(New York) Après 20 ans de développement, une nouvelle pomme baptisée Cosmic Crisp vient d’arriver dans les supermarchés américains avec de grandes ambitions.

Agence France-Presse

Fruit de « décennies de pollinisations croisées, de dégustation et de tests » menés par l’Université de l’État de Washington, dans le nord-ouest des États-Unis, la pomme « sucrée et croquante », « grosse, juteuse et rouge », est disponible depuis dimanche dans certains magasins de l’État.

Si de nouvelles variétés émergent régulièrement, la Cosmic Crisp mise gros : environ 12 millions d’arbres ont déjà été plantés depuis 2017 et ses promoteurs prévoient un budget marketing de 10,4 millions de dollars entre 2018 et 2022.

La société qui la commercialise ambitionne d’en vendre environ 39 millions de kilogrammes dès 2020 et près de 400 millions en 2026.

Elle sera jusqu’en 2027 cultivée uniquement dans l’État de Washington, le plus important producteur de pommes du pays. Le marché représente au total aux États-Unis environ 4 milliards de dollars par an.

La pomme a été appelée « Cosmic » pour les petits points blancs à sa surface rappelant les étoiles dans l’espace et « Crisp » en référence à une de ses variétés mères, la HoneyCrisp. L’autre « parent » est la pomme « Enterprise ».

Elle peut être commercialisée toute l’année, car elle est censée se conserver facilement plus de 12 mois dans des conditions contrôlées et, une fois coupée, devient apparemment moins rapidement marron que d’autres variétés.

Selon USApple, l’association représentant le secteur aux États-Unis, la variété la plus vendue actuellement est la Gala, devant la Red Delicious, la Fuji, la Granny Smith et l’Honeycrisp. Environ un quart des pommes du pays, deuxième producteur au monde après la Chine, est destiné à l’exportation.