Trois expressions de fruit complètement différentes. Le vin espagnol affiche tout le caractère joufflu et fruité du grenache bien sucré (le cépage est plein de sucre, pas le vin ! D’où les taux d’alcool plus élevés des vins de grenache). Le dolcetto exhibe plutôt un fruit aigrelet, rehaussé de notes d’herbes et d’une légère amertume, qui contribuent à son caractère digeste. Des saveurs qui penchent plus du côté « salé » que sucré. Et l’américain offre le fruit le plus dense, le plus mûr, le plus exubérant.

Véronique Rivest Véronique Rivest
Sommelière, collaboratrice invitée

Le joyeux

Voilà encore un délicieux grenache espagnol, dans un style dodu, tout en fruits, mais aussi frais et sans lourdeur. Issu de vignes de grenache non irriguées, cultivées avec soin dans le nord-ouest de la Navarre, il s’ouvre sur un nez parfumé de fruits rouges, de fleurs et d’épices. La bouche est ronde, charnue, toute en fruits, mais fait aussi preuve de fraîcheur et d’éclat. Des notes de garrigue, d’épices, et de très légers tanins apportent juste ce qu’il faut de relief. Un vin de grenache super sympathique, bien fait et à bon prix. Un peu costaud pour l’apéro, il sera à son mieux à table, avec une cuisine simple et savoureuse : hamburger maison, saucisses grillées, enchiladas ou tacos, côtes levées.

Tandem Inmune Navarra 2019, 16,90 $ (14154051), 14,5 %.

Garde : à boire.

> Consultez la fiche de la SAQ

Le savoureux

PHOTO FOURNIE PAR LA SAQ

Luciano Sandrone Dolcetto d’Alba 2018

Le dolcetto donne des vins souples et fruités qu’on boit en attendant que ceux de barbera et de nebbiolo soient prêts. Ça me fait sourire. Certes, ils sont plus approchables en jeunesse, mais je ne les qualifierai tout de même pas de vins « glouglou ». Comme celui-ci que j’aime beaucoup. Un peu réduit à l’ouverture — passez-le en carafe une heure avant –, il exhibe un joli nez de cerise, de canneberge et de pomme grenade, avec quelques notes florales. La bouche est toute en fraîcheur, avec de la mâche et du tonus, des parfums de cerise et d’herbes, et des tanins granuleux. Savoureux, il est fait pour la table. À déguster avec des pâtes à la saucisse ou aux champignons, un tartare de bœuf ou des aubergines parmigiana.

Luciano Sandrone Dolcetto d’Alba 2018, 24,40 $ (10456440), 13 %.

Garde : de 3 à 5 ans.

> Consultez la fiche de la SAQ

L’exubérant

PHOTO FOURNIE PAR LA SAQ

Lake Sonoma Winery Cabernet Sauvignon Sonoma County 2017

Un clin d’œil à nos voisins du Sud en ce 4 juillet. Pour les amateurs de cabernet sauvignon américain, celui-ci en offre tous les atouts sans les excès qui l’affligent souvent — trop de maturité, d’extraction ou de bois. Au nez, difficile de renier ses origines : il offre un parfum intense de liqueur de cassis et de fruits noirs, auquel des notes de tabac, d’herbes et d’olive noire apportent de la nuance. Le bois est présent, avec des accents de toast et d’épices, mais en harmonie avec le fruit exubérant. Corsé et chaleureux, mais équilibré, avec une fraîcheur certaine et des tanins fermes, au grain fin. Tout indiqué pour une belle pièce de viande comme une côte de bœuf ou un gigot d’agneau.

Lake Sonoma Winery Cabernet Sauvignon Sonoma County 2017, 32,75 $ (13788061), 14,5 %.

Garde : de 4 à 6 ans.

> Consultez la fiche de la SAQ