Source ID:37a379426aeb3b6b98b76a55d5f82409; App Source:StoryBuilder

L'Aperol Spritz, une bonne boisson?

Collaboratrice du New York Times, Rebekah Peppler n'est pas... (PHOTO ANDREAS SOLARO, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE)

Agrandir

Collaboratrice du New York Times, Rebekah Peppler n'est pas une amatrice de l'Aperol Spritz, c'est le moins qu'on puisse dire. Dans un article publié récemment, la journaliste n'est pas tendre à l'endroit du célèbre apéro italien, qu'elle trouve, entre autres, trop sucré.

PHOTO ANDREAS SOLARO, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

Karyne Duplessis Piché

Spécialiste en vin, collaboratrice invitée

L'article « L'Aperol Spritz n'est pas une bonne boisson », paru dans le New York Times, a fait grand bruit sur les réseaux sociaux.

Facile à réaliser, ultra-rafraîchissant et peu alcoolisé, le cocktail italien a séduit la planète au cours des dernières années. La collaboratrice du quotidien américain Rebekah Peppler pose un regard amer sur le célèbre apéritif.

Selon elle, la boisson est trop sucrée. « Servi dans des verres à vin géants, cet apéritif sucré est mélangé avec du prosecco de qualité médiocre, avec de l'eau gazeuse et une tranche d'orange démesurée », peut-on lire dans son article.

Le taux de sucre résiduel de l'Aperol n'est pas affiché sur le site de la SAQ, et son producteur, Campari, refuse de le divulguer. D'autres apéritifs à base de gentiane contiennent en moyenne 200 g de sucre résiduel par litre.

L'auteure de l'article propose de choisir des mousseux plus secs et de remplacer l'Aperol par des liqueurs amères moins douces, voire du vermouth.




Les plus populaires : Gourmand

Tous les plus populaires de la section Gourmand
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer