Alors que la fermeture des salles à manger des restaurants se prolonge dans la région de Montréal, nos critiques vous présentent les meilleures options de plats à emporter en ville. Aujourd’hui : Chez Sophie, qui offre un menu dégustation spécial à l’occasion de Montréal en lumière.

Publié le 14 mars 2021
Marie-Claude Lortie
Marie-Claude Lortie La Presse

Le projet

La chef Sophie Tabet, de Chez Sophie, est un des secrets les mieux gardés de la scène gastronomique montréalaise. Créative mais extrêmement réaliste et professionnelle, méticuleuse et fiable, elle livre à chaque visite des repas qui ne rivalisent pas d’originalité avec les acrobates du monde culinaire international, mais qui sont toujours délicieux et impeccables. Peu de chefs montréalais ont cette maîtrise des techniques classiques. On voit qu’elle a fait ses classes à l’Institut Paul Bocuse en France et qu’elle a été formée dans plusieurs grandes tables françaises et italiennes, dont les triples étoilés Michelin L’Astrance, à Paris, et Dal Pescatore, en Lombardie. En effet, si Sophie Tabet, dont la famille est d’origine libanaise, a grandi à Montréal et a commencé en cuisine à Montréal, elle est ensuite partie en Europe et au Liban pour établir sa carrière. À Beyrouth, son Chez Sophie était aussi une adresse incontournable pour les gourmets. Elle est revenue à Montréal en 2013 et poursuit son chemin discrètement, mais efficacement, dans Griffintown depuis ce temps. Ses clients fidèles connaissent ce phare. Confinement oblige, la chef Tabet s’est aussi mise aux plats à emporter. Pour Montréal en lumière, elle propose un menu quatre services inspiré par le thé du Labrador, un produit bien d’ici, aux arômes un peu résineux, un peu camphrés, sur fond légèrement astringent, qu’elle décline en sucré et salé.

PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE

Sophie Tabet, de Chez Sophie, est un des secrets les mieux gardés de la scène gastronomique montréalaise.

Le menu

La maison propose ses classiques en version à emporter depuis le début du confinement – vitello tonnato, pétoncles à la plancha, tarte à l’oignon et au comté, lasagne à la bolognaise, risotto – ainsi qu’un menu dégustation qui, jusqu’au 28 mars, pour Montréal en lumière, s’articule autour du thé du Labrador. Cela comprend un cocktail, une entrée, un plat principal avec un légume et un dessert. Le menu commence donc avec un gin-tonic au thé du Labrador très bien équilibré, qu’on se verse soi-même. Le sac repas qui est livré à la maison ou qu’on va chercher au restaurant comprend un petit contenant de gin Ungava un peu sucré, déjà infusé de toutes sortes de parfums légèrement acidulés et celui du fameux thé et une canette de tonic Fever-Tree. Il suffit de mélanger tout ça dans un verre rempli de glaçons. On boit le tout avant de commencer le repas ou avec l’entrée, qui se compose de daurade crue en carpaccio. Là encore, il faut ajouter un petit liquide infusé au thé pour donner toute sa dimension au plat aussi ponctué de très fines tranches de pommes et d’huile d’oseille. On dirait une sorte de version québécoise, voire nordique, du ceviche péruvien, et c’est à la fois aérien, frais et savoureux. Pour le plat principal, dans un tout autre ordre d’idées, on utilise le thé pour fumer la très généreuse et tendre pièce de filet de bœuf, qui est servie avec des pleurotes et une pomme de terre confite en très fines lamelles, reconstruite sous forme de fleur et déposée sur un lit de purée de panais crémeuse, soyeuse, onctueuse comme un dessert. Au dessert, le bavarois au chocolat blanc et aux litchis est plus audacieux, avec ses petits morceaux de céleri et un crumble un peu amer. Mais j’ai beaucoup aimé l’infusion sucrée au thé qu’on doit verser sur le dessert, que j’ai bue en partie comme un digestif.

À boire

Le menu dégustation de Montréal en lumière est proposé avec un cocktail au thé du Labrador. On peut aussi acheter du vin. La maison en propose une vingtaine, à des prix quand même costauds, même s’il y a quelques options autour de 60 $. Chose certaine, chacun des crus, surtout français et italiens, a été trié sur le volet, consciencieusement. Garanti sans faux pas.

À savoir

Si on veut manger le repas le même jour, il faut le commander en ligne ou au téléphone, avant 13 h. Le repas est emballé dans des plats d’aluminium qui vont au four sans leur couvercle. Il est remis froid, avec des instructions très claires pour le réchauffer et le servir. On va chercher sur place. La livraison est aussi possible, pour 10 $, dans certains secteurs de Montréal.

1974, rue Notre-Dame Ouest
Montréal
514 679-0040

> Consultez le site du restaurant