Lorsque je plonge le nez dans un verre, je cherche d’abord les arômes. Certains vins sont dominés par des arômes de fruits, d’autres, non. On y trouve plutôt des arômes de fleurs, d’herbes et de légumes, d’épices, de terre, des notes animales (le cuir, la viande, l’écurie…), des impressions de minéralité, etc. Voici trois vins qui ne sont pas particulièrement fruités, mais qui sont d’une qualité irréprochable et de très belles expressions de leurs terroirs.

Véronique Rivest Véronique Rivest
Sommelière, collaboratrice invitée

Un joli gras en bouche

L’encruzado, cépage phare de la région du Dão, ne donne pas des vins très fruités. Mais c’est un cépage qualitatif, à l’origine de vins riches et complexes, au grand potentiel de garde. En voici une belle introduction. Assemblé avec deux autres cépages locaux, le bical et le cerceal, il donne un vin abordable, mais qui fait preuve de matière, d’équilibre et de longueur. Le nez est discret, avec des notes d’agrumes, d’écorce d’agrumes et d’amande. C’est surtout en bouche qu’il s’exprime avec un joli gras, grâce à un élevage de trois mois sur lies fines, mais aussi avec de l’élan et de la fraîcheur. À déguster avec des poissons frits, un risotto aux fruits de mer, des pâtes Alfredo.

Garde : de 5 à 7 ans

Alvaro Castro Dão 2017, 17,15 $ (13115270), 13 %

Consultez la fiche de la SAQ : https://www.saq.com/page/fr/saqcom/vin-blanc/alvaro-castro-dao-2017/13115270

Une nette impression minérale

PHOTO FOURNIE PAR LA SAQ

Adalia Singan Soave 2017

Le garganega, cépage principal des vins de Soave, est très vigoureux et productif. D’où la mer de vins de Soave simples et dilués qui ont longtemps inondé le marché. Mais lorsqu’il est cultivé et vinifié avec soin, il peut donner de très bons vins, comme c’est le cas ici. Pas sur le fruit non plus, il évoque plutôt les zestes, le thé, les fleurs séchées, avec des notes d’agrumes et une nette impression minérale. Et c’est de nouveau surtout en bouche qu’il s’exprime, avec de la matière, de la texture, un caractère savoureux et une finale légèrement saline. Délicieux et tout indiqué pour des arancinis, des pâtes au poisson fumé, un risotto aux champignons.

Garde : de 3 à 5 ans

Adalia Singan Soave 2017, 23,55 $ (13986008), 12 %

Consultez la fiche de la SAQ : https://www.saq.com/page/fr/saqcom/vin-blanc/adalia-singan-soave-2017/13986008

De la finesse en bouteille

PHOTO FOURNIE PAR LA SAQ

Le Ragnaie Troncone Toscana 2016

Cépage roi d’Italie, le sangiovese est pour moi une référence du non-fruit. Ses vins ont certes des arômes fruités, mais aussi tellement plus. Ici des notes de cerise séchée et de prune s’entremêlent à celles de thé, de tabac, de tomate, d’herbes et de fleurs séchées. Et que de finesse ! Le vin est harmonieux, fondu, avec une texture soyeuse et une impression générale de pureté. Une acidité fraîche et des tannins modérés, très fins, donnent de la structure à l’ensemble et permettront au vin d’évoluer gracieusement. Un vin fin et savoureux, d’un excellent rapport qualité-prix, qui brillera à table avec un osso buco, un filet de porc aux tomates séchées, des pâtes sauce ragù.

Garde : de 4 à 6 ans

Le Ragnaie Troncone Toscana 2016, 20,60 $ (13432515), 13,5 %

Consultez la fiche de la SAQ : https://www.saq.com/page/fr/saqcom/vin-rouge/le-ragnaie-troncone-toscana-igt-2016/13432515