(Barcelone) Chaque midi, les fourneaux de la sandwicherie Timesburg à Barcelone fument toujours, bien que ses portes soient fermées. Avec d’autres restaurants, elle prépare des repas pour les livrer bénévolement au personnel soignant qui lutte contre la pandémie lie au nouveau coronavirus.

Agence France-Presse

« Contribuer comme on peut, en ce moment, cela nous permet de nous sentir mieux », confie à l’AFPTV Vanessa, une des cuisinières de la sandwicherie, pendant qu’elle tartine de mayonnaise des centaines de petits hamburgers au fromage qu’elle enveloppe ensuite dans du papier, avant de les déposer dans des cartons destinés aux hôpitaux.

En Espagne, les bars et restaurants sont fermés depuis la mi-mars, lorsque le gouvernement espagnol a pris des mesures strictes de confinement pour tenter de freiner l’épidémie. Mais une dizaine d’entre eux ont décidé de répondre à l’initiative Delivery4Heroes (« livraison pour les héros ») en collaborant avec des entreprises de livraison.

Chaque jour, 200 à 300 repas sont ainsi préparés puis distribués aux hôpitaux de Barcelone pour nourrir et soutenir le personnel soignant.

« Nous savons que nous ne sommes pas un service de première nécessité, parce qu’ils ont leur nourriture et leur service de repas. Mais on leur offre une respiration », indique Axel Peinado, à l’origine de cette initiative et directeur d’une pizzeria barcelonaise.

« Ils font des quarts très intenses de 12 ou 14 heures de suite, dans cette situation très difficile que nous traversons tous. Mais, tout à coup, on leur amène leur pizza, leur hamburger, leurs sushis ou leur burrito préférés dans toute la ville », poursuit-il.

Quand la fourgonnette de Daniel Valls se gare aux portes de l’Hospital Clinic, un de ceux qui a accueilli le plus de malades de la COVID-19 à Barcelone, deux infirmières portant masque et blouse blanche sortent du bâtiment pour venir récupérer les commandes.

« Quand on leur remet leur repas et que l’on voit un sourire sur leur visage, ça nous rend heureux, et ça nous donne de la force », confie ce livreur, qui tend les paquets en étant lui aussi protégé de gants et d’un masque.

Depuis le début de la pandémie qui a tué plus de 12 400 personnes en Espagne, le deuxième pays le plus endeuillé du monde derrière l’Italie, les gestes de solidarité de ce genre se sont multipliés, en particulier en direction du personnel de santé.