Chantal Guy LA PRESSE

Michel Barrette dans le rôle d'un homme qui a refait sa vie avec une femme plus jeune, au grand dam de sa première épouse et de ses enfants? Cela a des résonances un peu personnelles pour l'acteur, ainsi que pour le réalisateur Jean-Philippe Pearson, qui réalise son premier film, Le bonheur des autres.

«Mon personnage est comme tout le monde, il court après le bonheur, dit Michel Barrette, interviewé sur le plateau de tournage du film Le bonheur des autres, à Repentigny. Il incarne Jean-Pierre, un homme qui annonce à son ex (Louise Portal) et à ses enfants (Ève Duranceau, Marc-André Grondin) qu'il aura bientôt un enfant avec sa copine plus jeune que lui (Julie Le Breton). Ce qui agit comme un détonateur sur tout le monde. Rancoeur, jalousie, règlements de comptes: ce n'est pas pour rien que cela s'intitule Le bonheur des autres, qu'on a parfois beaucoup de difficulté à apprécier quand on n'en profite pas.

«Jean-Pierre n'est pas un chien fini qui a trahi son épouse il y a 20 ans, il y a des circonstances, tient à préciser Michel Barrette. Mais quand on refait sa vie, il faut comprendre qu'il y a des ex, des enfants, qui ont parfois le même âge que la nouvelle dulcinée... Son bonheur fait suer les autres, finalement.»

Le comédien ne s'en cache pas, il vit des émotions fortes sur le plateau - on est rendu à la moitié du tournage -, étant lui-même en couple avec une femme plus jeune et père d'un enfant de 4 ans. «En lisant certaines scènes, j'ai dit à Jean-Philippe: «Est-ce que tu t'es caché dans mon garde-robe quand tu as écrit ça?»» Avec pour conséquences qu'il a fait pleurer l'équipe pendant une scène, entre deux histoires drôles qu'il ne peut s'empêcher de raconter.

Jean-Philippe Pearson, dont on connaît surtout le travail de scénariste sur les films Québec-Montréal et Horloge biologique, créés avec ses acolytes Ricardo Trogi et Patrice Robitaille, avoue sentir la pression sur ses épaules en travaillant sans sa bande. Mais il avait envie d'explorer le thème de la famille, après avoir scruté les affres de la trentaine - et il est le seul des trois à avoir connu l'expérience d'une famille éclatée. «J'ai connu ça, l'absence d'un père, et je pense que c'est un sujet qui peut toucher tout le monde. Je ne me cache pas derrière l'idée de faire un film qui ne plaira qu'à moi.»

Moments drôles, moments difficiles

Le synopsis peut sembler lourd, mais il s'agit d'une comédie dramatique, comme l'ont d'ailleurs été Québec-Montréal et Horloge biologique, qui faisaient rire mais qui offraient aussi leurs moments grinçants. «La vie est composée de moments drôles et de moments difficiles, j'aime cette indétermination dans le genre.»

La distribution compte notamment Marc-André Grondin et Ève Duranceau dans les rôles des enfants de Jean-Pierre, Marion et Sylvain. «Mon personnage est surtout jaloux du bonheur que son père va apporter à son nouvel enfant», dit Marc-André Grondin, très heureux d'être sur un plateau québécois, après avoir bouclé deux projets en France. «De son côté, Marion tente d'avoir un enfant depuis deux ans, alors elle est envieuse de ce qui arrive dans la vie de son père, explique Ève Duranceau. Le scénario de Jean-Philippe est très juste, il décrit les éternelles conséquences d'un divorce.»

Un personnage riche

Louise Portal est ravie du rôle de Louise, l'ex de Michel Barrette, entre autres parce que cela lui donne l'occasion de créer un nouveau tandem d'acteurs à l'écran, mais surtout parce qu'elle trouve son personnage très riche. «Beaucoup de femmes vont pouvoir s'identifier à elle, car beaucoup ne refont pas leur vie, dit l'actrice. Après sa séparation, elle est restée figée dans son rôle de mère, mais elle va finir par s'épanouir autrement et s'affranchir de sa famille. Elle évolue.»

La comédienne est particulièrement sollicitée ces derniers temps, puisqu'on la verra à la télé dans les séries et téléromans Prozac, Deux boeufs, Toute la vérité, Destinées, ainsi que dans le film Lance et compte.

Le bonheur des autres, doté d'un budget de 3,7 millions de dollars, est produit par Christian Larouche de Christal Films, et devrait prendre l'affiche dans un an.