Elle s’est fait connaître avec son projet Trilogie dans Villeray, ouvert en 2015 et qui a fermé ses portes, au grand dam de sa fidèle clientèle, deux ans plus tard.

Iris Gagnon-Paradis Iris Gagnon-Paradis
La Presse

La chef Anita Feng est depuis passée par les fourneaux du Candide, puis de la buvette Denise, dans le Mile-Ex, afin de régaler la clientèle de ses spécialités sichuanaises.

Puis, elle avait décidé de partir au début de 2020 pour un stage en Chine afin d’approfondir ses connaissances culinaires. Un voyage qui n’a pas eu lieu, comme on peut l’imaginer, avec l’éclosion du virus de la COVID-19.

Au cours des derniers mois, chef sans domicile fixe, elle a fait quelques pop-up dans des restaurants et notamment collaboré avec les amis du vinvinvin, dans Rosemont, pour la création de leur concept éphémère miammiamiam.

Et comme la crise semble perdurer, elle a cherché à s’occuper avec un nouveau projet au nom rigolo, J’ai Feng, qui investit jusqu’au 19 décembre la petite cuisine du caviste Cul-Sec, rue Beaubien, que les propriétaires ont gracieusement accepté de lui prêter.

La cuisine chinoise y est à l’honneur avec un nouveau menu à emporter chaque semaine, et des produits faits maisons comme de l’huile rouge, de l’ail laba, des radis melon marinés ou des saucisses à griller assaisonnées aux tianmianjiang, poivre de sichuan et piments brûlés, en collaboration avec la boucherie Dans la côte.

Chaque semaine, deux menus, un végétarien et un carné, sont à la carte avec des propositions comme une soupe à la choucroute chinoise et melon d’hiver ou le liang ban radis vert, poireau et arachide.

« C’est vraiment des plats inspirés de la cuisine familiale, faite maison, des plats réconfortants ; il y aura toujours une soupe, un à-côté et un plat principal », explique-t-elle. De quoi se dépayser les papilles avec bonheur !

Précommandes le mercredi avant midi, cueillette les vendredis et samedis au 29, rue Beaubien Est de 17 h 30 à 20 h 30.

> Consultez le site de J’ai Feng