Vous avez des questions sur nos éditoriaux ? Des interrogations sur les sujets chauds de l’actualité ? Chaque semaine, l’équipe éditoriale répond aux lecteurs de La Presse.

Nathalie Collard
Nathalie Collard La Presse

Q : Les chiffres démontrent que le vaccin AstraZeneca est moins efficace que les vaccins à ARN messager. Est-il prévu que les personnes vaccinées à l’AstraZeneca pourront recevoir une troisième dose pour augmenter leur protection ?

Élise Poudrette

R : Avant de parler d’une possible troisième dose, regardons les données à propos de l’efficacité des vaccins. Est-ce exact de dire que le vaccin AstraZeneca (AZ) est moins efficace qu’un vaccin à ARN messager ? Tout dépend de quels chiffres on parle, souligne Alain Lamarre, professeur titulaire de la Chaire de recherche Jeanne et Jean-Louis Lévesque en immunovirologie de l’Institut national de la recherche scientifique. « Si on prend les données concernant les infections et les diagnostics confondus, c’est vrai, souligne-t-il. Mais cela dépend du moment où on administre le test. Si c’est tout de suite après le vaccin, les deux types de vaccins ont la même efficacité. Ensuite, l’efficacité de l’AZ décline plus vite que celle du vaccin à ARN messager. Face à l’infection au variant Delta – qui représente la très grande majorité des cas de COVID-19 à l’heure actuelle –, on estime que le taux de protection du vaccin AZ tourne autour de 50-60 % alors que les vaccins à ARN messager protègent à 80-90 %. Mais au bout de six mois, l’efficacité des deux types de vaccin est redevenue la même face aux infections. Quant à l’intervalle entre les deux doses, le fait d’avoir étiré l’intervalle à 10 ou 12 semaines plutôt que 8 semaines a peu d’incidence. »

Par contre, si on parle de la prévention des hospitalisations et des décès, les deux types de vaccin sont tout aussi efficaces.

Maintenant parlons de l’éventuelle troisième dose. Pour l’instant, toujours selon Alain Lamarre, seuls les immunodéprimés y ont droit.

« Pour ceux et celles qui ont reçu le vaccin AZ, c’est-à-dire des gens âgés grosso modo entre 45 et 65 ans, la question de la troisième dose se posera vers le mois de février. Et à ce moment-là, ils risquent probablement de se faire proposer une dose du vaccin Pfizer », note Alain Lamarre.

Alors récapitulons : si vous avez reçu le vaccin Pfizer ou Moderna, vous êtes protégé à environ 80-90 % d’une infection au variant Delta, mais si vous avez reçu deux doses du vaccin AZ, vous êtes protégé à 50-60 %. On vous recommande donc de rester vigilant, d’éviter les contacts directs avec les gens non vaccinés, de porter le masque et d’observer les règles sanitaires en vigueur.