Un vignoble de Rougemont, en Montérégie, s’est fait dérober pour plus de 5000 $ de raisins dans la nuit de mercredi à jeudi.

Michel Saba, Initiative de journalisme local
La Presse Canadienne

Ce sont des travailleurs qui ont découvert jeudi matin en arrivant qu’il ne restait plus de raisins sur les vignes sur cette parcelle où ils s’apprêtaient à faire les dernières vendanges de la saison, a raconté Michel Robert, propriétaire de Vignoble et cidrerie Coteau Rougemont.

L’endroit où s’est produit le vol est isolé, caché dans les bois, ce qui fait dire à M. Robert que le ou les filous savaient ce qu’ils faisaient et connaissaient le coin. « Ce n’est pas quelqu’un qui est passé là dimanche passé en venant aux pommes », a-t-il insisté.

Selon le vigneron, le ou les voleurs ont été à l’œuvre sur un quart de rang et se sont emparés d’environ 500 kg de raisin. Une telle quantité permet de produire près de 300 bouteilles de vin blanc se vendant à un prix oscillant entre 15 $ et 20 $.

M. Robert est convaincu qu’un véhicule tout terrain ou une petite remorque a été utilisé parce que l’équivalent d’une trentaine de chaudières de raisin, « tu ne mets pas ça dans la valise d’une Civic ».

Des traces de véhicule tout-terrain ont d’ailleurs été aperçues sur le champ, a précisé Valérie Beauchamp, une porte-parole de la Sûreté du Québec.

Le raisin cueilli a fait l’objet de peu d’égards. Il a été déposé dans des sacs de poubelle noirs. Certains sacs abandonnés dans le champ ont été saisis par les policiers.

« Ils devaient être un peu à la course, a raconté M. Robert. Ils se sont juste mis à quatre pattes et ils ont cueilli le raisin avec un sécateur ou carrément à la main et ils ont mis ça dans leurs sacs au fur et à mesure. »

Le méfait a été réalisé de façon expéditive. Cueillir ce volume de raisins, « à deux personnes, c’est une affaire de 15 à 20 minutes, une demi-heure », selon lui.

Les policiers n’ont toujours arrêté aucun suspect, a précisé la sergente Beauchamp.

Le vigneron « espère » que les voleurs feront du vin avec les raisins puisque « ce n’est pas un produit que tu peux garder une semaine ». Ils peuvent faire du vin dans un garage avec une petite presse, a-t-il même ajouté.

C’est la première fois que le vignoble de M. Robert se fait voler une telle quantité de raisins. L’entrepreneur compte offrir cinq caisses de vin à quiconque pourrait aider les policiers à mettre la main au collet des voleurs.

La portion dérobée représente une infime partie du verger qui produit annuellement 150 tonnes de raisins.

– Texte de l’Initiative de journalisme local.