La pandémie a frappé certains restaurants plus durement que d’autres. C’est le cas de l’Orange Rouge, qui avait pourtant le vent dans les voiles avant le premier confinement de mars dernier. Mais le fait que l’endroit soit situé dans le Quartier chinois – qui a beaucoup souffert des contrecoups de la COVID-19 – et qu’il n’ait pas de système mis en place pour les repas à emporter n’a pas joué en sa faveur.

Iris Gagnon-Paradis Iris Gagnon-Paradis
La Presse

En juin dernier, ce que d’aucuns considéraient comme le secret le mieux gardé du Chinatown a donc annoncé sa fermeture définitive. Un coup dur pour Minh Phat, qui faisait partie de l’aventure depuis l’ouverture, en 2013. « C’était ma première expérience de chef. On avait une belle équipe, ça roulait, on travaillait fort... Il fallait prendre une décision, je crois que c’était la bonne dans les circonstances, mais c’était très difficile d’accepter que mon resto fermait à cause d’une pandémie, alors que j’ai tellement sacrifié », explique-t-il au bout du fil.

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

La bande d’amis du Mui Mui : Alexandre Des Rosiers, le chef Minh Phat, Millie-Maude Des Granges et Tierry Justin

Se retrouvant sans emploi, le chef de 31 ans s’est immédiatement mis à réfléchir à une façon de s’occuper et aussi de « vivre son deuil », dit-il. « J’ai pris mon temps pour chercher un local, regarder des fonds de commerce. Mes meilleurs amis ont embarqué avec moi dans le projet ; ce sont mes amis d’enfance qui ne viennent pas du milieu de la restauration, mais qui me font confiance à 100 % et m’aident beaucoup avec toutes les demandes de permis, l’installation, etc. » Minh Phat a finalement trouvé son bonheur dans un petit local situé rue Jean-Talon Ouest, près du parc Jarry, pas très loin de chez ses parents, où il est retourné vivre après avoir perdu son emploi. « C’est le quartier où j’ai grandi, et mes amis aussi. Je voulais changer du côté touristique, du centre-ville », ajoute celui dont les parents d’origine chinoise sont nés au Viêtnam et ont immigré au Canada dans les années 1970.

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Dans la catégorie « légumes », cette salade revisite façon Minh Phat le classique duo betteraves et fromage de chèvre avec betteraves brûlées, menthe, fromage de chèvre et huile épicée maison.

Ouvert au début de février, Mui Mui – qui signifie « petite sœur » en cantonais – reprendra certains classiques de l’Orange Rouge adaptés pour les commandes à emporter, comme le thon albacore mi-cuit servi sur riz au sésame, la salade de bœuf à la vietnamienne ou les fameux ribs glacés. « On garde ça simple, bon, avec une petite touche hors de l’ordinaire », explique le chef dont la cuisine porte des influences chinoises, japonaises et françaises, sans être tout à fait l’un ou l’autre. Pensez à des amalgames originaux et savoureux comme une salade de betteraves brûlées avec fromage de chèvre et huile épicée, un poulet à la plancha avec kimchi maison, des dumplings à la pâte curcuma farcis à la courge kabocha, des wontons au porc servis avec sauce dashi et beurre d’herbes, ou encore une mousse de chocolat blanc infusée à la citronnelle avec feuilles de kéfir et de pandanus.

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Ouvert depuis le début de février rue Jean-Talon Ouest, à l’angle de la rue Waverly, le Mui Mui est situé tout près du parc Jarry.

Le Mui Mui est ouvert du mercredi au samedi, commande en ligne pour cueillette sur place ou livraison dans le secteur avec Chkplz.

149, rue Jean-Talon Ouest

> Consultez le site du Mui Mui