Un an plus tard, on mesure un peu mieux les conséquences de la pandémie sur la vie quotidienne. Les confinements successifs, la généralisation du télétravail ont modifié nos habitudes de consommation.

Michel Marois Michel Marois
La Presse

Pour les amateurs de café, qui sont privés depuis plusieurs mois de leurs visites régulières dans leurs établissements préférés, cela s’est traduit par une volonté d’améliorer leur équipement à la maison. Les ventes de cafetières et d’accessoires ont explosé, tout comme celles des cafés vendus en ligne par nos microtorréfacteurs.

Mais il ne suffit pas d’acquérir une cafetière de qualité, encore faut-il savoir s’en servir !

Nous avons consulté trois passionnés : Guillaume Kittel, de Kittel Atelier de café, Julie Audet, des Cafés Saint-Henri, et Jérôme Grenier Desbiens, de Structure Torréfacteurs, afin de recueillir leurs conseils et suggestions d’achats pour vous aider à réussir de meilleurs cafés à la maison.

Des outils importants

Nos experts sont unanimes sur le choix de deux accessoires indispensables à la préparation d’un café : « un bon moulin à meules adapté à sa méthode d’infusion [filtre ou espresso] et une balance », assure Julie Audet.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

Jérôme Grenier Desbiens, de Structure Torréfacteurs

Avoir son café prémoulu, c’est comme faire ouvrir son vin à la SAQ, alors que faire du café sans balance, c’est comme faire un gâteau sans tasse à mesurer. Tu n’auras jamais le même gâteau.

Jérôme Grenier Desbiens, de Structure Torréfacteurs

« Il faut éviter les moulins à hélice, car ils ne font pas une bonne mouture, explique Guillaume Kittel. Notre recommandation de base est d’y aller avec un Baratza Encore [199 $], un moulin compact qui fait une très belle mouture. J’ai le même depuis une dizaine d’années et je commence à songer à changer les meules. Baratza a un excellent service à la clientèle et vend des pièces de remplacement.

« L’autre must, c’est une balance. Hario propose un modèle abordable [85 $], mais ça vaut la peine d’investir dans une Acaia Pearl [à partir de 200 $]. En plus d’être une super balance pour le café, elle est excellente pour la cuisine. Précise au 0,1 g, son plateau est d’une bonne dimension, elle est rechargeable par fils USB elle offre une série de fonctions supplémentaires, tel un chronomètre. »

L’art de l’infusion

Pour ce qui est de la préparation des cafés, l’éventail des techniques est très grand, celui des coûts aussi.

Plusieurs porte-filtres peuvent tout d’abord permettre la préparation d’un très bon café à prix doux. « Avec un budget restreint, le Clever Dripper [25 $] permet de s’initier facilement aux méthodes manuelles, alors que le Hario V60 [à partir de 10 $] permet aux plus curieux d’expérimenter davantage », explique Julie Audet. De son côté, Guillaume Kittel apprécie l’AeroPress d’Aerobie (45 $), « l’infuseur à café le plus facile à utiliser ».

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

Julie Audet du Café St-Henri à Montréal

La température de l’eau est évidemment déterminante. « La bouilloire à bec fin Fellow Stagg EKG [à partir de 210 $] est parfaite pour les infusions manuelles, souligne Julie Audet. En plus d’être un magnifique objet, elle chauffe à la vitesse de l’éclair et la température est réglable. Parmi les cafetières à filtres domestiques, la Breville Precision Brewer [319,99 $] est l’une des rares qui sont approuvées par la Specialty Coffee Association. »

« La cafetière filtre Bonavita 5 tasses avec carafe thermale en acier inoxydable [189 $] ne coûte pas très cher et fait un super bon café filtre, estime pour sa part Guillaume Kittel. Nous l’utilisons quotidiennement pour nous-mêmes à l’atelier. »

Ceux qui veulent se gâter – ils sont nombreux – ont aussi l’embarras du choix. « Les infuseurs à café filtre Ratio Six [489 $] sont aussi d’excellents choix, souligne Guillaume Kittel. Et ceux qui en ont les moyens peuvent s’offrir des objets d’exception, comme la machine Espresso Slayer 1 groupe [plus de 12 000 $], une machine commerciale de taille domestique.

De l’eau… et un calepin !

Au-delà du budget, nos experts rappellent qu’un bon café commence avec de la bonne eau. « L’eau constitue non loin de 98 % de la boisson, explique Guillaume Kittel. Une simple filtration, avec un filtre Brita, par exemple, fera une grosse différence. On peut aussi utiliser de l’eau déminéralisée avec les sachets Third Wave Water [à partir de 20 $]. »

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Guillaume Kittel, de Kittel Atelier de café

Jérôme Grenier Desbiens aime bien quant à lui le pichet Peak Water (88 $). « C’est un filtre dédié au café qui permet d’ajuster la minéralité de l’eau. Superbe produit pour les gens qui veulent pousser au prochain niveau. »

Guillaume Kittel suggère un autre accessoire utile : un calepin, pour prendre des notes. « Trouver la bonne combinaison mouture et dose pour toute méthode d’extraction est un processus. Il est facile de trouver sur l’internet des guides d’infusion qui vous suggéreront une marche à suivre, mais les réglages varient toujours un peu selon l’équipement dont on dispose. »

Julie Audet ajoute : « C’est beaucoup une question de précision. S’assurer d’utiliser une eau fraîche, filtrée et à la bonne température, et s’assurer d’avoir le bon ratio eau/café grâce à une balance fera vraiment toute la différence. Et je dirais de garder le sourire et d’être curieux ! Ça peut être un peu aliénant au début, mais c’est un beau monde qui s’ouvre quand on porte juste un peu plus d’attention à notre préparation et à nos ingrédients. »