Le dernier épisode de la saga Twilight, Breaking Dawn Part 2, a dominé samedi soir la 33e édition des Razzies Awards, gala aussi éphémère que burlesque de ce qui se fait de pire dans le cinéma américain.

André Duchesne LA PRESSE

À la veille de la soirée des Oscars, ce traditionnel événement où les navets du 7e art sont à l'honneur, s'est en effet terminé avec l'attribution de six des dix prix à Twilight. Le long métrage de Bill Condon en a partagé un septième avec Snow White and The Huntsman pour la bonne (ou mauvaise) raison que Kristen Stewart jouait dans les deux «oeuvres». Ce qui lui a valu le titre de «Pire actrice» de l'année.

Contrairement à Sandra Bullock qui était allée cueillir sa Framboise dorée il y a quelques années, Mme Stewart ne s'est pas présentée. Comme aucun des nominés d'ailleurs. Mais dans son cas, la comédienne a été remplacée par un panneau cartonné format géant à son image pour son discours de remerciements.

L'actrice a toutefois sauvé la face en... n'étant pas récompensée du prix «Pire couple de l'année» où elle était en nomination avec, bien sûr, Robert Pattinson. Ce sont plutôt leurs partenaires Mackenzie Foy et Taylor Lautner de Twilight qui ont eu cet honneur.

La fameuse saga vampirique a aussi décroché les Razzies de «Pire film de l'année», «Pire acteur de soutien» (Lautner), «Pire réalisateur», «Pire distribution» et «Pire suite».

La plupart des acteurs en nomination cette année l'ont aussi été dans le passé, certains ayant même plusieurs Razzies au compteur. C'est le cas entre autres de Adam Sandler qui a de nouveau été couronné «Pire acteur», cette fois pour son rôle dans That's My Boy!

«He's back !», a lancé la présentatrice de la catégorie. Un constat plein de sens quand on sait que l'an dernier, le film Jack and Jill dans lequel Sandler tenait la vedette avait obtenu un score parfait de 10 Razzies en 10 catégories !

La chanteuse Rihanna a pour sa part fait son entrée dans la famille en décrochant le trophée du «Pire rôle de soutien féminin» pour son travail dans le long métrage Battleship.

Sur un ton tout à fait déjanté, la cérémonie a été expédiée en une petite demi-heure dans la salle à déjeuner d'un hôtel de Hollywood où loge La Presse. D'ailleurs, le Québec, qui a bien sûr ses prix Aurore, était présent en force hier soir avec des représentants de CKOI, 98,5, Radio-Canada, Le Journal de Montréal et La Presse.

La salle était bondée de membres et sympathisants des Razzies et de représentants de médias californiens marginaux. Chaque participant est reparti avec une barre à forte teneur en protéines.