Les Québécois achètent de plus en plus de vins blancs et rosés, une tendance constante depuis les dernières années. Par contre, même si leur part de marché a diminué, passant de 68 % en 2000 à 58 % en 2021, les vins rouges dominent encore les ventes de vin à la SAQ. Mais là aussi, le vent tourne, alors que les vins rouges plus frais et plus digestes ont la cote. En voici deux qui s’inscrivent tout à fait dans cette vague, et un rouge un peu plus costaud pour accompagner vos mijotés d’automne.

Véronique Rivest
Véronique Rivest Sommelière, collaboratrice invitée

Ancienne variété au goût du jour

Sumoll, vous connaissez ? C’est le nom du cépage de cette cuvée. Vieille variété catalane, elle a été sauvée de l’extinction et connaît aujourd’hui un regain d’intérêt — un mouvement qu’on observe un peu partout dans le monde. Sa faible couleur et son acidité élevée, deux des raisons pour lesquelles le cépage avait été délaissé, sont des qualités plus recherchées aujourd’hui. Le vin est en effet de couleur pâle, avec un nez discret, fruité, aux accents de cerise et de canneberge, avec un chouïa d’herbes et d’épices. Très sec et très frais en bouche, le vin est léger, tonique et pimpant. Des tanins, un peu plus que légers, apportent juste ce qu’il faut d’aspérités et appellent la nourriture. À servir frais, il est tout indiqué pour trancher dans le gras d’un saucisson sec ou du jamón, ou pour accompagner une pizza margherita.

Garde : à boire.

Pardas Sus Scrofa Penedès 2019, 22,05 $ (14042009), 12 %, bio.

Consultez la fiche de la SAQ

Éclatant vin de bistro

PHOTO FOURNIE PAR LA SAQ

Sébastien David Hurluberlu Vin de France 2020

Les vins du Val de Loire ont coulé à flots dans les bistros parisiens pendant des décennies. Pas surprenant : plusieurs d’entre eux, les rouges de cabernet franc, entre autres, sont des vins de bistro par excellence. Comme celui-ci ! D’une couleur violacée soutenue, il offre un nez expressif, au fruit riche et mûr. Des notes de framboise, de griotte et de mûre s’entremêlent à celles de feuilles, d’herbes et de mine de crayon. Avec beaucoup d’éclat, au nez comme en bouche, il fait preuve de gourmandise, mais aussi de tenue et de matière. Le fruité est croquant, et des notes ferreuses et végétales ajoutent nuances et intérêt. De légers tanins complètent le tableau. En avant la cuisine de bistro : steak tartare, foie de veau, rognons, charcuteries, rôti de porc et rémoulade.

Garde : 2 ou 3 ans.

Sébastien David Hurluberlu Vin de France 2020, 23,20 $ (14172719), 13 %.

Consultez la fiche de la SAQ

Le soleil du Roussillon en bouteille

PHOTO FOURNIE PAR LA SAQ

Cazes Hommage Côtes du Roussillon 2019

C’est tout le soleil du Roussillon qui se retrouve dans une bouteille. Assemblage en parts presque égales de syrah et de grenache, avec un soupçon de mourvèdre, le vin s’ouvre sur un nez plutôt délicat, aux accents de kirsch, de cerise et d’épices. La bouche, par contre, est riche, dense et chaleureuse, mais avec une jolie trame fruitée qui apporte de l’éclat et de la fraîcheur. Tout autour de cette matière se tissent des notes sombres, de mûre, de ronce et de terre noire. Très sec, avec des tanins bien présents mais mûrs, il sera à son mieux à table. À passer en carafe et à servir avec des viandes rouges grillées, un jarret d’agneau aux lentilles, un braisé de bœuf à l’anis. Le seul hic : une bouteille lourde, vraiment pas nécessaire…

Garde : de 4 à 6 ans.

Cazes Hommage Côtes du Roussillon 2019, 18,65 $ (12704101), 14 %, bio.

Consultez la fiche de la SAQ