Moins de quatre ans après la sortie du film Les grandes chaleurs, dans lequel il campe un jeune homme séduisant une femme (Marie-Thérèse Fortin) plus âgée que lui, François Arnaud se retrouve dans une situation semblable dans Moroccan Gigolo's qu'il tourne actuellement en Belgique.

André Duchesne LA PRESSE

Est-ce en train de devenir une marque de commerce?

Arnaud pouffe de rire en entendant la question. Pourtant, dans Moroccan Gigolo's d'Ismaël Saïdi, Arnaud incarne Nicolas, jeune Belge qui, avec ses potes Samir (Reda Chebchoubi) et Dédé (Eddy King), se prostitue auprès de femmes plus âgées pour financer l'ouverture de leur sandwicherie.

«Les grandes chaleurs, ça fait longtemps, dit le comédien. Je n'envisage pas de faire ça pour arrondir mes fins de mois! Le personnage des Grandes chaleurs (Yannick) était dans une histoire d'amour qui dépassait les stéréotypes de l'âge. Alors que dans Moroccan Gigolo's, Nicolas agit ainsi pour faire de l'argent.»

Ajoutons que Nicolas n'est pas très à l'aise avec son nouveau sideline. «Il est dépassé par les événements», précise Arnaud.

Des trois comparses, Nicolas est celui qui a la bosse des affaires. «Il prend les moyens nécessaires pour arriver où il veut. Il voit la situation [de gigolo] comme un mal nécessaire. Je dirais qu'il est le plus ambitieux, le plus sérieux des trois amis qui veulent changer de vie.»

En décembre, François Arnaud a terminé le tournage de la troisième saison de The Borgias. L'été dernier, avant de se replonger dans cette série, il a participé à un film américain Copperhead (sortie prévue le 28 juin) et campé en pleine guerre de Sécession. La proposition de Moroccan Gigolo's, film coproduit par Daniel Morin de Boréal Films, lui a plu pour plusieurs raisons, dont sa facture moderne.

«Après six mois de Borgias, j'avais envie de faire un truc contemporain, de me changer les idées. Ça me plaisait de faire une comédie et de tourner en français», ajoute le comédien qui a fait la connaissance du réalisateur Ismaël Saïdi par Skype.

_________________________________________________________________________

Les frais de ce reportage ont été payés par le distributeur Filmoption international.