurs devenir un espace de diffusion pour la culture philippine — on songe aussi déjà à ouvrir quelques succursales de plus.

    PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

    Le café devrait par ailleurs devenir un espace de diffusion pour la culture philippine — on songe aussi déjà à ouvrir quelques succursales de plus.

  • Le café sert non seulement des cafés torréfiés à Montréal par Binocle et à Saint-Hubert par 94 Celsius, mais aussi par Kapé, un torréfacteur de Vancouver qui s’approvisionne directement aux Philippines.

    PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

    Le café sert non seulement des cafés torréfiés à Montréal par Binocle et à Saint-Hubert par 94 Celsius, mais aussi par Kapé, un torréfacteur de Vancouver qui s’approvisionne directement aux Philippines.

  • Jean-Noël s’occupe du café — il est devenu barista notamment au contact de Sébastian Recinos, propriétaire de Balam, importateur de café montréalais.

    PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

    Jean-Noël s’occupe du café — il est devenu barista notamment au contact de Sébastian Recinos, propriétaire de Balam, importateur de café montréalais.

  • PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

1/8
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« À Brossard, pour avoir un restaurant avec des places assises, il faut aménager une cuisine », nous explique Jean-Noël, qui a pris congé de son emploi d’enseignant d’éducation physique. « Je n’étais pas sûr au départ, ça nécessitait plus d’investissement, mais Phil aime cuisiner à la maison, c’est une passion pour lui, alors je lui ai dit : “Go !” »

Jean-Noël s’occupe donc du café — il est devenu barista notamment au contact de Sébastian Recinos, propriétaire de Balam, importateur de café montréalais — pendant que Phil sert quelques délicieuses spécialités philippines comme des sandwichs au lechon (sandwichs à la couenne de porc assaisonnée) ou des siopao (petits pains fourrés cuits à la vapeur). C’est sans compter sur les incroyables tartes buko et maja blanca de Dre Mejia, un ami philippin qui travaillait jusqu’à tout récemment chez Helena et qui utilise les espaces de production du café pour faire ses desserts cochons, qu’il réserve en primeur au Kuya.

Dre agit aussi à titre de consultant pour Phil et Jean-Noël, on dit même qu’il pourrait devenir partenaire de l’aventure. Le café devrait par ailleurs devenir un espace de diffusion pour la culture philippine — on songe aussi déjà à ouvrir quelques succursales de plus. « On veut avoir du temps pour faire des ateliers, des dégustations, des soupers philippins, on veut pouvoir organiser des évènements ponctuels, exposer des artistes d’origine philippine, on veut faire partager notre culture », affirme Jean-Noël Quilatan. Voilà qui promet !

1200, boulevard Rome, Brossard

Consultez la page du Café Kuya