Alors que la fermeture des salles à manger se prolonge dans la région de Montréal, nos critiques vous présentent les meilleures options de plats à emporter en ville. Aujourd’hui : le Liverpool House.

Marie-Claude Lortie
Marie-Claude Lortie La Presse

Le projet

  • Salade croquante multi-légumes

    PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

    Salade croquante multi-légumes

  • Salade de fruits de mer et aioli

    PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

    Salade de fruits de mer et aioli

  • Palourdes Littleneck

    PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

    Palourdes Littleneck

  • Mozzarella locale et légumes rôtis

    PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

    Mozzarella locale et légumes rôtis

  • Lumache, boulettes de veau

    PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

    Lumache, boulettes de veau

  • Gâteau Icebox à l’érable

    PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

    Gâteau Icebox à l’érable

  • Jean Philippe Miron et Gabriel Drapeau

    PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

    Jean Philippe Miron et Gabriel Drapeau

  • Le Liverpool House est situé rue Notre-Dame Ouest.

    PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

    Le Liverpool House est situé rue Notre-Dame Ouest.

1/8
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pépinière de chefs et de restaurateurs depuis 14 ans, le Liverpool House est bien connu des amateurs de bonne cuisine depuis ses premiers jours, en 2007, quand le groupe du Joe Beef a décidé d’ouvrir cette seconde table dans la Petite-Bourgogne, celle-ci plus abordable, dont le menu a beaucoup évolué au fil des années pour privilégier les fruits de mer et une cuisine conviviale réconfortante. Mais ce qui a vraiment fait connaître le restaurant du grand public, c’est quand, en 2017, Justin Trudeau a invité le président américain Barack Obama à manger chez Liverpool House un menu presque totalement fait d’ingrédients canadiens. Les images des deux hommes politiques partageant un repas sans façon, loin du cristal de Bohème et des nappes blanches, rappelez-vous, avaient fait le tour du monde. L’été dernier, quand les restaurants du groupe – Joe Beef, Liverpool House, Vin Papillon et Vinette – ont finalement pu réouvrir après la première vague de fermetures pandémiques, les clients du Liverpool ont passé l’été surtout dehors, derrière le restaurant, sur une bande de gazon longeant une ruelle et un parc, surnommé Joe Beach. On y mangeait les mêmes fruits de mer, les mêmes généreuses mayonnaises, les mêmes copieux plats de pâtes ou de légumes. Et c’était la fête sous les étoiles juste de pouvoir ainsi renouer avec la bonne cuisine conviviale et le bon vin. Cette année, le plan est de revenir avec une telle offre, mais encore mieux équipé pour permettre aux clients de manger dehors, même quand il pleut. En attendant, la maison offre son menu en version « à emporter » ou à faire livrer. Si vous avez envie de fruits de mer, en ce début de saison, c’est une des belles adresses montréalaises pour en manger.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, ARCHIVES LA PRESSE

Barack Obama, alors président des États-Unis, quitte le restaurant Liverpool House après un souper en compagnie de Justin Trudeau, premier ministre du Canada, le 6 juin 2017.

Le menu

Crevettes, huîtres, crabe des neiges, homard, palourdes... Ceux qui aiment les fruits de mer sont comblés. On les sert selon les arrivages, souvent simplement cuits dans l’eau ou à la vapeur, avec des mayonnaises déclinées toujours avec savoir-faire, que ce soit en aïoli, en béarnaise ou en sauce tartare, selon les produits du moment. Évidemment, pour avoir le meilleur, on privilégie ce qui est en saison, et si celle du crabe des neiges se termine, celle du homard commence. De nombreux produits sont proposés en toute simplicité, froids, avec de la sauce et des légumes croquants en accompagnement. Mais au moment de ma commande, on proposait des produits plus travaillés, comme les palourdes marinières, donc au vin blanc, gratinées sous de la chapelure, qu’on a intérêt à faire légèrement réchauffer au four avant de les manger. Il y a aussi une croquette géante de chair de crabe avec béarnaise au menu, mais je ne l’ai pas essayée. Pour ceux qui préfèrent la viande, on propose plusieurs d’autres options comme les pâtes lumache aux boulettes de veau, un plat réconfortant à souhait, ou une mozzarella québécoise servie avec une salade de légumes légèrement braisés : fenouil, radicchio, céleri. À noter, la vinaigrette au miel et le zeste d’orange, qui apporte une note fleurie, vitaminée, totalement bienvenue. Seul bémol du repas : la vinaigrette de la salade croquante de légumes variés, dont l’huile de noix laissait à désirer. Pour le dessert, il y avait un gâteau « frigidaire » avec des fraises et de la crème et un autre qui ressemblait à un croisement entre une tarte au citron maison – on reconnaît l’acidité du fruit qui fait éclater le parfum – et une charlotte aux biscuits boudoirs. Dans les deux cas, c’était bien crémeux et bien sucré.

À boire

Avec les années, le Liverpool House a ajusté sa carte de vins pour qu’elle ressemble de plus en plus à celle du Vin Papillon : dotée de vins de petits producteurs, travaillant de la façon la moins industrielle possible. Et on fait de la place aux bons vins québécois. On retrouve notamment un excellent blanc, Les Pervenches, à 41 $, ou un cru en macération rosé du domaine du Nival, à 47 $. Sinon, il y a surtout de bonnes bouteilles de France, d’Italie et d’Espagne. La carte compte aussi beaucoup de bières et de cidres artisanaux québécois.

À savoir

On peut commander à emporter et aller chercher le repas au restaurant ou faire livrer. Sur le site web, on constate que la maison décrit tous les ingrédients de ses plats et indique quels sont les allergènes potentiels. Les prix vont de 15 $ à 26 $ environ. Mais certains plats, plus proches du menu du Joe Beef, sont plus chers, comme le tournedos (52 $) ou le spaghetti au homard (45 $). Évidemment, tout dépend de l’appétit de chacun, mais la plupart des plats peuvent être considérés comme assez copieux pour être partagés.

Liverpool House

2501, rue Notre-Dame Ouest
Montréal
514 313-6049

> Consultez le site du Liverpool House