C’est en sirotant une pinte dans un bar de Sherbrooke qu’Antoine Landry a eu l’idée de démarrer BroueStorming, il y a un peu plus de trois ans. « Les poignées de fût étaient extrêmement laides, je me suis dit que je pourrais faire mieux », nous a-t-il expliqué au hasard d’une discussion dans une microbrasserie du Vieux-Montréal – il y a longtemps, mais pas si longtemps. Technicien en génie mécanique, le jeune entrepreneur a aujourd’hui une cinquantaine de clients au Québec et bouscule un marché jusqu’à maintenant contrôlé uniquement par des entreprises étrangères.

Pierre-Marc Durivage Pierre-Marc Durivage
La Presse

« J’ai fait des recherches, j’ai vu qu’il n’y avait pas d’entreprises qui faisaient ça au Québec, a-t-il affirmé. C’est un marché énorme aux États-Unis, il y a des entreprises qui comptent des dizaines d’employés, facilement. Comme c’est un outil de vente et de marketing et que j’ai toujours eu l’œil pour ça, je me suis lancé. »

Il a donc appris à travailler le bois en suivant une formation d’ébénisterie en ligne, il a appris à faire de la sérigraphie, il a peaufiné ses techniques de design numérique. Pendant près d’un an, il a expérimenté dans une coopérative d’ateliers collectifs du centre-ville de Sherbrooke, tout ça en continuant à travailler à temps plein. Son premier contrat a été conclu avec le King Hall – le populaire bar à bière sherbrookois lui a commandé une trentaine de poignées de fût en bois.

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

BroueStorming a confectionné jusqu’à maintenant près de 2000 poignées de fût pour une cinquantaine de microbrasseries québécoises, mais aussi pour quelques microdistilleries et brasseries de kombucha.

Avec l'aide des réseaux sociaux

Antoine Landry s’est ensuite servi des réseaux sociaux comme tremplin, si bien qu’il a commencé à se consacrer à temps plein à BroueStorming il y a un peu plus de deux ans. L’idée était et demeure une collaboration étroite avec ses clients, avec qui il n’hésite pas à échanger, à « brainstormer » – c’est de là que vient le nom de son entreprise.

Les clients aiment pouvoir faire affaire avec quelqu’un du Québec qui comprend leur image de marque. Ils ont l’impression que je les comprends, que je saisis leurs stratégies.

Antoine Landry

Chez Messorem Bracitorium, les poignées de fût sont un véhicule privilégié de l’image de marque de la microbrasserie qui attire foules et louanges – elle a été élue meilleure nouvelle microbrasserie au Canada selon RateBeer. « On a décidé de ne pas afficher notre logo partout, parce que ça peut être quétaine de mettre des têtes de mort partout, nous a révélé Marc-André Filion, copropriétaire de la microbrasserie du quartier Saint-Henri, à Montréal. La seule place où l’on en trouve, c’est donc sur notre marchandise promotionnelle et sur les poignées de fût. On voulait donc miser gros là-dessus.

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

La populaire brasserie artisanale Messorem Bracitorium mise presque essentiellement sur les poignées de fût réalisées par BroueStorming pour afficher son image de marque dans son pub du quartier Saint-Henri, à Montréal.

« C’était difficile de communiquer avec les autres entreprises, c’était souvent trop complexe, a enchaîné Marc-André Filion. Ils proposaient des options trop génériques, souvent au sein de forfaits à prix fixe qui contenaient des choses que l’on ne voulait vraiment pas. Antoine offre quant à lui un service personnalisé et un contact humain, il a compris l’imagerie de l’entreprise, il savait qu’il fallait que ça fasse effet. »

Nouvelles techniques

Pendant ce temps, Antoine Landry a continué à se perfectionner en ajoutant de nouvelles méthodes de confection et en développant d’autres types de produits, notamment des chevalets-ardoises, des palettes de dégustation, des affiches et même les trophées de l’Association des microbrasseries du Québec. « Je veux ajouter de nouvelles cordes à mon arc, a reconnu le jeune homme. J’ai par exemple appris à maîtriser la technique de moulage de résine pour confectionner des poignées de fût en plastique avec des pigments fluorescents pour la Kryptonite, brassée au broue pub du Trou du Diable. J’ai jasé avec Isaac Tremblay et on s’est entendu qu’on voulait quelque chose de pété. »

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

Antoine Landry a continué à se perfectionner en ajoutant de nouvelles méthodes de confection et en développant d’autres types de produits, notamment des chevalets-ardoises, des palettes de dégustation, des affiches et même les trophées de l’Association des microbrasseries du Québec.

Quand on a discuté avec le président et directeur du développement des affaires de la microbrasserie de Shawinigan, il n’avait pas encore vu le prototype de la poignée de fût qui sera destinée au broue pub de la rue Willow, mais aussi pour les quelques clients privilégiés du Trou du Diable qui servent cette IPA de style Nouvelle-Angleterre. « La Kryptonite est une bière qu’on ne peut pas brasser en grande quantité, nous a dit Isaac Tremblay. L’idée est donc de faire fabriquer une cinquantaine de poignées de fût, elles seront comme un trophée, une façon pour nous de dire merci à nos meilleurs clients. » 

Une initiative qui aurait été autrement impossible en comptant sur les fournisseurs avec qui le Trou du Diable fait généralement affaire. « BroueStorming nous donne la chance d’avoir un produit unique, a reconnu Isaac Tremblay. Les gadgets marketing sont bien souvent faits en Chine, et c’est associé à de très longs délais de livraison et à de grands volumes d’achat. Avoir un artisan québécois qui peut s’asseoir avec toi, c’est génial, surtout s’il peut livrer dans un délai et dans une qualité raisonnables. »

C’est le défi qu’entend relever Antoine Landry.

2000

C’est le nombre de poignées que BroueStorming a confectionnées jusqu’à maintenant. Chaque poignée se vend de 40 $ à 80 $ selon son degré de complexité.