Vous avez des questions sur nos éditoriaux ? Des interrogations sur les sujets chauds de l’actualité ? Chaque semaine, l’équipe éditoriale répond aux lecteurs de La Presse.

Philippe Mercure
Philippe Mercure La Presse

Q : J’aimerais savoir s’il est possible de connaître le statut vaccinal d’un professionnel de la santé que l’on consulte (dentiste, physiothérapeute, chiropraticien). 

Ginette Labonté

R : Mme Labonté,

La position des ordres professionnels par rapport au statut vaccinal de leurs membres a fait couler beaucoup d’encre cette semaine. Dans la foulée de la vaccination obligatoire des travailleurs de la santé imposée, puis repoussée, par le gouvernement Legault, le Collège des médecins a annoncé qu’il suspendrait le permis de pratique de ses membres non vaccinés. Les ordres professionnels représentant les inhalothérapeutes, les infirmières, les infirmières auxiliaires et les pharmaciens ont fait la même chose.

Ce n’est toutefois pas le cas des professionnels comme les dentistes, les psychologues ou les physiothérapeutes. Le message général que nous avons recueilli auprès de divers ordres professionnels se résume simplement : en l’absence de directive gouvernementale, les ordres ne peuvent exiger la vaccination de leurs membres. Rien ne vous empêche cependant de demander à la personne qui vous traite si elle est vaccinée. Celle-ci n’a pas d’obligation légale de vous répondre. Mais si vous n’avez pas confiance, vous êtes libre d’aller voir ailleurs.

L’Ordre des dentistes du Québec, par exemple, affirme être en faveur de la vaccination obligatoire et dit encourager ses membres à se faire vacciner. Mais il dit n’avoir aucune « assise légale » pour forcer un membre à dévoiler son statut vaccinal. Élément rassurant : selon un sondage réalisé par l’Ordre auprès de ses membres, 95 % des dentistes seraient vaccinés.

« La relation entre un dentiste et son patient est basée sur la confiance. Rien ne vous empêche de demander à votre dentiste s’il est vacciné, mais celui-ci n’a pas d’obligation de répondre », explique le DGuy Lafrance, président de l’Ordre des dentistes du Québec.

« Un client peut demander au psychologue son statut vaccinal. Ce dernier n’est toutefois pas tenu de dévoiler cette information. Dans un tel cas, si le client le souhaite, d’autres modalités peuvent être explorées, dont la télépratique », nous répond l’Ordre des psychologues du Québec.

L’Ordre des physiothérapeutes affirme également que le statut vaccinal est un « renseignement confidentiel » que le client peut demander, mais que le physiothérapeute n’est pas tenu de dévoiler.

Sans pouvoir l’imposer, l’Ordre des chiropraticiens « recommande » carrément à ses membres de dévoiler leur statut vaccinal aux clients qui en font la demande.