Lemonade, premier long métrage de la Roumaine Ioana Uricaru, traite d'enjeux liés à l'immigration aux États-Unis à travers le parcours de Mara, une trentenaire au destin précaire. La Presse en a discuté avec la réalisatrice.

Publié le 20 nov. 2018
ANDRÉ DUCHESNE LA PRESSE

Depuis le début de ses démarches pour entrer dans l'Union européenne - ce qui s'est concrétisé le 1er janvier 2007 -, la Roumanie a perdu 3 millions d'habitants.

«Pour un pays de 22 millions d'individus [en 2017], c'est un grand choc à vivre dans une période très courte, indique la cinéaste Ioana Uricaru. De nombreuses personnes qui travaillaient dans la construction et dans le milieu de la santé ont quitté le pays. La Roumanie a aussi perdu beaucoup d'ingénieurs et de médecins.»

Sans surprise, la cinéaste fait de l'immigration le thème central de son premier long métrage, Lemonade. Après son lancement à la Berlinale et un récent passage au Festival du nouveau cinéma (FNC), le film arrive dans nos salles.

Lemonade raconte l'histoire de Mara (Mãlina Manovici), femme dans la trentaine qui, installée aux États-Unis pour quelques mois, épouse le patient d'une clinique de réadaptation où elle travaille. Vivant d'espoir, elle fait venir son fils Dragos, 9 ans. Mais le conte de fées tourne au drame. Son parcours vers l'obtention d'une carte verte est semé d'embûches, d'abus, de violence. Un faux pas de plus et Mara risque de sombrer dans l'abîme.

«Un thème qui m'intéresse beaucoup, c'est le sentiment de précarité. Mara est plongée dans une situation provisoire, très vulnérable et même dangereuse. Elle fait des choix et prend des risques sans toujours penser aux conséquences.»

À la fois intense et tout en retenue, Mãlina Manovici n'en est ici qu'à son deuxième rôle au cinéma. «Je l'ai choisie après de nombreuses auditions en compagnie de Milan Hurduc [le garçon qui interprète Dragos], dit la réalisatrice. La chimie entre Mãlina et Milan est évidente. Elle est très crédible en jouant ce personnage aux choix aventureux.»

Ayant elle-même émigré de la Roumanie vers les États-Unis, la cinéaste se sentait à l'aise avec la matière, même si, reconnaît-elle, la plupart des Roumains qui ont quitté leur pays se sont installés ailleurs en Europe. «Il est très difficile d'entrer aux États-Unis. Mais comme je connaissais le sujet, j'étais en mesure d'écrire des scènes et des dialogues applicables à cette réalité.»

Tourné à Montréal

Signe que le pays de l'Oncle Donald contrôle sévèrement ses frontières, le projet d'y tourner le film ne s'est pas concrétisé, plusieurs comédiens et techniciens n'ayant pas obtenu de permis de travail. On s'est alors tourné vers le Québec. Montréal, qui «joue» une ville américaine, est facilement reconnaissable, tout comme certains endroits de la Rive-Sud. La SODEC et Téléfilm ont participé au financement et le générique laisse voir que plusieurs artisans du septième art québécois ont travaillé sur ce long métrage.

«Le Canada a été une belle doublure, dit en rigolant la réalisatrice, venue présenter son film au FNC. Nous avons été très bien accueillis ici et nous avons reçu beaucoup d'appui.»

Lemonade est produit par Cristian Mungiu, cinéaste roumain récompensé de la Palme d'or à Cannes en 2007 avec son oeuvre 4 mois, 3 semaines, 2 jours. «Cristian est très important pour moi, dit la cinéaste. Nous avons étudié le cinéma ensemble et il a un immense talent. J'ai beaucoup appris à ses côtés.»

Lorsque nous lui soulignons que son film comporte quelques longs plans-séquences avec dialogues assortis, ce que nous avions déjà remarqué chez le cinéaste Radu Muntean, un de ses compatriotes, la cinéaste éclate de rire.

«C'est peut-être parce que nous, Roumains, adorons parler et écouter les gens. À la télévision roumaine, nous avons des talk-shows diffusés durant de longues heures. Moi, je vois mes longs plans-séquences comme un refus d'être manipulatrice. Je laisse les choses aller, sans essayer de dire au spectateur ce qu'il doit comprendre.»

______________________________________________________________________________

Présenté en version originale avec sous-titres français et anglais, Lemonade (Limonade) prend l'affiche le 23 novembre.

Photo fournie par Mobra Films

Mãlina Manovici and Milan Hurduc dans Lemonade (2018).