Vous avez des questions sur nos éditoriaux ? Des interrogations sur les sujets chauds de l’actualité ? Chaque semaine, l’équipe éditoriale répond aux lecteurs de La Presse.

Publié le 15 mai
Nathalie Collard
Nathalie Collard La Presse

Il y a quatre ans, Valérie Plante lançait le bureau de la ligne rose qui allait rendre publiques des études. Je n’ai rien vu dans l’actualité par rapport à ce sujet et avec le REM de l’Est qui va changer de forme. Une fusion entre les deux projets serait-elle possible ?

Nicolas

La ligne rose était au nombre des promesses de Valérie Plante lorsqu’elle s’est présentée à la mairie de Montréal la première fois.

Créé en 2018, le bureau de projet de la ligne rose avait en effet pour mandat de réaliser des études sur l’impact d’une nouvelle ligne de métro qui relierait le sud-ouest de Montréal à Montréal-Nord.

En quatre ans, beaucoup de choses ont changé. D’abord, le bureau de la ligne rose a été remplacé par la Direction des projets de mobilité durable (DPMD), qui emploie neuf personnes à temps plein, en plus des contractuels qui se greffent selon les mandats.

Son rôle est d’« encadrer et assurer la planification des grands projets de mobilité durable sur le territoire montréalais, de l’étude des besoins jusqu’au développement des solutions ». La DPMD doit également assurer la coordination des services et arrondissements impliqués ainsi que faire le lien entre la Ville et les différents acteurs impliqués dans un projet. Ses dossiers ? La ligne rose, la revitalisation de Notre-Dame Est, le prolongement de la ligne orange à l’ouest et, bien sûr, le REM de l’Est.

Consultez la mise à jour des dossiers de la DPMD

Pour ce qui est du tronçon sud-ouest de la ligne rose, le gouvernement du Québec et la Ville de Montréal ont annoncé l’an dernier la réalisation d’études préliminaires au coût de 20 millions de dollars pour un projet de transport collectif qui relierait Lachine au centre-ville de Montréal. C’est l’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM) qui devra élaborer un dossier d’opportunité à partir des études qui ont été menées. À l’époque, la mairesse Plante parlait d’un tramway, mais rien n’a été confirmé.

Quant au tronçon de la ligne rose reliant le centre-ville à Montréal-Nord, il sera effectivement remplacé par le REM de l’Est sur lequel nous avons beaucoup écrit. L’investissement proviendra du ministère des Transports (MTQ), mais le projet sera piloté par l’ARTM. La gouvernance de cette nouvelle équipe formée de l’ARTM, de la STM, de la Ville de Montréal et du MTQ n’a toutefois pas encore été précisée.

En d’autres mots, la ligne rose dans sa version d’origine ne verra peut-être pas le jour, mais son tracé, oui. Un jour...