Voici trois vins classiques, tous de justes expressions de leur encépagement et de leur lieu d’origine. Les deux blancs sont aussi très intéressants à comparer : issus du même cépage, mais de lieux différents, ils offrent deux expressions complètement distinctes.

Véronique Rivest Véronique Rivest
Sommelière, collaboratrice invitée

Chardonnay californien sans excès

Une fois de plus, voilà un vin fiable, convenu, certes, mais très bien fait. Tout à fait ce à quoi on s’attend d’un chardonnay californien, mais sans les excès qui l’affligent trop souvent. Bien aromatique, il offre un nez fruité aux accents de pêches, de poires et de fruits tropicaux, auxquels se mêlent des notes de beurre, de caramel et d’épices. Rond et très goûteux, ce vin reste néanmoins frais et équilibré, avec un boisé bien intégré. Parfait pour des plats plus riches ou très savoureux : pâtes à la crème ou au saumon fumé, saumon ou poulet à la crème (et aux champignons), blanquette de veau, vol-au-vent, purée de courge musquée, macaroni au fromage, ou simplement un bol de maïs soufflé au beurre et un bon film.

Bonterra Chardonnay California 2019, 19,25 $ (342436), 13,5 %, bio.

Garde : 1 ou 2 ans.

> Consultez la fiche de la SAQ

Chardonnay néo-zélandais tout en finesse

PHOTO FOURNIE PAR LA SAQ

Kumeu River Kumeu Village Chardonnay 2019

Ce vigneron de la région d’Auckland, en Nouvelle-Zélande, est très reconnu pour ses chardonnays, élaborés dans un esprit résolument bourguignon, avec beaucoup de finesse. Celui-ci, son entrée de gamme, se démarque particulièrement pour son très bon rapport qualité-prix. La fermentation s’est faite avec des levures indigènes, en partie en vieilles barriques et en partie en cuves d’inox. Ce vin s’ouvre sur des notes de pierre à fusil, de pomme verte, de citron, avec une impression caillouteuse. La bouche suit, saline et tonique, avec des notes de réduction (ce caractère fumé, pierre à fusil), mais aussi une très belle matière, un fruit mûr qui donne une certaine ampleur au vin, et de délicates notes d’amande et de noisettes en finale. Ample et riche, mais tendu et salin, il fait preuve de race et de finesse. À déguster avec du crabe, des pétoncles poêlés, un poisson au beurre blanc.

Kumeu River Kumeu Village Chardonnay 2019, 22,50 $ (13565481), 13,5 %.

Garde : de 3 à 5 ans.

> Consultez la fiche de la SAQ

Parfait pour les repas d’hiver

PHOTO FOURNIE PAR LA SAQ

Paul Jaboulet Aîné De Père en Filles Côtes du Rhône-Villages Plan de Dieu 2017

Une autre très belle réussite de ce grand domaine de la vallée du Rhône. Le vin est élaboré avec une majorité de grenache, un peu de syrah et de mourvèdre, cultivés sur les terroirs d’argile et de galets de l’appellation Plan de Dieu, entre Cairanne et Gigondas. Il arbore une couleur plutôt pâle et un très joli nez, avec des notes de fruits rouges et noirs, frais et confits, de kirsch, d’anis, de garrigue et de poivre, avec un soupçon de viande fumée. La bouche est soyeuse, avec une matière riche, mûre et fruitée. Une acidité fraîche et des tanins modérés, fins, encadrent le tout. Tout indiqué pour une cuisine hivernale : confit ou magret de canard, gigot d’agneau, bœuf braisé à l’anis (et viandes braisées en général), cassoulet, saucisses aux lentilles, daube ou tajine d’agneau aux olives noires.

Paul Jaboulet Aîné De Père en Filles Côtes du Rhône-Villages Plan de Dieu 2017, 22,00 $ (14293641), 14 %.

Garde : de 4 à 6 ans.

> Consultez la fiche de la SAQ