Quand Vianney Godbout, propriétaire du Chasse-Galerie, a annoncé que son nouveau projet s’appellerait Cœur de loup, il a raconté que cette chanson de Philippe Lafontaine jouait souvent au cours des fins de soirées arrosées à son resto de la rue Saint-Denis.

Iris Gagnon-Paradis Iris Gagnon-Paradis
La Presse

Au-delà de son nom, la nouvelle adresse s’inspire des bouchons lyonnais et des souvenirs du propriétaire, dont la mère est d’origine française.

Ouvert jeudi dernier dans une petite salle chaleureuse du quartier Rosemont, Cœur de loup offre, oui, de classiques (et souvent roboratifs !) plats de la cuisine française ; pensez tartiflette ou pissaladière. Mais avec la chef d’origine italienne Fabrizia Rollo aux commandes, le menu est aussi parsemé de touches de ce pays.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

Il y aura toujours une salade du moment sur la carte. Ces temps-ci, les tomates ancestrales sont en vedette, ici présentées avec fromage halloumi, maïs grillé, oignons rouges, menthe et épices zaatar.

Ainsi, le guanciale (de la joue de porc séchée) remplace les lardons dans la décadente tartiflette (qu’on vous conseille vivement de partager à deux… au moins !), tandis que des plats comme le spaghetti aglio et le fritto misto, une friture mixte de fruits de mer, se glissent sur la carte.

Après avoir lancé son comptoir de pâtes fraîches, Fabrizia, et fait de la consultation pour le groupe Pizzaiolle (pour lequel elle a contribué à l’ouverture du Riva, cet été), la jeune femme avait envie de retourner derrière les fourneaux.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

La salle est simple, mais chaleureuse, avec beaucoup d’accents de bois et des couleurs sobres.

« Je m’ennuyais de la cuisine et de sa créativité », explique-t-elle. Chez Cœur de loup, elle compte bien s’amuser, ce qui commence avec le menu, divisé en couplets et refrain, un autre clin d’œil à la célèbre chanson qui a donné son nom à l’endroit.

Tout est pensé pour être partagé, des petites assiettes du « premier couplet » jusqu’aux plats à partager du plus costaud « troisième couplet » qui propose notamment de grosses pièces braisées d’agneau, que la chef reçoit entier et qu’elle décline dans de nombreux plats.

En salle, un service au guéridon sera offert pour certains plats, comme le tartare de bœuf, alors qu’un appétissant chariot de desserts circulera pour les dents sucrées, ce qui permettra à la chef d’aller faire son tour en salle de temps à autre.

1141, rue Bélanger, Montréal

Consultez la page Facebook du restaurant : https://www.facebook.com/coeurdeloupmtl/